Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Michel Jacques François Dubuisson

est né le 08 juillet 1912 à Rive-de-Gier (Loire (42))

Son prénom usuel est François. Il naît au domicile de sa tante maternelle à Couzon, ville située à 3 Kms de Rive-de-Gier dans le département de la Loire (42), où son père déclare sa naissance. Son père André Eugène, 30 ans à sa naissance, ingénieur de travaux publics, et sa mère Hélène Suzanne Charlotte Hutter, 24 ans, demeurent tous les deux à Malo-les-Bains, département du Nord (59).

François est le second de la fratrie, il est le seul né dans le département de la Loire. Son frère ainé Jean Pierre a déjà 14 mois. Naîtront après lui à Malo-les-Bains : Vincent en 1914 et Pauline en 1927. Ils grandissent ensemble dans ce quartier à caractère résidentiel et balnéaire à l'est de Dunkerque, avec sa longue plage de sable fin. Elle fut l'une des plages d'embarquement pendant l'opération "Dynamo" (27 mai-4 juin 1940), les soldats britanniques, français et belges furent évacués vers l'Angleterre.

Après sa scolarité à Dunkerque, François, s'engage pour 6 ans dans la Marine nationale à l'âge de 20 ans le 23 novembre 1932. Il rentre à "l'École Navale" dans les bâtiments de Brest Laninon et devient aspirant le 1er octobre 1933. A la fin de sa deuxième année de formation, il est promu enseigne de vaisseau de 2e classe le 1er octobre 1934.

Il embarque alors sur le croiseur-école " Jeanne d'Arc ". Ce navire lancé le 14 février 1930, bâtiment très moderne pour l'époque, n'est pas uniquement conçu comme navire-école aux qualités reconnues. Le but principal de cette "ambassade flottante" est de montrer le pavillon français dans tous les pays où la France peut faire rayonner son influence. C'est un bâtiment de prestige voué aux bals, aux fastueuses réceptions et aux visites de hautes personnalités.

Les " midships" n'en négligent pas pour autant les études. Ils s'initient à la navigation, aux armes et aux fonctions qu'ils sont appelés à exercer au cours de leur carrière d'officier. François aura le bonheur d'effectuer 1 tour du monde sur ce navire lors de la campagne de 9 mois effectuée d'octobre 1934 à octobre 1935.

Il passe Enseigne de vaisseau de 1re classe au 1er octobre 1936. A la suite de son cycle de formation il est embarqué sur la canonnière fluviale "Françis Garnier", qui fait partie de la "Force Navale d'Extrême Orient" à Saïgon. Elle fut créée afin de défendre les intérêts français en Asie. Il navigue sur le Yang-Tsé-Kiang autrefois appelé en français "fleuve bleu", d'une longueur de 6380 km, le plus long fleuve d'Asie. Il est rapatrié le 31 octobre de cette même année, pour problèmes de santé.au "5e Dépôt" à Toulon Il passe quelques mois à Lorient jusqu'au 2 avril 1937 avant d'être nommé à Brest sur le transport pétrolier "Rhône". Ensuite il est successivement sur le contre-torpilleur "Vauban", puis les croiseurs "Jean de Vienne", et sur le "Dupleix" à Toulon.

Il se marie à Toulon le 29 mars 1939 avec Jeanne Juliette Léontine Deboeuf, native de Brest (Finistère).

Le 16 mars 1939, il rejoint le sous-marin "Sultane" de la "5e Escadrille des Sous-marins" de Toulon. Le 1er septembre 1939 ce sous-marin est intégré à la "6e Escadrille" de Sous-Marins" basée à Bizerte. Sa fille Claude naît à Toulon le 26 février 1940.

Après l'armistice du 22 juin 1940 la "Sultane" reste à Bizerte et appartient alors à la 17e division.

François fait un bref séjour sur le torpilleur "Tempête" et embarque le 3 novembre 1940 sur le transport pétrolier "Garonne". Sa seconde fille Annick nait le 9 avril 1941.

Après avoir obtenu son brevet d'officier torpilleur, il est nommé le 19 juillet 1941 commandant en second du sous-marin "Sibylle" commandé par le capitaine de corvette Kraut. Le sous-marin navigue de Toulon à Dakar, puis à Casablanca. Son fils Éric naît en juillet 1942.

Ce sera son dernier embarquement. Il participe au large de Casablanca (Maroc) à l'opération "Torch". Le sous-marin "Sibylle" subit les attaques aériennes des bombardiers américains. Il disparaît avec 41 hommes d'équipage le 8 novembre 1942 au large de Casablanca.

Michel Jacques François Dubuisson laisse dans la peine et la douleur sa jeune épouse âgée de 28 ans avec ses trois jeunes enfants. Ils seront tous les trois adoptés par la Nation le 12 février 1947.

Son fils Éric s'engagera à son tour dans la Marine nationale et deviendra sous-marinier.

Il est cité à l'ordre de l'armée de mer en ces termes :

"Engagé à fond avec son bâtiment contre des forces adverses très supérieures au cours des évènements d'Afrique du Nord en novembre 1942, a fait preuve d'un esprit de sacrifice.

A glorieusement disparu en combattant".

Son nom est inscrit au monument commémoratif aux sous mariniers de Toulon.

Il était Lieutenant de vaisseau.
Son unité : Sibylle
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 09 novembre 1942.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Toulon (83)
Document portant la mention MPLF : Fiche Mémoire des hommes

Sibylle

sibyllemuseedelamarine

Année de construction : 1930

Mise en service en 1934

Chantier : Worms & Cie (Ateliers et chantiers de la Seine Maritime depuis 1946), Le Trait (76)

Lieu du naufrage : Maroc

Date du naufrage : 08 novembre 1942

 

Circonstances de l'événement

Coulé devant Fédala (rebaptisée Mohammedia) près de Casablanca au Maroc, victime d’une mine américaine dans...

Sibylle
184512
Dubuisson
Rive-de-Gier
Loire (42)
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer,Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Légion d'Honneur (chev.)
Acte de naissance1912/177
G 11x11