Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Edouard Joseph Marie Cornen

est né le 17 décembre 1876 à Plouarzel (Finistère (29))

C’est un dimanche, à neuf heures du matin, que naît Édouard au domicile familial de Kerdéniel. Quatrième enfant de la fratrie, il est le premier garçon de Jean, cultivateur, et de son épouse Marie-Jeanne Jégou.

Il passe son enfance en compagnie de ses sœurs et frères prénommés Marie Françoise, Marie, Marie Jeanne, Jacques, Marie Françoise, François et Marie Renée.

Le 12 février 1885 est le jour de naissance du dernier enfant. Jean décède quinze jours plus tard, le 27 février, laissant la famille dans le plus grand désarroi.

Édouard est inscrit maritime, en qualité de novice, depuis juin 1895.

À partir de décembre 1896, il embarque à la petite pêche comme matelot sur les sloops "Eugénie" puis "Hélène".

Devenu patron en décembre 1898, il exerce sa profession à bord des sloops "Joséphine" jusqu’en mai 1902 puis "Saint-François".

Le dimanche 23 octobre 1904, à Lampaul-Plouarzel (29), Édouard épouse Jeanne Gabrielle Le Moigne, fille de François Marie Le Moign dit Frances et de Marie Jeanne Férelloc. La famille s’installe à Kérouzilic, près de l’église paroissiale. De leur union naîtront six enfants prénommés Marie-Jeanne, François, Françoise, Mélanie, Yves et Marie.

Édouard est appelé pour la mobilisation au "2e Dépôt " à Brest du 7 au 19 août 1914, puis laissé à la vie civile jusqu’à son incorporation définitive le 11 décembre suivant au sein du "2e Régiment d’infanterie coloniale" à Brest.

Son régiment est acheminé au front dans le département de la Marne (51) et participe à la bataille de l'Argonne. Après avoir été engagé lors des combats du bois de la Gruerie de Vienne Le Château en fin d’année 1914, le régiment reste dans le secteur de Servon jusqu’au 8 juin 1915, puis jusqu’au 6 juillet profite d’un repos bien mérité à la Neuville-au-Bois. Il se prépare ensuite à attaquer dans le secteur du bois Baurain. Le 14, au petit matin, les bataillons sont à leurs postes et s’élancent à 8 heures à l’assaut des positions ennemies.

Le soldat de 2e classe Édouard Cornen est tué à l’ennemi le mardi 14 juillet 1915. Dans ces combats, le régiment a eu 28 officiers et 1 322 hommes tués, blessés ou disparus.

Sa dépouille a été inhumée dans la nécropole nationale La Harazée, tombe 449, sur la commune de Vienne-le-Château (51).

Son nom est inscrit sur le monument aux Morts de Lampaul-Plouarzel ainsi qu’à la nécropole nationale La Harazée (51).

Son jeune frère, François, matelot fusilier auxiliaire, est décédé le 4 mai 1915 sur le champ de bataille à Nieuport (province des Flandres occidentales - Belgique).

Le 15 juillet 1915, Marie, sa fille, voit le jour.

Après ce drame, la vie continue pour Jeanne Gabrielle et ses enfants qu’elle élève avec courage et dignité.

Le 1er août 1963, elle s’en est allée rejoindre Édouard.

Il était Soldat de 2e classe.
Son unité : 2ème Régiment d'Infanterie Coloniale 1914-1918
  • Médaille commémorative de la Grande Guerre
Il est décédé le 14 juillet 1915.
Son corps repose au cimetière de Vienne-le-Château (51)
Son décès est inscrit à la commune de Lampaul-Plouarzel (29)
Document portant la mention MPLF : acte de décès 1920/16

"Attaque du Bois Baurain" : Extrait du Journal des marches et opérations du 2ème régiment d'infanterie coloniale 1914-18.

2ème Régiment d'Infanterie Coloniale 1914-1918

insigne-2e-RIC

Le 2e régiment d'infanterie de marine est une unité de l'armée de terre française, il est le seul à porter 16 noms de faits d'armes sur son drapeau. C'est l'un des « quatre vieux » régiments des Troupes de marine, comme les 1er, 3e et 4e régiments d'infanterie de marine (dissous en 1998). Ces unités ont constitué, avec le&...

2ème Régiment d'Infanterie Coloniale 1914-1918
184435
Cornen
Plouarzel
Finistère (29)
HE
NULL
Il a été décoré : Médaille commémorative de la Grande Guerre
acte de décès 1920/16
E 10x13