Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Nicolas Adolphe Malgorn

est né le 12 avril 1908 à Ouessant (29) (Finistère (29))

Nicolas Adolphe, fils de Michel marin absent le jour de sa naissance (35 ans) et de Marie Michelle Noëlle Stephan cultivatrice (24 ans), naît sur l'île d'Ouessant (29) au lieudit "Merdy". Marie décèdera en 1974 à l'âge de 90 ans.

Après une bonne scolarité insulaire, suivant l'exemple de son père et comme de nombreux ouessantins, attiré par la mer, son environnement quotidien, il est admis comme inscrit maritime et s'engage le 20 juin 1928 pour trois ans sous le matricule 2427-B-28 à l'âge de 20 ans.

Ses classes effectuées c'est sur le bâtiment école "Bretagne" qu'il suit les "cours de timonier". Sorti brillamment il reçoit son brevet élémentaire le 01/02/1929.

Après de courtes mises pour emploi, successivement à la "Flottille de la 1re région" et au "2è dépôt des équipages de la flotte", ses excellentes qualités militaires et professionnelles lui permettent d'être promu quartier-maître le 1er janvier 1930 et réadmis pour un nouveau contrat de trois ans le 30 août 1930.

Mais sa carrière commence réellement avec son premier embarquement sur le bâtiment hydrographe "Lapérouse" le 27 décembre 1930 en Indochine où tout en apprenant son métier il rend d'excellents services et c'est pourquoi son affectation dure 21 mois.

En attendant sa nouvelle unité, il passe par le "5è dépôt" puis le "2è", est réadmis pour trois ans le 15 août 1933 et pour finir est affecté à l' "Ecole Navale" le 1er novembre 1933.

C'est aussi un tournant dans sa vie privée car il épouse le 3 avril 1934 à Ouessant Marie Anne Erveline Marchadour, de cette union naît le 06 juillet 1935 Michelle Marie Anne. Tragiquement la maman décède lors de l'accouchement.

Sa voie est toute tracée quand il est admis au cours du Brevet Supérieur (BS) le 1er avril 1935 sur le bâtiment école "Armorique". Titulaire du BS le 1er octobre 1935, sorti avec brio, il embarque successivement pour de courtes périodes : sur le croiseur de 2è classe en armement "Emile Bertin", les contre-torpilleurs "Epervier" et "Valmy". C'est en tenue de second maître qu'il quitte ce bâtiment le 1er avril 1936, conjointement il est rayé des matricules d'inscrit maritime et s'engage pour trois nouvelles années.

Mais la mer le rappelle, il embarque sur le croiseur "Duquesne" pour une durée de trois ans avec lequel il participe en 1937 à l'évacuation des réfugiés espagnols au cours de la guerre d'Espagne. Passé par le "5è dépôt" il rallie le contre torpilleur "Jaguar" le 27 juillet 1939. Sa valeur intrinsèque reconnue, c'est tout naturellement que Nicolas est admis au cadre de maistrance le 1er août 1939 avec donc tout l'avenir devant lui.

Après la perte de Marie Anne, il épouse en seconde- noce le 2 décembre 1939 à Ouessant Marie Jeanne Renée Pennec. Nicolas naîtra de cette union.

L'activité du "Jaguar" à cette époque est tendue, après des escortes de convoi jusqu'à Gibraltar, de passage à Brest il reçoit comme mission de participer à l'opération "Dynamo" où il doit défendre le port de Dunkerque, participer à la destruction des points sensibles et évacuer le personnel.

Mais le "Jaguar" subit, en arrivant sur zone le 23 mai 1940, des attaques aériennes puis un torpillage par des vedettes rapides.

Nicolas, rescapé de ces attaques, participe avec vigueur et courage à la défense de Dunkerque avec l'équipage du "Jaguar".

Devant l'avancée ennemie, le 3 juin il embarque avec une partie de ses collègues dont le commandant en second Micheau, sur le dragueur AD 20 "Emile Deschamps" qui doit les évacuer sur l'Angleterre mais au petit matin du 4 juin le bâtiment saute sur une mine.

Nicolas est porté disparu, son corps sera retrouvé un peu plus tard à Kapelle (province de Zeeland) Pays-Bas.

Nicolas disparaît ainsi à 32 ans laissant derrière lui une épouse enceinte éplorée, démunie et un enfant en bas âge, Michelle (5 ans).

Son nom figure aux monuments aux morts de Kapelle et d'Ouessant.

Il totalise 12 ans de services effectifs dont 9 ans embarqué.

Il est médaillé militaire et croix de guerre 1939-1945 avec palme, à titre posthume, par décret du 24 juillet. 1944 (JO du 1er août 1944).

Il était Second maître.
Son unité : Jaguar
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
Il est décédé le 04 juin 1940.
Son corps repose au cimetière de Ouessant (29)
Son décès est inscrit à la commune de Ouessant (29)
Document portant la mention MPLF : Mémoire des hommes

Jaguar

150

Le Jaguar était un contre-torpilleur de 2400 tonnes construit par l’Arsenal maritime de Lorient et mis en service en novembre 1926. En 1940, il fait partie de la Deuxième Division de contre-torpilleurs, en compagnie des contre-torpilleurs de même classe Chacal et Léopard.

En mai 1940, les Allemands ont envahi les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg. Depuis le 20 mai, ils sont à Abbeville. Le 22 mai, ces trois...

Jaguar
184353
Malgorn
Ouessant (29)
Finistère (29)
HE
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Médaille Militaire
Acte de naissance n°30/1908
D 11x15