Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Michel Yves Le Troadec

est né le 23 janvier 1928 à Guingamp (Côte d'Armor (22))

Michel Yves est le fils de Jean Le Troadec, officier d’artillerie, et de Jeanne Paule Marie Le Jamtel, son épouse, demeurant 4 rue Saint Nicolas à Guingamp.

Michel passe son enfance à Guingamp, où réside sa famille, et fait ses études primaires dans cette commune. Il poursuit ensuite ses études secondaires et la préparation aux concours d’entrée des grandes écoles au prytanée national militaire de La Flèche dans la Sarthe.

Michel est admis au concours d’entrée à l’Ecole Navale de Brest de l’année 1948. Il est incorporé dans la Marine nationale le 1er octobre 1948 comme élève-officier. Il est promu  aspirant le 1 octobre 1949, puis enseigne de vaisseau de 2ème classe le 1er octobre 1950.

A l’issue de la croisière d’application sur le croiseur "Jeanne d’Arc", il est promu enseigne de vaisseau de 1ème classe le 1er octobre 1951.

Pour sa première affectation, Michel part en campagne en Indochine, où il est affecté à Marine Nord Viêt-Nam, à Haïphong.

A son retour de campagne, Michel est affecté comme officier chef de service sur l’escorteur "Ailette", chargé de la surveillance des pêches en Manche et en Mer du Nord.

En 1956, Michel va suivre la formation d’officier fusilier au centre de Siroco à Matifou, près d’Alger. Il fait partie des premiers éléments qui forment le premier bataillon de la demi-brigade de fusiliers marins. Une fois constitué à Siroco, sous les ordres du capitaine de corvette Coulondre, directeur des études à l’école des fusiliers, le 1er bataillon rejoint Nemours, près de la frontière marocaine, le 1er juin 1956. C’est dans cette petite ville, où il y a un port marchand, que sont implantés l’état major de la DBFM, et celui du 1er bataillon. Dans un premier temps, deux compagnies du 1er bataillon ont pour mission d’assurer la sécurité de la ville, et deux autres compagnies ont pour mission d’assurer la sécurité des voies d’accès à la ville : La voie routière Nemours Nédroma, et la voie ferrée Nemours Marnia par Nédroma.

Michel est nommé commandant de la 12ème compagnie installée sur le plateau du Beni Menir au sud-est de Nemours.

Dans la partie est du secteur confié à la DBFM, l’insécurité était totale depuis le début de l’insurrection. Dans le massif montagneux de Tadjera au delà de l’oued Saftar les combattants rebelles (fellaghas) sont maîtres des lieux, ils agissent en toute impunité.

Le 18 août 1956, les deux compagnies du Beni Menir, la 11ème et la 12ème, après une approche de nuit, viennent d’arriver à la crête dominant l’oued Saftar lorsque des rebelles sont aperçus dans une mechta. La compagnie de Michel est chargée d’effectuer un mouvement vers l’est pour couper leur retraite, mais les fellaghas qui les ont vus venir, sortent en force en faisant feu de toutes leurs armes pour se forcer un passage, en profitant de la surprise. En tentant de les poursuivre, l’enseigne de vaisseau Le Troadec, est fauché par une rafale de pistolet mitrailleur et cinq autres marins tombent à ses côtés.

La dépouille de Michel a été inhumée provisoirement à Nemours, avant d’être rapatriée en Bretagne, où elle est inhumée dans la ville de Dinard auprès de ses parents.

A la suite de son décès, le poste où est installée sa compagnie, porte le nom de "Troadec".

En hommage à ce marin mort glorieusement à la tête de son unité, la promotion du cours de brevet élémentaire fusilier qui se déroule d’août 1956 à janvier 1957, à l’école des fusiliers marins, au centre de Siroco, porte le nom de "Le Troadec".

Il était Enseigne de vaisseau de 1re classe.
Son unité : DBFM Demi-Brigade de Fusiliers Marins
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de la Valeur militaire avec palme
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 18 août 1956.
Son corps repose au cimetière de Dinard (35)
Son décès est inscrit à la commune de Guingamp (22
Document portant la mention MPLF : Acte de naissance et Mémoire des hommes

DBFM Demi-Brigade de Fusiliers Marins

Photo site-2

En mars 1955, à l’issue du vote favorable du parlement, le gouvernement décrète l'état d'urgence en Algérie. Un an plus tard, le 16 mars 1956, les pouvoirs spéciaux sont donnés aux forces armées ; et les décrets relatifs à organisation territoriale et à l'envoi des appelés du contingent en Algérie pour assurer le « maintien de l'ordre », sont publiés. En outre, le parlement vote la loi sur l'allongem...

DBFM Demi-Brigade de Fusiliers Marins
9263
Le Troadec
Guingamp
Côte d'Armor (22)
GF
180282,180283,180284,180285,180286,180287
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.),Croix de la Valeur militaire avec palme,Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Acte de naissance n° 5 du 23/01/1928 - Guingamp
C 12x17