Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France

8e régiment de chasseurs à pied - Bataillon

8e-Bataillon-Chasseurs-a-pied001

Le 8e bataillon de chasseurs à pied est une unité d'infanterie, de l'armée française.

À la suite du comportement exemplaire de ses chasseurs dans la bataille de Sidi-Brahim en 1845, il en a pris le nom et est connu comme le « bataillon de Sidi-Brahim ». Le 8e groupe de chasseurs mécanisé, ainsi que les autres corps de même arme, fut créé par ordonnance royale du roi Louis-Philippe Ier, en date du 28 septembre 1840. Par une autre ordonnance du même jour, l'organisation de ces bataillons est confiée au duc d'Orléans, Ferdinand-Philippe d'Orléans, prince royal de France qui en devient le parrain, d'où le nom de « Chasseurs d'Orléans » qui sert, à la suite de la mort prématurée de Ferdinand-Philippe d'Orléans et jusqu’à l’avènement de la Deuxième République en 1848, à désigner les bataillons de chasseurs à pied.

Formé le 1er novembre 1840 au camp de Saint-Omer, et commandé par le chef de bataillon Uhrich, le 8e assista, le 12 mai 1841, au camp de Romainville, à la revue du roi et à la remise du drapeau confié à la garde des chasseurs à pied. Il a notamment stationné à Wittlich (Rhénanie-Palatinat) jusqu'à sa dissolution en 1999.

Première Guerre mondiale

1914

Après les premiers engagements à la limite Nord du département de la Meuse à Beuveille et au Bois de Tappes, c'est la défense héroïque d'Arrancy, le 23 août 1914, contre des forces ennemies dix fois supérieures en nombre. Le bataillon, après douze heures de lutte ardente, sa mission remplie, se replie sur ordre et reçoit du général Rocques la promesse d'une citation à l'ordre de l'Armée qui ne sera pas suivie d'effet, le Général ayant été tué quelques instants plus tard.

Le 5 septembre au soir, le demi-tour est ordonné. Le bataillon tient d'abord les passages de Broussy et de Saint-Gond puis combat vers La Villeneuve et Soizy-aux-Bois. Il apporte son aide aux héroïques défenseurs de Mondement et, le 8 septembre, soutient un violent combat dans le bois de Botrait. La poursuite de l'ennemi vaincu commence ; le Bataillon passe la Marne le 12, tient le secteur d'Auberive-sur-Suippes, puis celui de Reims.

Fin octobre, il part pour la Belgique avec la 42e D.I. dont il fait partie et prend part à la bataille de l'Yser. Il se distingue avec les fusiliers-marins à l'assaut du château de Dixmude. Le 8e BCP perd son chef, le Commandant Clavel à Vousten avant de rentrer en France.

1915

Il monte en ligne en Argonne. Son héroïque défense à Bagatelle les 30 juin et 1er juillet lui vaut sa première citation à l'ordre de l'armée.

1916

Février voit s'allumer la bataille de Verdun. Dans la nuit du 11 au 12 mars, le Bataillon monte en ligne à Douaumont et y reste jusqu'au 31.

Il remonte en ligne au Mort-Homme qu'il défend les 9 et 10 avril contre des attaques désespérées de l’ennemi. Il subit de très lourdes pertes. Son chef, le commandant Savornin est au nombre des morts. En mai, le Bataillon prend le secteur des Caurettes avant d'aller au repos dans la région de Toul.

Pour soulager le front de Verdun, le Maréchal Joffre monte l’offensive de la Somme. Le 8e y participe sous le commandement du commandant De Grilleau, il s'empare du village de Rancourt le 25 septembre 1916 et gagne une nouvelle citation à l'ordre de l'armée avant de se distinguer à nouveau, à Sailly-Saillisel, le 5 novembre.

1917

Le 8e reçoit la Fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de Guerre. Pendant l'offensive de l’Aisne, le 8e s'illustre à Berry-au-Bac où, après avoir enlevé tous ses objectifs dans la journée du 16 avril 1917, il tient ce secteur très dur pendant 21 jours. En novembre, il reçoit la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire.

1918

Au début du mois d'août 1918, le bataillon participe à la grande offensive de la Somme puis à l'attaque de Vouziers. Le 11 novembre, il est à Saint-Germain où il apprend la signature de l'armistice.

