Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Philippe Eugène Cordier

est né le 27 avril 1888 à Ile-de-Batz (Finistère (29))

Philippe est le fils de Louis Philippe Cordier et de Marie Josèphe Péron, son épouse. Il  passe son enfance  et fait sa scolarité à l'Île de Batz.

 

En août 1908 il embarque au port de Roscoff sur le canot de pêche "Saint Michel" comme matelot inscrit maritime du quartier de Morlaix, sous le matricule 22 752. En janvier 1909, il est appelé dans la Marine nationale pour effectuer son service militaire. Il rejoint le "2e Dépôt des équipages de la flotte" à Brest. Après une formation maritime et militaire, il est affecté sur le bâtiment école "Calédonien" pour suivre la formation en vue d'obtenir le brevet élémentaire de gabier. Il est apte à piloter une embarcation. Nommé matelot de 2e classe, breveté, il est affecté sur l'aviso transport "Manche", de la division navale de l'Indochine (mission hydrographique). A la fin de la campagne, il est rapatrié en métropole, et affecté en décembre 1911 sur le cuirassé "Vérité" de l'escadre de la Méditerranée. Il est libéré de ses obligations militaires en août 1912, et placé dans la réserve de l'armée de mer.

En février 1913, il embarque à Roscoff sur le brise-lame sloop "Etap", puis sur le canot "Henriette".

 

En août 1914, lors de la mobilisation générale, il est mobilisé pour la durée de la guerre contre l'Allemagne. Il rejoint le "2e Dépôt des équipages de la flotte" à Brest, où il apprend qu'il est désigné pour le "2e Régiment de marins" qui est en cours de formation. La brigade de fusiliers marins est formée à Paris à partir de marins disponibles à Brest, à Cherbourg, et à Rochefort, mais principalement de bretons de toutes spécialités. Elle comprend deux régiments, à trois bataillons de quatre compagnies chacun, et une compagnie de mitrailleuses. Elle a pour mission d’assurer la police de la capitale. Mais en septembre, la mission est modifiée ; la brigade est transportée à Anvers, où se trouve assiégée l’armée belge. La brigade se bat les 9, 10 et 11 octobre 1914 à Melle, près de la ville de Gand, pour protéger la retraite des troupes belges poursuivies par les forces allemandes, nettement supérieure en nombre. En octobre la brigade se dégage vers Dixmude sur le canal de l’Yser avec la mission de stopper l’avance allemande.

 

 Le 16 octobre commence la bataille pour la possession de Dixmude avec 6000 marins et 5000 belges. Les pertes des défenseurs sont effroyables, mais la brigade continue à défendre, coûte que coûte. Le 15 novembre l’offensive allemande est stoppée. La brigade a perdu environ 3000 hommes, morts, disparus, ou mis hors de combat. Les régiments de fusiliers marins sont positionnés ensuite le long du canal de l’Yser entre Ypres et Nieuport.

 Philippe est tué à l'ennemi lors des combats du 18 décembre 1914 sur le champ de bataille à Nieuport (Belgique).

 

L'acte de décès est dressé le 30 décembre 1914 à Oostvleteren (Province des Flandres occidentales, Belgique) par le commissaire de marine, chef du service administratif du "2e régiment de marins", en présence de deux témoins. Philippe est inhumé provisoirement en Belgique. Comme pour tous les soldats français morts en Belgique, la dépouille de Philippe a probablement été transférée après la guerre dans une nécropole nationale du nord de la France.

Il est cité à l'ordre de l'armée en ces termes : "Mort glorieusement pour la France, en faisant courageusement son devoir, le 18 décembre 1914. A été cité".

Il était Matelot de 2e classe gabier.
Son unité : Fusiliers marins 1914-1918 – Bataille de l'Yser
Il est décédé le 18 décembre 1914.
Son décès est inscrit à la commune de Île de Batz (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Fusiliers marins 1914-1918 – Bataille de l'Yser

Yser

Fusiliers marins 1914-1918 – Bataille de l'Yser

 

Après avoir combattu à Melle, près de Gand, pour protéger la retraite de l'armée du royaume de Belgique, puis avoir stoppé héroïquement les Allemands dans le secteur de Dixmude en octobre et novembre 1914, les régiments de la "Brigade de fusiliers marins" sont mis au repos dans le secteur...

Fusiliers marins 1914-1918 – Bataille de l'Yser
6467
Cordier
Ile-de-Batz
Finistère (29)
GG
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille
Acte de décès 1915/22
D 11x15