Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Louis Sohier

est né le 28 avril 1925 à Arcachon (Gironde (33))

Il voit le jour dans une famille d’origine bretonne qui s’est installée à Arcachon en 1924. A l’époque , c’était un des premiers ports de pêche français. Son père, Armel Sohier, né à Mur de Bretagne (Ille et vilaine) est directeur de l’agence locale de la Compagnie Radio Maritime et sous-directeur de l’agence locale de la station côtière « Bordeaux Arcachon Radio » qui ont pour mission d’entretenir le lien avec les chalutiers en pêche dans le golfe de Gascogne. Sa mère Adèle, Marie Sohier est née à La Trinité Porhouet (Morbihan).

A l’époque, quand on est jeune et qu’on évolue dans le milieu de la pêche arcachonnaise, on fréquente le quartier de l’Aiguillon, le catéchisme à l’église Saint-Ferdinand et on suit les cours de l’école Victor Duruy. Après le certificat d’études, c’est l’apprentissage de la pêche, c’est le chemin que suit Louis Sohier. Il embarque comme mousse puis comme novice sur les bateaux de pêche.

La société Anonyme des pêcheries à laquelle appartient le bateau sur lequel il embarque en 1942, comme toutes les compagnies à cette époque, vit une période difficile. Si sur le plan économique, les affaires sont florissantes, les dommages de guerre sont nombreux, les chalutiers draguent des mines qui sont prises dans les filets et provoquent des explosions, il y aura ainsi 150 morts de 1942 à 1944.

Le 20 février 1942, le quotidien « la petite Gironde » titre en première page : « Trois chalutiers d’Arcachon sont coulés dans le golfe de Gascogne par des bombardiers anglais. » En effet le 18 février, au large d’Hourtin, trois chalutiers arcachonnais, le "Jules Pierre", le "René Cameleyre" de l’armement Cameleyre frères, le "Dragon bleu" ainsi qu’un chalutier Italien le "Baleina" ont été attaqués par trois bombardiers britanniques. Le "Jules Pierre" et le "René Cameleyre" ont coulé corps et biens. L’équipage du chalutier italien, également touché, a pu rejoindre un canot de sauvage. Le "Dragon bleu" en coupant son chalut a pu s’en sortir.

Ce drame fait 25 victimes dont Louis Sohier qui n’a pas encore 17 ans,

Le nom de Louis Sohier figure sur une plaque commémorative dans l’église Saint-Ferdinand ainsi que sur le monument aux morts d’Arcachon.

Il était Mousse.
Son unité : Chalutier "Jules-Pierre"
Il est décédé le 16 février 1942.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Arcachon (33)

Chalutier "Jules-Pierre"

Chalutier "Jules-Pierre"
184666
Sohier
Arcachon
Gironde (33)
28 avril 1925
Aucune
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille
transcription jugement acte de décès 1943/25
E 10x13