Le 19 décembre 1918, titulaire de six citations à l'ordre de l'armée, il reçoit la fourragère aux couleurs du ruban de la Légion d'honneur.

Le Bataillon a perdu durant cette période 2281 Officiers, sous-officiers, caporaux et chasseurs, soit environ deux fois son effectif.

de 1945 à nos jours

Il quitte Épernay en 1951 pour retourner en Allemagne où il séjourne en garnison à Wittlich jusqu’à sa dissolution.

Porté sur half track, il passe sur VTT AMX-13 en 1959. Il est alors sur le type de la division. En 1967 de structures modernes, il se compose essentiellement de deux escadrons de chars AMX-13 (canon de 90 mm) et de deux compagnies mécanisées dotées de VTT, sans compter la compagnie d'éclairage de brigade qui lui est rattachée, et qui comporte une section « Rasura ». Il doit donc disposer de nombreux spécialistes de haute technicité dont il assure la formation et de cadres dynamiques animés d'un esprit entreprenant et manœuvrier. En 1968, il prend l'appellation du 8e Groupe de Chasseurs Mécanisé.

Membre des Forces Françaises en Allemagne, appartenant à la 1re brigade mécanisée de la 1re Division, le 8e groupe de Chasseurs Mécanisé est stationné à Wittlich et jumelé depuis 1962 avec le Panzergrenadierbataillon 152 à Coblence et depuis 1971 avec le 2e Bataillon de Carabiniers Cyclistes Belges.

Sa vie à Wittlich est consacrée, comme toutes les unités en temps de paix, à l'instruction. Le terrain de manœuvre du Mesenberg permet l'évolution des chars et des VTT et l’installation du tir « Genshow » affermit les chefs de chars dans le choix des objectifs et dans leurs commandements de chef d'engin blindé. L'équipe de tir s'est classée troisième au championnat de France 1969. Les tireurs canon et missiles vont fréquemment aux camps de Mailly et de Mourmelon, alors que Baumholder est le camp d'entraînement des tireurs à la mitrailleuse, au LRAC et au canon de 106 mm. En moyenne, le 8e effectue deux séjours en camps, chaque année.

En 1975 il prend l'appellation du 8e Groupe de Chasseurs en tant qu’unité de la 1re division blindée, va participer à l’aventure européenne en devenant l’un des corps d’infanterie du Corps Européen (Le drapeau qui, aujourd'hui, symbolise la patrie dans les rangs des groupes mécanisés et bataillons alpins est donc le douzième depuis la création des Chasseurs à pied. II a été remis au 8e Groupe de Chasseurs en 1975, alors que ce Corps était stationné en Allemagne à Wittlich.).

En 1995, il est en ex-Yougoslavie (Mont Igman en Bosnie) avec la 1re compagnie du Capitaine Noviant. En 1996 il est en ex-Yougoslavie (Sarajevo en Bosnie) avec la 1re compagnie du Capitaine Jeand’Heur. En 1997, il est en ex-Yougoslavie (Trnovo en Bosnie) avec la 1re compagnie du Capitaine Jeand’Heur.

Le Bataillon voit sa dissolution à Wittlich, le 7 mai 1999.

Décorations

Le fanion du bataillon le 25 juillet 1920.

Le bataillon porte la fourragère a la couleur du ruban de la Légion d'honneur obtenue le 19 décembre 1918. Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec six citations à l’ordre de l’Armée, une citation à l’ordre du Corps d’Armée.

En 2018, le 15 septembre, au cours de la commémoration annuelle de la Sidi-Brahim, au château de Vincennes, le fanion du 8ème Bataillon de Chasseurs à Pied est remis au Groupement de Recrutement et de Sélection Île-de-France et Outre-Mer, qui en assure la garde et en entretient les traditions, sous l'appellation de GRS IDF et OM - 8e Bataillon de Chasseurs à Pied, (GRS IDF et OM - 8e BCP). En souvenir des « Chasseurs d'Orléans » et en lien avec la création initiale du Bataillon par le roi Louis-Philippe Ier son aïeul, le prince Eudes d'Orléans, frère du « comte de Paris » est le parrain du GRS IDF et OM - 8e Bataillon de Chasseurs à Pied

Sources :

source: wikipédia

Insigne-8e-RC003Drapeau-8e-RC002
Bataillon
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner
Unknown
Unknown
Accepter
Décliner