Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Henri Elias

est né le 08 octobre 1918 à Saint-Ségal (Finistère (29))

Henri Elias est le fils de Hervé Elias et de Jeanne Marie Riou, établis à Saint-Ségal, près de Chateaulin (29). Ils travaillent dans l'agriculture avant d'être embauchés comme poudriers à la fabrique nationale de Pont-de-Buis située au bord de la rivière Douffine, affluent de l'Aulne, qui permet d'accéder directement au fond de la rade de Brest, et, par là même, à ses installations militaires.  
Henri passe sa jeunesse à Pont-de-Buis, dans le quartier de la "venelle des écoles", située à proximité de l'église, et y fait ses études avant d'obtenir un poste "d'employé aux écritures" dans un bureau de l'arsenal de Brest.


A vingt ans, il est appelé à faire son service militaire. Recruté à Brest le 1er septembre 1938, il est affecté pendant quatre mois à la Compagnie de garde, chargée de la surveillance des points sensibles de l'arsenal, avant d'être désigné, le 15 janvier 1939, pour le cuirassé "Bretagne" qui, avec son sister-ship la "Lorraine", constituent la 2ème division de ligne.
Mais à l'approche de l'été de cette même année, les tensions internationales sont à leur paroxysme, l'Italie et l'Allemagne ayant conclu un pacte en vue d'assurer à leurs deux nations un "espace vital". La division reçoit l'ordre de quitter son port d'attache pour rallier Toulon et intégrer la 2ème escadre de la flotte de Méditerranée qui effectue des missions d'escorte de convois entre la Corse et le détroit de Gibraltar.
A partir du 10 mars 1940, la "Bretagne" fait partie d'un groupe occasionnel chargé d'acheminer jusqu'à Halifax (Canada) une partie du stock d'or de la Banque de France destiné à l'achat de matériels militaires aux U.S.A. ; au trajet retour, le cuirassé escorte des cargos transportant des avions vers Casablanca (Maroc), puis Toulon.


Le 15 avril 1940, la "Bretagne" et la "Lorraine" appareillent de Toulon vers Oran, et, le 3 mai, en compagnie du troisième cuirassé de la série, la "Provence", quittent l'Algérie pour mouiller devant Alexandrie (Egypte) afin de renforcer la Mediterranean Fleet britannique et de s'entraîner avec nos alliés.
Mais des signes de l'imminence de l'entrée en guerre de l'Italie devenant de plus en plus évidents, la "Bretagne" et la "Provence" regagnent Oran (Mers el-Kébir), la "Lorraine" restant incorporée à une division britannique dans le secteur d'Alexandrie.
Le 3 juillet 1940, l'armistice avec l'Allemagne ayant été signé quelques jours auparavant, les deux sister-ships sont embossés perpendiculairement à la jetée de Mers el-Kébir, lorsque, sur ordre de Winston Churchill, a lieu l'attaque de la flotte britannique contre la flotte française.


Le matelot Henri Elias "tombe glorieusement pour la France à son poste de combat". Comme pour beaucoup de ses camarades, son corps n'a pas été retrouvé, mais sa sépulture est figurée par une tombe anonyme et son nom gravé sur la stèle du cimetière marin de Mers el-Kébir.

Il était Matelot d'équipage.
Son unité : Bretagne (cuirassé)
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
Il est décédé le 03 juillet 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Saint-Ségal (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Bretagne (cuirassé)

Cuirassbretagne

Bretagne : cuirassé construit à Brest en 1916. Après la capitulation signée par le maréchal Pétain, pour éviter qu'elle ne tombe entre les mains des Allemands, Churchill décide de détruire la flotte française qui stationne à Mers-el-kébir (6 km d'Oran) : opération Catapult. Les négociations entre les amiraux Somerville (anglais) et Gensoul (Français) échouent...

Bretagne (cuirassé)
9436
Elias
Saint-Ségal
Finistère (29)
HF
NULL
Il a été décoré : Médaille Militaire,Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
Acte de décès 1942/15
C 12x17