Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Emile Joseph Marie Falchun

est né le 16 juin 1919 à Kerlouan (Finistère (29))

Emile est le fils de Jean, cantonnier, et d’Anne Le Gall, ménagère. Le domicile familial est situé au lieu-dit "les îles" à Kerlouan, cœur du pays Pagan et de la côte des légendes, dans le département du Finistère.

Après avoir exercé la profession de cultivateur, Emile s’engage dans la Marine nationale le 11 août 1937 pour une durée initiale de trois ans et est incorporé à Brest.

Fin août, il rejoint le cuirassé "Paris" qui abrite l’école de canonnage à Toulon (83) où, durant sept mois, lui sont enseignés les rudiments de la spécialité.

Quelques semaines après l'obtention du brevet élémentaire de canonnier, le matelot de 2e classe Emile Falchun rallie le cuirassé "Dunkerque" le 1er mai 1938. Cette unité est présente dans le port de Mers el-Kébir (Algérie) le 3 juillet 1940 et subit l’attaque de la Marine britannique dans le cadre de l'opération "Catapult". Gravement endommagé par les obus de 381 mm, le cuirassé est contraint de s’échouer. Il est, à nouveau, avarié lors de la seconde attaque du 6 juillet. Le nombre des victimes à bord s’élève à plus de 200 tués.

Emile est promu au grade de quartier-maître de 2e classe en janvier 1941.

Près de quatre années après son embarquement sur le cuirassé, il est affecté au Maroc, au "Base navale de Casablanca" le 1er juin 1942. Il va vivre en novembre 1942 les combats de l'opération "Torch".

Il retourne naviguer, en octobre 1943, à bord du contre-torpilleur "Le Terrible" où il devient "chouf", argot maritime désignant un quartier-maître de 1re classe, en octobre 1944. Il y demeure jusqu’en décembre 1945. Durant ces deux années son bâtiment mène, avec le contre-torpilleur "le Malin", des raids en Méditerranée contre les navires ennemis et participe au débarquement de Provence

Emile épouse Clarisse Marie Thérèse Habasque le 19 avril 1945 à Kerlouan.

Il connaît son premier poste à terre en métropole à la "Base de l’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic" d’avril 1946 à novembre 1948.

Ensuite, muté pour un poste en outre-mer, il rejoint le croiseur "Duguay-Trouin" en Indochine en mars 1949. Cette unité sert notamment d'appui feu et de soutien aux commandos de débarquement et est alors le navire amiral de la division navale d'Extrême Orient.

A son retour dans l’hexagone, il est affecté au "5e Dépôt" à Toulon en février 1950 où il est promu au grade de second maître en juillet et se voit concéder la Médaille Militaire en août.

Le 15 octobre 1950, le second maître canonnier Emile Falchun décède, à l’âge de 31 ans, à l’hôpital militaire sanitaire de Vannes (56) des suites de maladie.

Son nom est gravé en lettres d’or sur le monument aux morts de la commune de Kerlouan.

Blessé au combat, titulaire de 3 citations pour faits d'armes et de bravoure, il a été autorisé à porter la fourragère de son unité "à titre individuel".

Il était Second maître.
Son unité : Duguay-Trouin
Il est décédé le 15 octobre 1950.
Son décès est inscrit à la commune de Kerlouan (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Duguay-Trouin

Duguay-Trouinrduit

Le "Duguay-Trouin" était un croiseur léger de classe Duguay-Trouin, dite de 7500 tonnes. Il sera en service dans la marine nationale de 1923 à 1952. Il est le premier navire important mis en chantier en France après la première guerre mondiale et servira pendant la seconde guerre mondiale et la guerre d'Indochine. Il doit son nom au célèbre corsaire malouin René Duguay-Trouin (1673-1736).

Mis sur...

Duguay-Trouin
7037
Falchun
Kerlouan
Finistère (29)
DE
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille,Médaille Militaire
Acte de décès 1950/33
D 11x15 paysage