Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Louis Eugène Fournier

est né le 07 septembre 1884 à Cruseilles (Haute Savoie (74))

Fils de Pierre Eugène, propriétaire cultivateur, décédé le 22 mai 1902 et de Marie, dite Mariette, Gay, ménagère, Louis Eugène est le troisième d'une fratrie de cinq garçons. Il épouse Catherine Philippine Émelie Charlotte Nizot le 16 avril 1922 à Cruseilles. De leur union, naîtront trois enfants.

Il entre à l'école du service de santé de la marine à Bordeaux le 20 octobre 1905 et en 1908 soutient avec succès sa thèse de doctorat intitulée "Le scorbut dans la marine et particulièrement chez les pêcheurs de Terre-Neuve". Il est promu le 23 décembre de la même année médecin de 3e classe dans le corps de santé de marine.

Il est maintenu à Bordeaux pour y suivre les cours de l'institut colonial jusqu'au ler février 1909. En 1910, après l'école d'application, il est affecté au port de Lorient en charge de l'infirmerie centralisée, à bord du croiseur "Julien de la Gravière" pour tous les bâtiments en réserve. Puis, il embarque successivement sur la canonnière-cuirassée "Styx" à Saïgon (Indochine), le croiseur-cuirassé "Kléber" et le cuirassé "Démocratie". Le 3 mars 1915, il est mis en route de Lorient pour la brigade des fusiliers marins et est cité le 29 novembre 1915 à l'ordre de la brigade de fusiliers marins ("A la brigade depuis mars 1915. Officier plein d'entrain, de courage et de dévouement").

Le 24 novembre de la même année, il est muté sur le croiseur auxiliaire "Artois" et cet embarquement lui vaudra d'être cité à l'ordre de la division le 25 août 1917 ("A montré au cours d'un embarquement sur un bâtiment dans une croisière particulièrement rude et dangereuse dans la zone du blocus, de grandes qualités de courage et de dévouement").

A partir de 1918, ses affectations le conduisent à l'escadrille de Terre-Neuve, à l'école des mécaniciens et chauffeurs de la flotte de Toulon, à l'hôpital maritime de Toulon à Saint-Mandrier. En 1921, il est nommé professeur de sémiologie et de petite chirurgie à l'école annexe du service de santé à Toulon. Enfin, en décembre 1925, il est promu médecin-major à la défense fixe de Bizerte.

Le 6 mars 1929, il est admis à la retraite de la marine et s'installe comme médecin à Nice.

Mobilisé comme médecin-major de la défense du littoral à Brest, il disparaît en mer le 18 juin 1940 lors de la perte de l'aviso "Vauquois".

L'association recherche la famille ou toute personne susceptible de fournir des informations (lettres, photos...) concernant ce marin.

Il était Médecin principal.
Son unité : Vauquois
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de Guerre 14-18
  • Citation à l'Ordre de la Brigade
  • Citation à l'Ordre de la Division
Il est décédé le 18 juin 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Nice
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Vauquois

Vauquois-01_0

Construit à Saint-Nazaire en 1919.

Commandé par le capitaine de corvette Villebrun, le "Vauquois" a quitté Brest le 18 juin 1940 vers 17h45. A son bord en plus de l'équipage, quelques officiers de divers corps et tous les fourriers de l...

Vauquois
7606
Fournier
Cruseilles
Haute Savoie (74)
DD
NULL
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.),Croix de Guerre 14-18,Citation à l'Ordre de la Division,Citation à l'Ordre de la Brigade
1941/2195
E 10x13