Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Emile Henri Gallois

est né le 12 décembre 1896 à Bannes (Marne (51))

Son père Théodule Alfred est âgé de 26 ans, il est domestique, puis facteur. Sa mère Adolphine Fournier, âgée de 26 ans également, est mère au foyer. Elle élève les sœurs d'Emile Henri : Claire, Suzanne et Jeanne. Cette fratrie grandit dans cette petite commune de 381 habitants au moment de sa naissance. Fère-Champenoise fût malheureusement remarquée par la bataille du 25 mars 1814. Les cosaques mettent le feu au village. Les troupes coalisées de l'empereur de Russie et du roi de Prusse battent l'armée napoléonienne.

Fère-Champenoise est plus tard au centre de la bataille de la Marne qui va stopper l'avancée des troupes allemandes. Ferdinand Foch, maréchal de France en 1918 a fait de Fère-Champenoise son quartier général en septembre 1914 lors de la bataille de la Marne. Cette commune a reçu la Croix de guerre 1914-1918 le 21 septembre 1921.

Emile Henri a t'il été influencé par ce passé? On suppose qu'il a aussi voulu défendre à son tour son pays la France. Il s'engage dès ses 18 ans dans la Marine nationale à Cherbourg, dans les fusiliers-marins matricule 39251, une toute nouvelle brigade, la "Brigade Ronarc'h". La brigade participe à la bataille de Dixmude entre le 17 octobre et le 31 octobre 1914. Pour ces combats, il est cité à l'ordre de l'armée en ces termes : "A fait preuve de la plus grande vigueur et d'un entier dévouement dans la défense d'une position stratégique très importante ", avec attribution de la croix de guerre 1914-1918 avec palme. Il recevra pour ce fait d'armes la médaille de l'Yser (Royaume de Belgique).

Ensuite la Brigade des fusiliers-marins est déployée dans le secteur de Dunkerque. Au vue des lourdes pertes d'hommes dans l'année 1914. Émile Henri est affecté avec sa brigade au groupement de Nieuport avec pour mission de défendre le secteur allant de la mer à Saint Georges. C'est la bataille de l'Yser débutée en décembre 1914.

En mai 1915 le secteur est l'objet de violents combats. Émile Henri est blessé à la main gauche par des éclats de balles ou de grenades. Il est hospitalisé près de Dunkerque, à l'hôpital de Malo Terminus. Il est soigné jusqu'au 26 juillet 1915. Pendant ce séjour il a obtenu une permission bien méritée de 7 jours.

On le nomme sur le cuirassé "Suffren". A cette époque les alliés sont en état de guerre avec la Turquie. Le "Suffren", en novembre 1915, rejoint l'île de Lemnos en Grèce où d'autres bâtiments français et anglais sont stationnés. Puis il est dirigé vers l'île de Karpathos, prêt à appuyer l'armée pendant son rembarquement lors de l'évacuation des Dardanelles.

Le 2 février 1916, le"Suffren" exécute des tirs sur les batteries turques de la côte d'Asie. En avril il figure à l'effectif de la "2e Division de la 3ème Escadre de ligne" et en mai cette division devient la "Division d'Orient". En janvier 1916 le cuirassé est touché par une torpille mais il parvient à rejoindre Toulon où il reste en réparation pendant 3 mois. En novembre, il rallie Lorient. Après avoir passé Gibraltar, il remonte l'Atlantique, c'est alors qu'au large du Portugal il est torpillé par un sous-marin allemand. Il n'y aura aucun survivant.

Émile Henri est porté disparu au large de Lisbonne. On ne retrouvera jamais son corps. Il n'avait pas encore ses 20 ans, il était célibataire, matelot canonnier. Il n'aura fait qu'à peine deux ans de Marine nationale.

Il est cité une nouvelle fois en ces termes : "Glorieusement englouti avec son bâtiment le cuirassé "Suffren" coulé le 24 novembre 1916. Déjà cité en 1915 croix de guerre avec "étoile d'argent"

Son nom figure au monument aux morts de Fère-Champenoise(51)

Son nom figure sur la fresque des morts pour la France de Fère-Champenoise (51)

Il était Matelot.
Son unité : Suffren
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 14-18 avec palme(s)
  • Médaille commémorative de la Grande Guerre
  • Médaille de l'Yser (Belgique)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée
Il est décédé le 26 novembre 1916.
Porté disparu
Document portant la mention MPLF : Jugement décès Brest 1917/1256

Suffren

Marchadour_Jean_Marie_Suffren_04 (2)

Le cuirassé de 12 700t (capitaine de vaisseau Guépin), construit à Brest en 1904, et qui avait porté la marque de l'amiral Guépratte aux Dardanelles, remontait sans escorte, péniblement à moins de 10 noeuds, vers Brest ou Lorient pour réparations. Le 25/11 à la nuit tombante, au large des côtes du Portugal, par temps brumeux et mauvaise mer, il a été attaqué par l'U 52 (Lt Cdr Hans Walther) qui transitait d'Allemagne vers Cattaro en Adriatique...

Suffren
184318
Gallois
Bannes
Marne (51)
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée,Croix de Guerre 14-18 avec palme(s),Médaille commémorative de la Grande Guerre,Médaille de l'Yser (Belgique),Médaille Militaire
Acte naissance 1896/8
C 12x17