Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

logo

Gabriel Auguste Ferdinand Ducuing

est né le 22 décembre 1885 à Paris 6è (Seine (75))

Gabriel Auguste Ferdinand Ducuing naît le 22 décembre 1885 au domicile familial sis au 4 bis rue du Cherche Midi dans le 6e arrondissement de Paris. Il est le fils de Jean Baptiste Alexandre Gabriel Ducuing, intendant général, et d’Abigail Géraldine Mennez-Moron.

Se destinant à la Marine marchande, il embarque comme pilotin, aussitôt après son baccalauréat, sur le trois-mâts "Cérès", puis sur des paquebots, et fait son service militaire en 1907 comme matelot sur les cuirassés "Brennus" et "Bouvet".

Lieutenant au long cours en 1908, capitaine au long cours en 1911, il navigue successivement sur treize paquebots tout en trouvant le temps d’apprendre quatre langues étrangères (anglais, italien, espagnol et allemand) et de faire sa licence en droit qu’il termine brillamment en 1913. Il embarque alors, pour la première fois, comme second capitaine sur un paquebot qu’il quittera en juillet 1914 pour s’engager dans les chasseurs à pied.

Nommé sous-lieutenant en décembre, il ne peut supporter la vie statique des tranchées et passe dans l’aviation comme officier observateur. Breveté pilote en juillet 1915, il revient dans la Marine qui lui a donné une commission d’enseigne de vaisseau auxiliaire.

Affecté à l’"Aviation maritime de Dunkerque" puis de Venise (Italie), il se fait tout de suite remarquer par ses brillantes qualités de meneur d’hommes.

Fait chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur en janvier 1917, il est envoyé de nouveau à Dunkerque comme second du "Centre d’aviation maritime". Mais trouvant ce poste insuffisamment "combattant", il passe dans les ballons comme observateur et prend, le 1er octobre, le commandement du "Centre d’aviation du Havre" où il reste jusqu’en juillet 1918. Nommé lieutenant de vaisseau de réserve, il est alors détaché, en raison de son passé d’avant-guerre, comme officier de liaison auprès du sous-secrétaire d’État à la Marine jusqu’à sa démobilisation en 1919.

Ne reprenant pas la navigation, il devient armateur. Mais, marqué par la guerre, il reste un officier de réserve particulièrement actif.

Le 9 juillet 1925, répondant à l’appel passé dans la presse par le délégué général de l’union nationale des officiers de réserve (UNOR), il réunit quelques camarades pour former, au sein de cette union, la 5e commission qui rédige les vœux des marins au congrès de Belfort.

Et c’est à l’issue de cette réunion que se tient l’assemblée générale constitutive de l’association des officiers de réserve de la Marine nationale (ACORAM), dont il est naturellement élu président, et qui adhère aussitôt à l’UNOR.

La même année, le lieutenant de vaisseau Ducuing est élu vice-président de l’UNOR.

Le 19 mai 1927 à la mairie du seizième arrondissement de Paris, Gabriel épouse Jeanne Théodorine De Smet, artiste dramatique belge dont le nom de scène est Jane Faber.

Il est fait officier dans l’ordre de la Légion d’honneur le 25 janvier 1929.

Au cours de cette année, il fait la connaissance du président de la jeune union des marins combattants de Paris. Celui-ci lui demande d’apporter son appui à la réunion des anciens marins et au resserrement des relations qui commencent à se nouer entre les associations existantes.

Et c’est ainsi que naît, le 23 février 1930, la fédération des amicales de marins anciens combattants (FAMMAC).

Ensuite, il attire l’attention de la Marine sur le fait que rien n’existe pour l’instruction des officiers mariniers de réserve et obtient pour eux la création, en décembre 1931, de cours de perfectionnement. Il fait alors appel à tous les délégués régionaux de l’ACORAM pour stimuler les inscriptions à ces cours.

En avril 1932, il est promu au grade de capitaine de corvette.

