Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Maurice Jean Gaston Alexandre Dodat

est né le 13 août 1911 à Paris 13 è (Paris (75))

Maurice est le fils de Pierre (42 ans) capitaine d'infanterie au "3è Régiment de Tirailleurs Tonkinois", chevalier de la légion d'honneur et d'Angèle Edmée Jeanne Bizos (24 ans).

Mais c'est à La Seyne-sur-mer à la villa "La Vague" Quartier Tamaris qu'il grandit en compagnie de son frère Raymond né en 1913 au Tonkin.

Malheureusement, il perd son père à l'âge de 3 ans lorsque ce dernier, porteur d'un pli, saute sur une mine avec son cheval le 27 août 1914 au bois de Jaulnay (Meuse).

Angèle, comme toutes les femmes de militaires, se bat sur tous les fronts pour percevoir les arrérages du traitement de la légion d'honneur de son époux, pour l'adoption de Raymond et Maurice comme pupilles de la nation le 22 juin 1920 et pour prendre en main les études de ses deux garçons, au demeurant forts brillants car Raymond deviendra professeur dans le prestigieux lycée parisien "Janson de Sailly" et Maurice officier de marine.

En effet, Maurice réussit le concours d'entrée à "l'Ecole navale" et s'engage pour 6 ans le 3 décembre 1931 sous le matricule 3960-T-31. Après ses classes effectuées successivement à "l'Ecole Navale" à Laninon entre 1931 et 1933 puis sur le croiseur "Jeanne d'Arc",  "Ecole d'Application des Enseignes de Vaisseau", où il obtient son premier grade d'officier : enseigne de vaisseau de 2è classe le 1er octobre 1933.

 Puis il  rallie le torpilleur "Siroco" 1re escadre. En 1935, il embarque à Lorient sur le contre- torpilleur "Le Malin" année où il est promu enseigne de vaisseau de 1re classe.

Parfaitement aguerri c'est maintenant les mers lointaines qui lui tendent les bras et le voilà affecté sur l'aviso "Tahure" des "Forces Navales d'Extrême Orient" à Shanghai entre 1936 et 1938.

 Excellent officier il reçoit même une lettre de félicitations du ministre de la Marine ( DM du N° 3434/7/PM2 du 29 juin 1938) avec la citation suivante : "Au cours des hostilités sino-japonaises de 1937, s'est distingué une première fois, au mois d'août, à Tien-Tsin, comme officier de liaison détaché auprès du colonel commandant supérieur des troupes françaises en Chine. Puis pendant les opérations d'encerclement de Shangaï par les Japonais, a bien commandé le poste de fusiliers marins de l'usine des eaux de Tong-Kadon en territoire chinois, du 4 au 25 octobre 1937, sous la menace fréquentes des tirs et bombardements des forces belligérantes, perfectionnant les organisations de la défense, et prenant les plus heureuses dispositions pour augmenter la résistance de son poste".

Il a trouvé ainsi sa voie et c'est tout naturellement qu'il rallie le croiseur "Condorcet" à Toulon, servant d' "Ecole des Officiers Torpilleurs", où il obtient avec brio son brevet (JO du 28 janvier 1940).

C'est à cette époque qu'il épouse Laure Philomène Alexandrine Blanchet, le 12 avril 1939 à la Seyne-sur-mer où ils habitent. De cette union naîtra le 3 mars 1940 Pierre.

Grâce à ses excellents résultats, le 5 novembre 1939 il est affecté sur le contre torpilleur "Jaguar" à Brest.

 Mais sort funeste, le 22 mai 1940 par une nuit lunaire son bâtiment est mitraillé par des bombardiers allemands.

Le médecin du bord Hervé Cras écrit dans son livre  "Jaguar-Chacal-Léopard 2é division de contre-torpilleurs à Dunkerque":

 "… la D.C.A est au poste de combat renforcé sous les ordres de l'officier torpilleur, l'enseigne de vaisseau de 1ere classe Dodat …." puis plus loin "...Un cri m'appelle sur le roof III, où Dodat vient d'être touché"..."Dodat a été atteint de plein fouet à la poitrine par un petit obus. Il est tombé les jumelles aux yeux, regardant l'ennemi, en commandant: "Continuez le feu!"…"

Ainsi la famille Dodat paye un lourd tribut, car comme son père Pierre, Mort Pour La France en 1914, Maurice meurt lui aussi en héros laissant derrière lui une femme éplorée et un petit garçon de deux mois qu'il a à peine vu.

Laure et son fils, pendant longtemps tous les ans, feront un pèlerinage à Dunkerque pour visualiser l'épave du "Jaguar" échoué à Malo les bains.

Maurice totalise 9 ans de service effectif dont 7 ans 2 mois embarqué et 2 ans 3 mois à terre.

Par ordre N°519/FMN du 5 juin 1940, Il reçoit la citation suivante à l'ordre de l'armée de mer : "Jeune officier d'une grande bravoure. A trouvé une mort glorieuse sur le Jaguar le 22 mai 1940, lors d'une attaque par les bombardiers ennemis, en dirigeant le tir de ses armes contre les avions."

Par décret du 5 juin 1940 (JO du 1er au 8 août 1940), il est nommé à titre posthume chevalier de la légion d'honneur. Il est également  décoré de la croix de guerre avec Palme.

Son nom figure au monument aux morts de la Seyne-sur-mer (83).

Il était Enseigne de vaisseau de 1re classe.
Son unité : Jaguar
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 22 mai 1940.
Son décès est inscrit à la commune de La Seyne-sur-mer
Document portant la mention MPLF : Acte de naissance

Jaguar

150

Le Jaguar était un contre-torpilleur de 2400 tonnes construit par l’Arsenal maritime de Lorient et mis en service en novembre 1926. En 1940, il fait partie de la Deuxième Division de contre-torpilleurs, en compagnie des contre-torpilleurs de même classe Chacal et Léopard.

En mai 1940, les Allemands ont envahi les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg. Depuis le 20 mai, ils sont à Abbeville. Le 22 mai, ces trois...

Jaguar
184331
Dodat
Paris 13 è
Paris (75)
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer,Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Légion d'Honneur (chev.)
acte de naissance 1911/1549
K 20x20