Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Jean Marie Bossard

est né le 22 février 1902 à Larret (Finistère (29))

C’est à Larret, ancienne commune du Finistère rattachée à celle de Porspoder en 1970, que Jean Marie voit le jour le 22 février 1902. Il est le fils de François Bossard et de Marie Yvonne Le Guen, cultivateurs.

La famille s’établit ensuite au lieu-dit Severn à Porspoder, et c’est là que Jean Marie passe son enfance en compagnie de ses frères et sœurs (François Marie, Yvon, Joseph, Marie et Jeanne).

Il suit sa scolarité à l’école publique des garçons du village.

Après avoir embarqué en qualité d’inscrit maritime provisoire sur les goémoniers du port de Pors-Doun en Porspoder, Jean Marie navigue sur le "Jeannie" le jour de ses dix-huit ans où il devient inscrit maritime définitif (8547 Le Conquet). Il pratique, comme matelot, le métier de pigouiller sur les côtes de la mer d’Iroise.

Le 22 février 1922, jour de son vingtième anniversaire, Jean Marie souscrit un engagement initial d’une durée de trois ans dans la Marine nationale et est incorporé au "2e dépôt" de Brest. Durant trois mois, il y reçoit une formation initiale, militaire et maritime, au métier de marin. Il rallie ensuite le cuirassé "Patrie" où les rudiments de la spécialité de torpilleur lui sont enseignés.

Le 29 décembre 1922, le jeune matelot de 2e classe breveté torpilleur Jean Marie Bossard rejoint le "2e dépôt" pour une affectation temporaire de six mois puis la "flottille centre Atlantique" pour une autre d’un mois et enfin la "flottille des sous-marins de l’Atlantique" le 9 juillet 1923.  Il embarque ensuite sur le sous-marin "Daphné" où il est promu au grade de quartier-maître de 2e classe en novembre de la même année.

Au terme de son contrat d’engagement, le 22 février 1925, il est rendu à la vie civile.

Il revient vers son premier métier et, devenu patron, fait la récolte des algues marines sur les goémoniers "Yves" de mars 1926 à mars 1928 puis "Marie Stella" jusqu’en juillet 1931.

Le 24 octobre 1931, Jean Marie souscrit un nouvel engagement d’une durée de trois ans dans la Marine nationale (matricule : 136650.2) et rallie le "2e dépôt". Il n’y reste que quelques jours et rejoint le cuirassé "Jean Bart", qui prendra le nom d’"Océan" en 1936, à bord duquel il obtient le brevet élémentaire de gabier le 21 juin 1932 et est promu au grade de quartier-maître de 1re classe en octobre 1933.

Jean Marie épouse Anne Marie Hall à Lanrivoaré au début de l’année 1933. De leur union, naîtront Joseph en octobre 1935, Jean François en mai 1937, Roger en janvier 1939 et les jumeaux Marie Louise et Yvon en septembre 1940.

Après un court séjour au "2e dépôt" et maintenant officier marinier après sa promotion au grade de second maître à compter du 1er janvier 1935, il quitte la métropole et sert en Tunisie à la "Direction du port de Sidi Abdallah" pendant près de deux mois et à la "Défense littorale de Bizerte" durant quatre années où il est le patron de la vedette du Préfet Maritime. C’est durant cette affectation qu’il est admis dans le corps des officiers mariniers de carrière en octobre 1937.

Rappelé de permission le 1er septembre 1939, deux jours avant la déclaration de guerre franco-britannique à l’Allemagne, Jean Marie embarque sur le croiseur "Strasbourg" où, le 1er janvier 1940, il est décoré de la Médaille Militaire.

Promu au grade de maître en avril 1940, il reçoit une nouvelle affectation le mois suivant et est muté sur le cuirassé "Jean Bart" dont la construction est en phase terminale auprès des ateliers et chantiers de la Loire et chantiers de Penhoët (44). Fuyant l’arrivée imminente de l’armée allemande, le cuirassé quitte précipitamment Saint-Nazaire le 19 juin et accoste le 22 à Casablanca (Maroc).

Par ordre de l’Amiral de la Flotte, Ministre, Secrétaire d’Etat à la Marine, Commandant en Chef des Forces Maritimes Françaises, en date du 15 octobre 1940, le maître de manœuvre Jean Marie Bossard est cité à l’ordre du régiment avec le motif suivant : "A fait preuve, dans des conditions physiques très dures, de la plus belle énergie et du plus généreux dévouement au cours de manœuvres de forces exécutées à la mer dans un compartiment de machine avarié et dont la réussite était d’une importance capitale pour la sécurité du bâtiment. A fait preuve d’un courageux sang-froid sous un bombardement aérien. "

Le 8 novembre 1942, à Casablanca, le maître Jean Marie Bossard est très gravement blessé par des éclats d’obus lors du débarquement des forces américaines en Afrique du nord (opération Torch). Après quatre heures de souffrances, il décède à l’infirmerie du bord.

Il est cité à l’ordre de l’armée de mer avec le motif suivant : "Au cours de l’attaque de l’Afrique du nord le 8 novembre 1942 par des forces anglo-américaines très supérieures, a combattu jusqu’au sacrifice total donnant à tous un magnifique exemple de courage et d’abnégation" et nommé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur, à titre posthume, pour faits de guerre.

Inhumé dans un premier temps à Casablanca, son corps est rapatrié à Saint-Renan et inhumé dans le cimetière communal en 1949.

Un nouveau malheur vient frapper la famille déjà endeuillée lorsque, Yvon, le benjamin de la fratrie, décède le 11 septembre 1943, moins d’un an après son papa.

Par la suite, Anne Marie travaille chez Monsieur Rio, dentiste à Saint-Renan. Son salaire et sa pension de veuve de guerre lui permettent de subvenir aux besoins de la famille et de faire suivre des études à ses enfants. Elle s’en est allée rejoindre Jean Marie en avril 1993.

Il était Maître.
Son unité : Jean Bart
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
  • Citation à l'Ordre du Régiment
Il est décédé le 08 novembre 1942.
Son corps repose au cimetière de Saint-Renan (29)
Son décès est inscrit à la commune de Saint-Renan (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Jean Bart

Jean Bart_mariusBar_511

Le cuirassé Jean Bart a une histoire particulière, car bien que commencé en 1936, il ne fut admis officiellement au service actif qu’en 1955. En juin 1940 le Jean Bart est en cours d’achèvement aux chantiers de Saint Nazaire ; devant l’avance de l’armée allemande, les autorités décident de faire accélérer les travaux afin qu’il ne tombe pas aux mains des allemands. Dans la nuit du 18 au 19 juin, après quelques péripéties, le...

Jean Bart
9573
Bossard
Larret
Finistère (29)
HF
181377,181378
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.),Médaille Militaire,Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Citation à l'Ordre du Régiment,Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
acte de décès 1947/63
C 12x17