Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Alexandre Ferchaud

est né le 07 septembre 1890 à Bordeaux (Gironde (33))

Alexandre Ferchaud, né le 7 septembre 1890 à Bordeaux, débute sa carrière maritime en 1911.

Il a 21 ans, l’époque coloniale favorise le développement des lignes maritimes vers l’Indochine. Employé comme garçon, il est embarqué sur les paquebots de la Compagnie des Chargeurs Réunis. Il navigue en particulier sur l' "Asie" et le "Cap Saint-Jacques". Les voyages sont longs, les périodes à Bordeaux sont courtes et peu fréquentes.

En 1931, il est affecté sur le paquebot "Foucault" qui effectue des croisières en Atlantique nord. Il  fait également des voyages en Afrique et Amérique du sud sur les navires de la Compagnie Générale Transatlantique. Son  métier le passionne et il s’épanouit pleinement dans son travail auprès des officiers ou des passagers.

Il épouse Marie-Lucie Lalanne le 30 décembre 1924. De cette union vont naître quatre enfants : Pierre (1925/1956), Emile (1927), Jacqueline (1929) et René (1940/1965).

Membre d’équipage du  paquebot "Meknès" lors de la déclaration de guerre le 3 septembre 1939, la vie d’Alexandre Ferchaud va brusquement basculer dans l’horreur. Son navire est réquisitionné par la marine française le 20 novembre 1939. Le "Meknès", transformé en transport de troupe, participe à l’évacuation de Dunkerque (opération Dynamo) entre le 26 mai et le 4 juin 1940.

Le 18 juin 1940 a lieu l’appel du général De Gaulle. Le 22 juin 1940 l’armistice est signée. En juillet 1940, la guerre est finie. Le rapatriement vers la France des français soumis aux obligations militaires débute en juillet 1940 à bord des navires de commerce français réquisitionnés par les britanniques. Les  modalités sont difficiles à établir mais malgré cela les britanniques veulent hâter l’évacuation des marins cantonnés à Aintree.
Par ailleurs, les navires français, se trouvant dans les ports anglais, ont un délai d’un mois à partir du jour de l’armistice, soit jusqu’au 22 juillet à minuit, pour quitter ces ports et rallier les ports français. Passé cette date, tous bâtiments de commerce navigant sous pavillon français rencontrés à la mer hors de la Méditerranée seront traités comme ennemis par la Défense navale allemande. Cette déclaration, parvenue à l’amirauté française le 24 juillet, n’est pas connue des autorités britanniques.

Le paquebot français "Meknès" appareille dans ces circonstances de Southampton le 24 juillet 1940. Le navire part sans escorte vers Toulon avec à son bord 1 300 marins français dont 103 hommes d’équipage.

Pour 420 d’entre eux, ce sera le dernier voyage.

Le "Meknès", dont le départ n’est pas signalé aux autorités françaises et allemandes, est intercepté le 24 juillet vers 23heures au large de Portland par la vedette rapide allemande S 27 Oblt Klug.  Celle-ci ouvre le feu  à la mitrailleuse sur le paquebot puis lance une torpille.
Pour le "Meknès", l’histoire s’arrête en 8 minutes, il sombre,

Le naufrage fait 420 disparus : 393 passagers dont 7 officiers, plus 27 officiers et marins du Meknes. Des navires de guerre anglais récupèrent le lendemain matin les 900 rescapés de cette tragédie.

Alexandre Ferchaud fait partie des disparus. Il est déclaré "Mort pour la France"  le 30 avril 1941 par le tribunal civil de Bordeaux.

Sa famille vit alors une période très difficile. La vie est dure avec quatre enfants dont un nouveau-né. Le torpillage du "Meknès" est très vite oublié, enfoui sous d’autres événements dramatiques de la seconde guerre mondiale. Son épouse Marie-Lucie Ferchaud est sans ressources jusqu’au jugement du tribunal de Bordeaux en 1946 qui lui attribue la pension de la marine en tant que veuve de guerre.

Il était Maître d'hôtel - Garçon.
Son unité : Meknès
Il est décédé le 24 juillet 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Bordeaux (33)
Document portant la mention MPLF : Acte 841/bis, ville de Bordeaux du 22/06/1948

Meknès

33

Le Meknès était un ancien paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique construit par les Chantiers de Normandie du Grand-Quevilly, de 132 mètres de long et jaugeant 6127 tonneaux, mis en service en 1914 sur la ligne le Havre-Haïti sous le nom de Poerto Rico. Renommé Meknès, il est placé sur la ligne Bordeaux-Casablanca en 1929, puis le Havre-La Baltique en 1936. Suite aux événements de la guerre mondiale, il est transformé en transport de...

Meknès
9244
Ferchaud
Bordeaux
Gironde (33)
DF
180210,180211,180212,180213,180214,180215,180216
Il a été décoré : Aucune médaille
Acte 841/bis, ville de Bordeaux du 22/06/1948
C 12x17