Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Marcel Joseph Hellec

est né le 30 septembre 1922 à Ploërmel (Morbihan (56))

Fils de Joseph Hellec et de Marie Quéré, Marcel Joseph passe son enfance dans le sud du Morbihan.

Bien que sa classe de recrutement soit l'année 1942, il intègre de sa propre initiative "l'École des apprentis mécaniciens" de Lorient (56) le 5 octobre 1938, il a 16 ans. Il signe son acte d'engagement volontaire le 10 janvier 1939 pendant sa formation de mécanicien qui dure deux ans.

Il en sort avec succès le 1er avril 1940 avec le grade de matelot de 2e classe breveté (BE) mécanicien.

Il rallie le cuirassé "Dunkerque" construit à Brest (29) et admis au service actif en 1937. Le bâtiment est intégré à l'escadre de l'Atlantique en tant que navire amiral, commandé par l'amiral Gensoul.

Marcel Joseph embarque donc à Brest et le bâtiment part dès le lendemain 2 avril 1940 pour rejoindre le port algérien de Mers-el-Kébir où il arrive le 5 avril. Le 9 avril, le "Dunkerque" remonte vers Brest suite à l'invasion de la Norvège par l'Allemagne. Le bâtiment reste en alerte à Brest du 12 au 24 avril puis la décision est prise de le baser définitivement à Mers-el-Kébir.

Après la signature de l'armistice le 22 juin, l'attention des britanniques va se porter sur la flotte française hors des ports de métropole. Ordre est donc donné de saisir ou neutraliser les bâtiments français encore en état de marche dans tous les ports de guerre où ils se trouvent.

Arrivé à l'aube du 3 juillet avec une force aéronavale imposante devant la base navale algérienne, l’amiral Somerville, commandant les forces anglaises, adresse un ultimatum à l'amiral Gensoul, commandant le "Dunkerque" et les forces françaises en Algérie. Les longues discussions de la journée sont un échec et la force aéronavale britannique attaque alors les bâtiments français au mouillage. Dès la seconde salve, le "Dunkerque" reçoit plusieurs projectiles de 380 mm tirés par des cuirassés anglais dont l'un atteint la machine tribord et un autre la chaufferie de la machine bâbord.

Le bâtiment va encore subir d'autres attaques les jours suivants alors qu'il est déjà échoué mais c'est lors de cette première attaque qu'est tué Marcel Joseph à son poste de combat dans la machine.  Il allait avoir 18 ans.

Au total, 9 officiers et 201 hommes d'équipage sont tués.

Marcel Joseph Hellec a été cité à l'ordre de l'Armée de mer avec la mention "Tombé courageusement à son poste de combat au cours de l'attaque de son bâtiment par des forces navales adverses".  Il est également titulaire de la médaille militaire.

Sa sépulture est au cimetière marin de Mers-el-Kébir (Algérie).

Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Guéméné-sur-Scorff.

L'association recherche la famille ou toute personne susceptible de fournir des informations (lettres, photos...) concernant ce marin.

Il était Matelot de 2e classe.
Son unité : Dunkerque
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 03 juillet 1940.
Son corps repose au cimetière de Cimetière marin - Mers-el-Kébir
Son décès est inscrit à la commune de Guéméné -sur-Scorff (56)
Document portant la mention MPLF : Etat signalétique et des Services

Dunkerque

61
Navire amiral de l'escadre attaquée le 3 juillet 1940, par les Anglais, à Mers-el-Kébir, pour éviter selon Churchill qu'elle ne soit livrée aux Allemands. (Opération Catapult). Amarré cul au quai, dans l'impossibilité d'appareiller, le Dunkerque est gravement touché par les tirs des cuirassés anglais. Avec de nombreux marins tués et des quantités de blessés, il finit par s'échouer près du port de pêche de Kébir. Le 6/07, lors de l'attaque aérien...
Dunkerque
184500
Hellec
Ploërmel
Morbihan (56)
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer,Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Médaille Militaire
Etat signalétique et des Services
E 10x13