Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Base aéronavale Saint-Mandrier - Aéronavale

BAN-SaintMandrier001

La base aéronavale de Saint-Mandrier avait pour mission d'assister les formations qui, presque toutes, ont eu pour devoir d'être présentes sur les bâtiments de la marine, au bout des catapultes et sur les ponts. C'est pourquoi, l'histoire de la BAN Saint-Mandrier ne peut se dissocier de celle des formations qu'elle a abrité, et qui furent sa raison d'être.

Créé en 1916 au coeur du village de Saint Mandrier, un centre d'aviation maritime arme des hydravions. La paix revenue, le centre sera fermé en avril 1921. Le 1er août 1933, une nouvelle base voit le jour sur la partie orientale de la presqu'île. Ses appareils, arment le transport d'aviation Commandant Teste, les croiseurs, puis les porte-avions. Ils forment l'essentiel de l'hydraviation embarquée, puis à partir des années 50, une bonne part des hélicoptères des forces maritimes, particulièrement les Bell 47 de la 58S.La 23S suit en 1954, puis c’est le retour d’Algérie en 1961 pour la 31F et en 1962 pour la 33F.

Dans les années 70 les frégates dotées d'hélicoptères ont remplacé les croiseurs dotés de catapultes. En septembre 1995 est créée la 36F à Saint Mandrier, elle met en œuvre des hélicoptères Panther

En 2003, la BAN était encore la seule base d'hélicoptères de la marine sur la façade méditerranéenne. Elle comptait trois flottilles, la 36F dotée de Panther, la 31F et ses Lynx, la 35F et ses Alouette III et Dauphin, ainsi qu'un centre d'entraînement et d'instruction. L'ensemble de ces formations sera transféré sur la BAN Hyères en 2005. Leurs compétences sont variées : recherche, sauvetage, sureté rapprochée des forces navales, soutien logistique, lutte anti-pollution... Les équipages des flottilles et escadrilles de Saint Mandrier sont intervenus sur toutes les mers du globe depuis plus de 90 ans, et se sont illustrés dans de nombreux conflits depuis la première guerre mondiale jusqu'au récent conflit lié au 11 septembre 2001. Les personnels embarqués, héros méconnus, ont aussi sauvé la vie des milliers de civils : marins, pêcheurs, passagers ou plaisanciers, lors de missions de recherche et sauvetage dans des conditions bien souvent périlleuses.

De grands yachts ont maintenant remplacés les hélicoptères sur le site de l’ancienne base aéronavale devenue un chantier de réparation et d’entretien de la grande plaisance de luxe.

Aéronavale