Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Albert Defaut

est né le 23 mars 1912 à Paris 20 ème (Paris (75))

Il passe toute son enfance dans ce quartier populaire de Belleville. Son père Lucien est mécanicien, c'est tout naturellement qu'Albert s'orientera vers ce même métier bien que son banjo ne le quitte pas. Sa mère Anna est fleuriste.

Il se marie à Houilles (78) le 19 septembre 1936 avec Jeanne Charton, tout en continuant à vivre sur la Seine, sur sa péniche rafistolée.  Artiste-peintre, ses toiles décrivent une mer déchaînée et la nature sous toutes ses formes.

Sa femme, quant à elle, est installée deux étages plus haut, dans un petit immeuble situé à quelques pas de la péniche. De cette union naîtra leur fille Simone.

Plus tard, il est appelé pour faire son service militaire et est incorporé le 15 avril 1933. Il obtient le grade de matelot de 3e classe mécanicien breveté Provisoire (B. P.) le 17 avril 1933.

Il sera libéré un an plus tard le 15 avril 1934 et retournera à la vie civile. Il effectue une période de réserve à la "Défense Littorale Cherbourg" en en 1936.

La guerre est déclarée le 1er Septembre 1939. Depuis le 26 Août 1939 il est mobilisé et est affecté à "l'Unité Marine Boulogne" jusqu'au 1er juin 1940 puis à la "Défense Littorale Cherbourg". Il rallie vraisemblablement l'Angleterre à ce moment-là.

L'armistice entre le gouvernement français et le Reich est signé le 22 juin 1940.

Après les destructions réalisées courant juillet par les anglais sur la Flotte Française, notamment à Mers el-Kébir, le Reich décide que les navires français se trouvant dans les ports anglais ont un délai d'un mois pour rallier la France. Passé cette date "tous bâtiments de commerce navigant sous pavillon français rencontrés à la mer hors de la Méditerranée seront traités comme ennemis par la Défense navale allemande".

Dans le même temps, les anglais précipitent le rapatriement des Français en raison du sentiment anti-anglais qui se développe à juste raison parmi les troupes françaises. Ils décident donc de rapatrier 1179 officiers et marins et 103 hommes d’équipage sur le paquebot "Meknès" le 23 juillet 1940. Albert Defaut, pressé comme tous ses camarades de retrouver sa famille, embarque sur ce navire qui est l'un de ceux affrétés par les anglais.

Mais le départ du "Meknès" a lieu un jour après la date limite fixée par le Reich, information qui n'est parvenue à l’amirauté française que le 24 juillet. Les conséquences de ce retard sont tragiques. Le mercredi 24 juillet à 23 heures, au large de Portland, le "Meknès" navigue tous feux allumés avec les pavillons tricolores peints de chaque côté de la coque éclairés par de grosses lampes, témoignant de sa neutralité. Il est malgré tout mitraillé par une vedette allemande et torpillé. Il coule en huit minutes. Le lendemain à l’aube les rescapés sont recueillis par des destroyers britanniques mais 420 marins manquent à l’appel.

Albert Defaut fait partie des disparus. Son épouse, alors couturière chez Chanel puis Hermès élèvera seule leur fille Simone.

Son nom figure sur la stèle commémorative du torpillage du Meknès de Saint-Martin-en-Campagne et Berneval-le-Grand (76).

Il était Matelot de 3e classe.
Son unité : Meknès
Il est décédé le 24 juillet 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Paris (75)
Document portant la mention MPLF : Etat signalétique et des services

Meknès

33

Le Meknès était un ancien paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique construit par les Chantiers de Normandie du Grand-Quevilly, de 132 mètres de long et jaugeant 6127 tonneaux, mis en service en 1914 sur la ligne le Havre-Haïti sous le nom de Poerto Rico. Renommé Meknès, il est placé sur la ligne Bordeaux-Casablanca en 1929, puis le Havre-La Baltique en 1936. Suite aux événements de la guerre mondiale, il est transformé en transport de...

Meknès
184483
Defaut
Paris 20 ème
Paris (75)
HE
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille
Acte de naissance 1912/902
A 21x27