Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Flottille 9F - Aéronavale

Aliz-avec-blasonweb

Flottille 9F

L’histoire de la flottille 9F débute en 1929 à Karouba (Tunisie) avec l’escadrille de surveillance 4S1 équipée de CAMS 37. En 1934 la 4S1 reçoit des CAMS 55, hydravions bimoteurs quadriplaces de 7 tonnes. Elle les conserve durant la guerre 39/40 et participe aux opérations de surveillance dans le détroit de Sardaigne et sur les côtes tunisiennes. La 4S1 est dissoute le 30 août 1940. En 1942 elle est recréée à Arzew près d’Oran et reprend ses missions de guerre : patrouilles anti-sous-marines, recherche de mines, protection des convois, avec des hydravions Latécoère 298 puis en 1943 elle s’installe à Ajaccio avec des « amphibies » Walrus supermarine d’origine britannique et très difficiles à piloter (6 de cassés en deux mois). Elle utilise aussi des Loire 130 avec lesquels elle récupère de nombreux aviateurs alliés tombés en mer. Elle est la seule formation (4S) de l’aéronautique navale engagée pour le débarquement de Provence. En fin 1944 elle est affectée à Cuers et reçoit la croix de guerre 39/45. A partir de mai 1945 elle est armée d’hydravions Dornier DO 24 (trimoteur de 17 tonnes) d’origine allemande et sa mission est la lutte ASM, s’installe à nouveau à Karouba et prend le nom de 9F. L’année 1951 est une année très importante de son histoire car elle échange ses hydravions pour des bombardiers en piqué de construction américaine, les SB2C Helldiver et entre dans le giron de l’aviation embarquée. En 1952 la 9F embarque sur le porte-avions Arromanches et participe à la guerre d’Indochine où, en plus de 2000 h de vol, elle accomplit 824 missions de guerre et perd 2 appareils au combat. Son fanion s’orne alors de la croix de guerre TOE et de la fourragère bleue et rouge. A son retour d’Indochine, de 1953 à 1960, elle retourne à la lutte anti-sous-marine en se transformant sur TBM Avenger et partage son temps entre le porte-avions et la BAN Aspretto près d’Ajaccio. En 1956 la 9F est à nouveau sur le pied de guerre, elle participe à la campagne d’Egypte où elle est chargée de la défense anti-sous-marine de la force d’intervention franco-britannique. Le 1er novembre deux TBM mitraillent 2 frégates ennemies et échappent en vol rasant à 2 « spit » égyptiens. Une nouvelle citation à l’ordre de l’Armée ajoute une étoile sur la croix de guerre TOE. En 1960 les 14 derniers TBM vieillissants s’envolent pour Cherbourg Querqueville et sont remplacés par des Bréguet 1050 Alizé. La 9F quitte Ajaccio entre deux affectations sur le Clémenceau et l’Arromanches pour rejoindre la BAN Hyères Le Palyvestre. De 1960 à 1972, indépendamment des tirs nucléaires au Sahara, la 9F avec ses Alizé est la « reine des PA », elle connaît tous les grands espaces (Atlantique nord et sud, Mer Rouge, Méditerranée) et participe aux campagnes d’expérimentation nucléaire du Pacifique avec le Foch et le Clémenceau. Après cette deuxième campagne elle est affectée à la BAN Lann-Bihoué et rejoint sa flottille sœur, la 4F, à Kérembars en décembre 1968. Jusqu’en 1972, année de sa dissolution la 9F sera de toutes les missions des porte-avions.

Sources :

Source : « Gazette de Lann-Bihoué »

Photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/
Category:Breguet_Alize?uselang=fr

Aéronavale