Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Jacques Lucien Paunet

est né le 02 mars 1924 à Paris 10ème (Paris (75))

Il est le fils de Robert Gustave, employé d’assurances, et de Andrée Marie Rose Roellinger, mère au foyer.

La famille est domiciliée au 59 rue Ramus dans le quartier du Père-Lachaise, situé dans le 20e arrondissement de Paris.

À l’âge de 19 ans, en 1943, Jacques est membre d’un réseau de la Résistance et en fait partie jusqu’au 1er octobre 1944.

Le 18 mai 1945, Jacques contracte un engagement initial d’une durée de cinq ans dans la Marine nationale et est incorporé au "5e Dépôt" à Toulon. Quelques jours plus tard, début juin, il rejoint l’école des élèves aspirants de réserve à la "Base aéronautique navale Arzew " en Algérie. Après cinq mois de formation, il embarque à bord du "D323 - Clématite", dragueur de mines de la flottille de la 3e région.

Commence alors le long cursus de formation qui aboutira à l’obtention du certificat de pilote d’aéronautique navale. Il est successivement affecté à la "Base aéronautique navale Cuers" (83) en février 1946, à la "Base aéronautique navale Hourtin" (33) en avril suivant où il est promu au grade d’enseigne de vaisseau de 2e classe de réserve en juillet 1946, au cours de navigateur aérien à la "Base aéronautique navale Lartigue" (Oran-Algérie) en août, à la "Flottille 9 F", armée avec des hydravions Dornier 24 de récupération de la marine Allemande, sur la "Base aéronautique navale Karouba" (Bizerte-Algérie) en janvier 1947 où il est promu au grade d’enseigne de vaisseau de 1ère classe en juillet 194.

Le 12 mars 1948, à Colombes (Seine), Jacques épouse Cécile Chazeau.

En janvier 1949, il pose son sac sur le porte-avions "Dixmude" puis, deux mois après, sur le

porte-avions "Arromanches". L’ultime étape de la formation débute le 1er janvier 1950 et a pour site "l’École de pilotage" sur la "Base école Khouribga" (Maroc).

Le 2 mai 1951, Jacques obtient le certificat de pilote d’aéronautique navale.

Il est affecté en novembre suivant à "l’Escadrille 54 S" sur la "Base aéronautique navale Hyères" (83) puis, en avril 1952, à la "Base aéronautique navale Karouba" avant de rallier début août la "Flottille 9 F" à bord du porte-avions "Arromanches".

Il pilote les SB2C-5 mis en œuvre à partir du porte-avions en utilisant toute la longueur du pont d'envol. Le 23 octobre, son Helldiver 9F-10 (89158) est accidenté à l’appontage au retour d’une mission de bombardement sur la région de Yen Bay.

Le 19 décembre 1952, parti du terrain de Cat Bi (Haïphong) pour une mission de reconnaissance dans le Haut Laos, un SB2C Helldiver de la "Flottille 9 F" percute le flanc d’une montagne près de Phou Noueï Cha, dans la région de Sam Neua. Les lieux de l’accident étant inaccessibles, l’équipage composé du lieutenant de vaisseau de réserve pilote Jacques Paunet et du maître mécanicien volant André Lotodé, très certainement tués sur le coup, est porté disparu.

Pour compter du 1er décembre 1952, Jacques est promu au grade de lieutenant de vaisseau de réserve pour "faits de guerre".

Il est nommé chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur à titre posthume.

La citation suivante, à l’ordre de l’armée de mer et comportant l’attribution de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures avec palme, lui sera décernée à titre posthume :

"Jeune officier remarquable par son allant et son enthousiasme. Pilote de grande valeur, courageux et constamment animé du plus bel esprit offensif. Après avoir participé à 31 missions de guerre sur le Nord-Viêt-Nam et s’être distingué notamment pendant les batailles de Nghia Lo et de Na San, ainsi que dans le secteur de Thaï Binh, par la vigueur de ses interventions, a trouvé la mort en opérations le 19 décembre 1952 au cours d’une mission de reconnaissance armée dans le Haut Laos. Demeure pour tous un exemple de courage souriant et tranquille. Totalisait 1 159 heures de vol, dont 108 en opérations. "

L'association recherche la famille ou toute personne susceptible de fournir des informations (lettres, photos...) concernant ce marin.

Il était Lieutenant de vaisseau de réserve.
Son unité : Flottille 9F
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de Guerre TOE avec palme
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 19 décembre 1952.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Paris (75)

Flottille 9F

Aliz-avec-blasonweb

Flottille 9F

L’histoire de la flottille 9F débute en 1929 à Karouba (Tunisie) avec l’escadrille de surveillance 4S1 équipée de CAMS 37. En 1934 la 4S1 reçoit des CAMS 55, hydravions bimoteurs quadriplaces de 7 tonnes. Elle les conserve durant la guerre 39/40 et participe aux opérations de surveillance dans le détroit de Sardaign...

Flottille 9F
184380
Paunet
Paris 10ème
Paris (75)
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer,Croix de Guerre TOE avec palme,Légion d'Honneur (chev.)
acte de naissance 1924/1257
E 10x13