La FAMMAC ayant l’honneur de fournir pour la première fois, le 11 novembre 1933, le service d’ordre de la veillée sous l’Arc de Triomphe, le commandant Ducuing l’organise de façon telle que le Comité de la Flamme le félicite chaleureusement et adopte, pour les années à venir, le dispositif et le cérémonial qu’il a mis au point.

Atteint par la limite d’âge en 1934, il obtient naturellement d’être maintenu dans la réserve jusqu’en décembre 1942, extrême limite permise.

Au début de septembre 1939, le commandant Ducuing prend le commandement de la "Batterie de défense contre les aéronefs (ou avions) de la Croix Faron" (83). Mais, à la fin de janvier 1940, l’amirauté française est amenée, pour assurer la surveillance du passage libre le long de la côte française du Pas-de-Calais, à organiser un poste de défense à Gris-Nez.

En mars, alors qu’il vient d’être mis au tableau d’avancement, on propose au commandant Ducuing d’organiser et de commander ce poste de défense. Il accepte par télégramme "avec joie et reconnaissance", et prend immédiatement ses fonctions.

Mais l’installation, retardée pour diverses raisons, est à peine terminée au moment de l’offensive allemande. La défense aérienne est assurée par un affût double de 37 et quatre mitrailleuses de 13,2. Le commandant Ducuing a sous ses ordres trois officiers et une centaine d’hommes qui ont, comme armement individuel, vingt fusils et six revolvers.

Le 2 mai, il organise au carrefour du moulin d’Audinghen (62) un poste de résistance avancée dont il prend personnellement le commandement, laissant son second au sémaphore, avec un officier.

Le 23, il réquisitionne une automitrailleuse du "12e régiment de cuirassiers", un canon de 25 antichars, deux officiers et deux douzaines de soldats ayant trois fusils mitrailleurs et quelques fusils, qui passent à proximité, se repliant vers le sud.

Le 24 au matin, il est pratiquement encerclé et toutes ses liaisons téléphoniques sont coupées. A 11 heures 30, un peloton de side-cars ennemi débouche à faible allure. Un matelot, qui se trouve seul à la mitrailleuse de 13,2, le laisse approcher à moins de 200 mètres et le fauche en entier à bout portant.

Le canon de 37 fait subir le même sort à une première automitrailleuse. Un char léger et une seconde automitrailleuse de 13,2, arrivant à 12 heures 30, sont bloqués et incendiés, à 200 mètres, par le canon de 25.

Profitant de l’accalmie qui suit, le commandant Ducuing fait chercher par ses hommes la première automitrailleuse qu’il place au milieu du carrefour avec deux fusils mitrailleurs. Mais se sentant incapable de résister dans ce poste avancé du moulin à une attaque de chars qu’il juge imminente et n’ayant plus que trente cartouches par homme et cent cinquante coups de 25, il décide de concentrer la défense sur le poste de Gris-Nez.

Au même moment, on lui signale l’arrivée à la plage de vingt-deux rescapés du contre-torpilleur "Chacal", dont dix blessés.

Dans la soirée, un officier allemand se présente et lui demande de se rendre. Le commandant Ducuing lui répond que, chargé de défendre Gris-nez, il exécutera les ordres reçus. L’officier l’informe que, dans ce cas, les allemands attaqueront dans la nuit ou au lever du jour. Mais les deux premiers chars ayant été repoussés vers 22 heures, la nuit reste calme.

A partir de 4 heures, le commandant Ducuing assure l’évacuation par un groupe de dragueurs des rescapés blessés du "Chacal".

En même temps, des mines antichars sont disposées tout autour du poste.

A 6 heures 30, le sémaphore signale qu’une dizaine de tanks, rassemblés au carrefour du moulin, se mettent en marche vers le poste avec cent cinquante hommes, groupés par quinze, autour des chars.

Le commandant Ducuing les laisse approcher et ouvre le feu avec les pièces de 37. Les allemands ripostent avec des obus fusants.

