Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Guillaume Cadiou

est né le 29 avril 1903 à Lanvéoc (Finistère (29))

Fils de Jean Corentin Cadiou, cantonnier, et de Marie René Perennes, cultivatrice, Guillaume fait partie d'une fratrie de cinq enfants. La famille est originaire de Lanvéoc, plus précisément du village d'Hellen, dans le sud de la commune.

Après avoir fréquenté l'école publique, il exerce le métier de marin-pêcheur aux abords de la rade de Brest, puis s'engage, le 28 septembre 1921, dans la Marine nationale. Il fait ses classes à Brest avant de suivre, tout au long de l'année 1922, les cours de l'école des torpilleurs sur le cuirassé "Patrie" alors utilisé comme bâtiment école à Toulon.

A l'issue de cette formation, il rejoint pour un an la Flotille de l'Atlantique, puis sert, pendant l'année 1925 sur le croiseur cuirassé "Jules Ferry" basé également à Toulon. Sa spécialité lui permet d'alterner des affectations sur des bâtiments de surface et des sous-marins : de 1926 à 1928 il est désigné pour la 6ème escadrille de sous-marins de Bizerte (Tunisie) ; en 1931, il rallie pour quelques mois le mouilleur de mines "Pluton" alors en armement ; en 1932 il obtient le brevet supérieur de torpilleur sur le cuirassé "Paris" basé à Toulon, puis de fin 1932 au début de 1935, il sert sur le contre-torpilleur "Tartu" avant de retourner dans les forces sous-marines.

Le 3 septembre 1938, il épouse Angèle Le Bihan, originaire comme lui de la presqu'île de Crozon ; deux gaçons et une fille naissent de leur union.

En juin 1940, il se trouve sur le sous-marin "Sfax" qui, après des patrouilles en Mer du Nord en coopération avec la Royal Navy, rejoint Brest avant que l'Amirauté ne donne l'ordre à la 4ème escadrille de sous-marins de rallier Casablanca (Maroc).

Le 19 décembre 1940, alors qu'il escorte en surface vers Dakar le transport pétrolier "Rhône", le "Sfax" est torpillé par un sous-marin allemand au large du cap Juby (sud du Maroc).

Le maître torpilleur Cadiou ne fait pas partie des quatre rescapés de cette tragédie.

Il était Maître.
Son unité : Sfax
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Médaille Militaire
Il est décédé le 19 décembre 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Brest/Saint-Pierre-Quilbignon (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Sfax

53

Sous-marin de 1 500 t, mis en service en 1935. Le Sfax opére d'abord dans l'Atlantique à la protection des convois du secteur de Halifax, puis en Norvège. Rebasé au Maroc après l'armistice, sous le commandement du LV Groix, il est torpillé le 19 décembre 1940 au large du Cap Juby par un sous-marin Allemand (U-37, NiKolai Clausen). Plusieurs navires dont le Boulonnais participent au sauvetage des rescapés du Sfax et du pétrolier Rhône torpillé...

Sfax
9169
Cadiou
Lanvéoc
Finistère (29)
DF
179939,179940
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.),Médaille Militaire
Acte de décès 1942/9
A 21x27