Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Achille Francis Marie Rouxel

est né le 02 février 1923 à Plourhan (Côtes-d'Armor (22))

Achille Rouxel est le fils de Jean François Rouxel, cuisinier dans la marine marchande, puis plâtrier, et de Yvonne Louise Porpé, crêpière ; il naît à Plourhan, commune située au SW de Saint-Quay-Portrieux (22) où la famille finit par s'établir durablement à la villa "Bon retour" située rue de la Bourgade (de nos jours, rue du moulin Saint Michel). Auprès de la baie de Saint-Brieuc, Achille passe une jeunesse heureuse avec sa sœur Janine et son frère Francis, tous deux ses aînés.

Après avoir fréquenté l'école communale de la ville, il est enregistré comme inscrit maritime au quartier de Paimpol. Mais, alors qu'il vient d'avoir dix-sept ans, Achille s'engage pour cinq ans dans la Marine nationale. Il fait ses classes à Brest à partir du 7 mars 1940, et, à la fin du mois, rallie l' "Ecole des fusiliers marins" à Lorient. Il y obtient le brevet élémentaire de la spécialité le 30 mars 1940, au moment où l'armée allemande s'apprête à envahir la Norvège, avant de se lancer à l'assaut de la Hollande, de la Belgique, puis de la France. Achille est alors affecté sur le transport pétrolier "Rhône" qui quitte la métropole pour Casablanca (Maroc) où le bâtiment arrive le 27 mai 1940.

L’armistice est signé le 22 juin 1940 : il assure, théoriquement, une pause dans les combats contre  les forces allemandes.

En décembre 1940, le "Rhône" reçoit l'ordre de se rendre à Dakar avec un chargement de 3500 tonnes de gas-oil. Il doit faire le trajet avec le sous-marin "Sfax" qui assure sa protection. Le 17 décembre, le "Rhône" appareille en fin de matinée, le "Sfax" le rejoint, et les deux bâtiments mettent le cap au Sud en longeant la côte marocaine. Ils passent devant Agadir et Sidi Ifni sans problème, mais le 19 décembre vers 17h40, alors qu’ils se trouvent entre les Îles Canaries et le Cap Juby (Cap Tarfaya), le "Sfax" est atteint par une torpille lancée par un sous-marin allemand, à l’encontre de toute clause d’armistice. L’étrave du "Sfax" se dresse à 40° hors de l'eau et il coule immédiatement.

Le capitaine de corvette Clavery, commandant du "Rhône", fait stopper son bâtiment et mettre à l'eau deux baleinières pour recueillir les rescapés. A 18h20, les opérations de sauvetage proprement dites sont quasiment terminées, mais les deux embarcations  ne sont pas encore remontées à bord qu’une violente explosion secoue à son tour le "Rhône" ; la coque est éventrée et la cargaison s'enflamme instantanément. Les hommes valides sautent à l’eau en tentant d’échapper aux nappes de gas-oil brûlant.

Des navires situés à proximité (bananier "Fort Royal", cargo "François  L.D.", et un chalutier espagnol) ont aperçu les flammes et viennent au secours des naufragés. Les torpilleurs "Brestois" et "Boulonnais" sont aussi dépêchés sur zone pour rechercher d’éventuels survivants
Une bonne partie de l'équipage est récupérée, et, par ailleurs, dix-sept autres marins arrivent à la côte dans une embarcation du bord, dont beaucoup cependant souffrent de brûlures (voir sur ce site la biographie de Jacques Pierre François Choquer).

Malheureusement, deux marins du "Rhône" sont  morts et neuf autres sont portés disparus. Le matelot fusilier Achille Rouxel, dont le poste de combat se trouvait au niveau du point d'impact de la torpille, fait partie de ce dernier groupe.

En reconnaissance de son sacrifice, la citation suivante lui est décernée : "Tombé glorieusement pour la France à son poste de combat". Son nom est inscrit au monument aux morts de Saint-Quay-Portrieux.
Il n’avait pas encore dix-huit ans.

Il était Matelot de 2e classe.
Son unité : Rhône
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
Il est décédé le 19 décembre 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Plourhan (22)
Document portant la mention MPLF : Fiche Mémoire des hommes

Rhône

Choquer_Jacques_Pierre_François_04 (2)

Lancé à Grand-Quevilly comme Radioléïne pour la société Pétrole Transports en mars 1910, racheté en décembre de la même année par la Marine et rebaptisé Rhône.

Le 19/12/40, à la hauteur de Port-Etienne (cap Juby), le sous-marin Sfax qui l'escortait a été touché par une torpille de l'U37, seuls le commandant (mourant) et 4 marins ont pu être récupérés par le Rhône qui lui même a été torpillé un peu plus tard par l'U37 Le Boulonnais, u...
Rhône
9489
Rouxel
Plourhan
Côtes-d'Armor (22)
HF
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
Jugement déclaratif de décès par le tribunal civil de Toulon le 09/10/1941
C 12x17