A 9 heures, l’ennemi n’étant plus qu’à 200 mètres et les défenseurs de Gris-Nez n’ayant plus de munitions, le commandant Ducuing fait détruire mitrailleuses et canons, et donne à tout le personnel l’ordre de se replier vers la falaise ouest.

Refusant de se laisser entraîner par son maître d’hôtel, il prend en main une mitrailleuse et demande un pavillon au maître canonnier auquel il dit adieu en lui ordonnant de rejoindre les autres.

Le maître canonnier fait semblant d’obéir et, s’étant caché, voit le commandant Ducuing se diriger vers le mât de pavillon, poser son arme, se découvrir, hisser les couleurs, puis reprendre la mitrailleuse.

A ce moment, une rafale allemande oblige l’officier marinier à se coucher. Quand il se relève, il voit le commandant étendu à terre, immobile.

C’est fini ! Le capitaine de corvette Ducuing, ce grand rassembleur d’hommes, est mort seul !

Pour lui rendre hommage, la Marine, faisant exception à la règle interdisant les promotions à titre posthume, le nomme capitaine de frégate à compter du 24 mai.

Par ordre n°519/FMN du 5 juin 1940, le capitaine de corvette Ducuing a reçu la citation suivante à l'ordre de l'armée de Mer : "Officier supérieur d'une énergie et d'un courage indomptables par son ascendant sur le personnel placé sous ses ordres et par son exemple, a réussi avec des moyens matériels très réduits à arrêter une colonne motorisée. A combattu jusqu'à épuisement des munitions. A été tué par une balle ennemie pendant qu'il donnait ses ordres pour le repli vers la mer."

Son nom est gravé sur le monument commémoratif 1939/1945 d’Audinghen (62) situé à l’intérieur de l’enceinte du CROSS Gris-Nez et sur le monument aux morts de Castelnau-Rivière-Basse (65).

La Marine nationale a donné son nom au quinzième bâtiment de la série des avisos, devenu patrouilleur de haute mer, qui a été admis au service actif en janvier 1983. La ville de Saint-Raphaël (83) parraine cette unité depuis août 1988.

Il était Capitaine de frégate.
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de Guerre 14-18
  • Médaille du Mérite maritime (chev.)
  • Médaille du Mérite de la Guerre d'Italie
  • Médaille de l'Ordre de la Couronne d'Italie (chev)
Il est décédé le 25 mai 1940.
Son corps repose au cimetière de Audinghen (62)
Son décès est inscrit à la commune de Audinghen (62)
Document portant la mention MPLF : acte de décès

Source : Extraits de "Des noms sur la mer" (édition Acoram, 15 rue de Laborde, 75008 Paris)

6987
Ducuing
Paris 6è
Seine (75)
DE
174344,174345
Il a été décoré : Croix de Guerre 14-18,Légion d'Honneur (chev.),Médaille de l'Ordre de la Couronne d'Italie (chev),Médaille du Mérite de la Guerre d'Italie,Médaille du Mérite maritime (chev.)
Acte de naissance
B 15x21

Actualités

12 mai 2018 - Les journées de la mémoire maritime - 2018

12 mai 2018 - Les journées de la mémoire maritime - 20182018-Les Journées de la Mémoire Maritime

30 janvier 2018 - L'Ecole des Mousses à Saint Mathieu

30 janvier 2018 - L'Ecole des Mousses à Saint MathieuHommage aux Mousses morts pour la France

28 janvier 2018 – Hommage aux marins morts en déportation

28 janvier 2018 – Hommage aux marins morts en déportationCérémonie en hommage aux marins morts en déportation

10 novembre 2017-Ravivage de la Flamme

10 novembre 2017-Ravivage de la FlammeRavivage de la Famme du Souvenir par les CMJ et le Lycée Naval

Cérémonie Meknès - 16 septembre 2017

Cérémonie Meknès - 16 septembre 2017Les familles des disparus du Meknès