Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France

Jean Gabriel Marc

est né le 11 décembre 1921 à Guilers (Finistère (29))

 Il est le deuxième enfant de Jean-François Marc, cultivateur, et de son épouse Maryvonne Riou. Guilers, à cette époque, est un petit bourg voisin de Brest. Elle possède un magnifique bois aux essences variées où Louise de Keroual, maîtresse du roi d’Angleterre Charles II et aussi agent secret de Louis XIV, fait construire un château qui porte son nom, château où elle se retirera à son retour en France et qui sera partiellement détruit durant la Seconde Guerre Mondiale.

Jean Gabriel, aîné des garçons, grandit au milieu de ses frères et sœurs au nombre de douze. Son jeune frère, Prosper, se souvient qu’après la déclaration de guerre, alors que les Allemands entrent dans Brest le 19 juin 1940, son grand frère, lors d’une réunion de famille, a évoqué son projet de rejoindre à Londres, le Général de Gaulle après l’appel du 18 juin.

Avec un groupe de jeunes Guilériens dont Louis Tréguer, Jean Charetteur et Jean René Cozien, il se rend au Conquet le 19 juin 1940. Avec l’aide d’un prêtre canadien, le père Derocher qui officie à Guilers et a dû quitter sa paroisse à l’approche des Allemands, ils peuvent embarquer sur l’une des dernières embarcations qui quitte Le Conquet d’où 2000 hommes environ dont 1/3 de marins et une cinquantaine de jeunes gens civils ont été évacués et parmi eux Jean-Gabriel. Le 20 juin, le remorqueur " l’Orme ", emmène les jeunes Guilériens vers Londres, le bâtiment est bondé d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont choisi de fuir la France. Par bonheur, la traversée est calme.  Le 21 juin, à Plymouth, tous les civils débarquent avant que "l’Orme" n’entre dans la zone militaire. Jean Gabriel se retrouve, avec ses camarades guilériens, à Camberley (Old Dean camp) sous des abris semi-cylindriques en tôle ondulée après avoir défilé devant le général de Gaulle lors du 14 juillet 1940. Là il apprend le maniement des armes.

Le général de Gaulle pense que l’Afrique, mal contrôlée par le gouvernement de Vichy, peut être une base de reconquête de la France. Jean-Gabriel est recruté dans les FNFL et signe son engagement le 7 juillet 1940 au "2e Bataillon de Fusiliers Marins" comme matelot fusilier. Il embarque vraisemblablement sur le "Northumberland" et débarque à Pointe-Noire au Congo. Le 16 Mai 1941, il décède de maladie à L’hôpital de la ville, il n’a pas encore vingt ans.

Son nom figure sur le monument aux morts de Guilers.

Il était Matelot fusilier.
Son unité : Fusiliers marins FNFL – 1940-1945
Il est décédé le 16 mai 1941.
Son corps repose au cimetière de Guilers
Son décès est inscrit à la commune de Guilers
Document portant la mention MPLF : Mémoire des Hommes

Blog de Jean-Pierre Clochon

« Guilers pendant la guerre 1939-1945 » association  « racines et patrimoine » et Yves Omnès

Fusiliers marins FNFL – 1940-1945

Ecusson

Le "1er Bataillon de fusiliers marins" (1er BFM) est créé le 17 juillet 1940 à bord du croiseur "Courbet" à Portsmouth. L'amiral Muselier en confie le commandement au capitaine de corvette Détroyat.

Après une période d'entraînement à Aldershot, le bataillon...

Fusiliers marins FNFL – 1940-1945
7059
Marc
Guilers
Finistère (29)
11 décembre 1921
DE
174502,174503,174504
Il a été décoré : Aucune médaille
acte de naissance 1921/42
D 11x15