Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Vincent Cuiec

est né le 15 février 1920 à Plouescat (Finistère (29))

Fils de Olivier Cuiec et Céline Le Roux, Vincent Cuiec est né le 15 février 1920 à Plouescat, petite commune du Finistère riche de 3500 habitants. Ses parents et tous ceux de la famille sont cultivateurs, la ville est alors connue pour ses artichauts, choux-fleurs et oignons. Son enfance, qu'il partage avec ses onze frères et sœurs, est marquée par une scolarité suivie à l’école du village et peut-être déjà par une volonté qu’il partage avec son frère, celle d’être marin, en effet  tous deux s’engagent dans la marine en 1938. Vincent suit une formation initiale puis le cours de  canonnier dont il sort breveté en août 1939. Au moment de la déclaration de guerre  il est affecté  sur le cuirassé "Tourville" assurant un transport d’or de Toulon vers Beyrouth, le bâtiment, après une immobilisation à Alexandrie, rejoint les Forces Navales Françaises Libres en 1943 pour assurer des patrouilles en Atlantique. En juin 1944 le jeune quartier-maître canonnier est affecté sur le cuirassé léger "Le Terrible" participant au débarquement allié à Salerne, ce qui lui vaudra en 1947 l’attribution en 1954 de le Médaille Commémorative Française de la Guerre 1939-1945 avec agrafe «Libération», ainsi que la Médaille Commémorative de la Campagne d’Italie.

La guerre terminée, Vincent Cuiec est affecté sur l’aviso "Amiral Mouchez" à bord duquel il participe au sauvetage de l’équipage du Liberty-Ship David Caldwell, c’est aussi à cette époque qu’il épouse Paulette Berthou, ils auront trois enfants. Sa carrière se poursuit notamment comme cadre formateur au Centre de Formation Maritime de Pont Réan  près de Rennes, centre dont Alain Delon sera l’un des plus célèbres pensionnaires. En février 1950 le second maître Cuiec  reprend la mer sur plusieurs destroyers d’escorte cédés par les Etats-Unis : "Tunisien", "Marocain", "Kabyle". Affecté ensuite sur le porte avion "Arromanches" il participe à la guerre d’Indochine de 1953 à 1956. Toutes ces affectations et participations aux opérations militaires lui valent en 1954 l’attribution de la Médaille Coloniale avec agrafe «Extrême Orient», de la Médaille Commémorative de la Campagne d’ Indochine et de la Croix de Guerre des TOE avec Etoile de Bronze et citation à l'ordre du régiment: "Officier-marinier de valeur, dévoué et compétent. A donné à tous, en toutes circonstances un bel exemple de discipline et d'esprit militaire". Une dernière affection embarquée sur le cuirassé "Jean Bart" lui permet de participer aux opérations dans le cadre de l’affaire de Suez en 1956. Enfin il sera affecté à terre, Brest, Rochefort et enfin Oran 1960 au Quartier Général "Santon".

Le second maître de 1ère classe Vincent Cuiec trouve la mort ce 29 avril 1962, assassiné par un commando OAS en pleine rue à l’occasion d’une promenade. Il disparaît dans ces jours sombres qui voient à Oran de nombreux  attentats en signe de protestation de la part de l’OAS  contre le départ des "pieds-noirs", faisant 39 morts et 60 blessés dans les trois derniers jours d'avril. Il sera déclaré «mort pour la France» le 26 juin 1962 par décision du Ministre des Armées, cité à l’ordre de l’Armée de Mer à titre posthume: "Officier marinier de valeur, sérieux et compétent, très apprécié de ses chefs, a toujours fait preuve d'un grand dévouement et de belles qualités militaires. Après 24 ans de bon et loyaux services, est tombé le 29 avril 1962, victime d'un attentat par arme à feu", il est alors élevé au grade de chevalier dans  l’Ordre de la Légion d’Honneur .La Croix de la Valeur Militaire avec palme lui est attribué.

Vincent Cuiec laissera une veuve et trois enfants, François 15 ans, Nicole 13 ans et Marie-Paule 11 ans. La famille rejoint Brest, madame Cuiec obtient un logement grâce à l'intervention de Madame de Gaulle, elle trouve un travail au centre Leclerc de Brest.

Il était Second maître de 1re classe.
Son unité : Quartier Général Santon - Oran (Algérie)
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre TOE avec étoile
  • Médaille Coloniale - Extrême-orient
  • Médaille Commémorative - Campagne d'Italie
  • Médaille Commémorative 1939/1945
  • Médaille Commémorative - Indochine
Il est décédé le 29 avril 1962.
Son décès est inscrit à la commune de Oran (Algérie)
Document portant la mention MPLF : AD-N°34

Quartier Général Santon - Oran (Algérie)

Quartier Général Santon - Oran (Algérie)
9413
Cuiec
Plouescat
Finistère (29)
HF
NULL
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.),Médaille Militaire,Croix de Guerre TOE avec étoile,Médaille Commémorative 1939/1945,Médaille Commémorative - Campagne d'Italie,Médaille Coloniale - Extrême-orient,Médaille Commémorative - Indochine
AD-N°34 transcription décès de la ville d'Oran du 24/07/1962
C 12x17