Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Jean François Maurice Prigent

est né le 05 juillet 1931 à Brest (Finistère (29))

Fils de Edouard et de Louise Françoise Godoc, Jean-François est né le 5 juillet 1931 à Brest.

Son cousin, Jean-Louis, se rappelle les vacances familiales à Roscanvel (29) où Jean-François se distinguait par ses grandes qualités sportives, des qualités de cœur hors du commun et un dévouement sans faille. Joueur de football à l'Etoile Rouge de Brest (aujourd'hui Patronage Laïque Guérin), Jean-François habitait, avec ses parents et son frère Didier, dans le quartier de Kérigonan.  

Il s'est engagé dans la Marine Nationale le 15 novembre 1948 pour une durée initiale de 5 ans et a été incorporé au centre de formation maritime de Pont Réan à Brest. Il a suivi sa formation de spécialité au centre Siroco (19 janvier 1949 au 1er juin 1950) puis a été affecté au commando "François" en Indochine (9 septembre 1950 au 3 juillet 1952), au commando "de Penfentenyo" (17 novembre 1952 au 1er octobre 1953), au centre Siroco (1er octobre 1953 au 1er avril 1954), sur le destroyer "Malgache" (1er avril au 1er octobre 1954), sur la frégate-escorteur "la Découverte" (1er octobre 1954 au 1er mai 1956), au 1er bataillon de la demi-brigade de fusiliers marins (1er mai 1956).    

Le quartier-maître Jean-François Prigent décéde dans la nuit du 15 au 16 juillet 1956 au cours d'opération dans la Djébel Fillaoussene.

Le quartier-maître Michel Thérizol (voir son dossier sur ce même site) sera tué au cours de la même opération en voulant aller le chercher.

Une promotion de la préparation militaire marine de Brest porte le nom "Quartier-maître Prigent". 

Texte de la citation à l'ordre de l'armée de mer (à titre posthume) : "S'est toujours distingué par ses qualités de chef, son courage et son allant au cours des opérations effectuées par sa compagnie sur le théâtre d'Afrique du Nord depuis le mois de mai 1956. Le 15 juillet 1956, au cours d'une opération héliportée, menée contre une forte bande de rebelles retranchés dans un terrain difficile sur les pentes du djébel fillaoussène (région de Nédromah), a trouvé une mort glorieuse en entraînant ses hommes à l'assaut d'un nid de résistance rebelle, malgré les pertes déjà subies par son unité. Restera toujours un exemple de bravoure et d'abnégation."

Il était Quartier-maître fusilier.
Son unité : DBFM Demi-Brigade de Fusiliers Marins
  • Croix de la Valeur militaire avec palme
  • Médaille Coloniale
  • Médaille Commémorative - Indochine
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 15 juillet 1956.
Document portant la mention MPLF : Mémoire des hommes

DBFM Demi-Brigade de Fusiliers Marins

Photo site-2

En mars 1955, à l’issue du vote favorable du parlement, le gouvernement décrète l'état d'urgence en Algérie. Un an plus tard, le 16 mars 1956, les pouvoirs spéciaux sont donnés aux forces armées ; et les décrets relatifs à organisation territoriale et à l'envoi des appelés du contingent en Algérie pour assurer le « maintien de l'ordre », sont publiés. En outre, le parlement vote la loi sur l'allongem...

DBFM Demi-Brigade de Fusiliers Marins
7921
Prigent
Brest
Finistère (29)
GF
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer,Croix de la Valeur militaire avec palme,Médaille Coloniale,Médaille Commémorative - Indochine
D 11x15