Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

François Cuzon

est né le 30 septembre 1914 à Edern (Finistère (29))

François naît le 30 septembre 1914 à Edern, petite commune du Sud-Finistère. Elle se situe dans le pays glazik à une quinzaine de kilomètres de la ville de Quimper au cœur même de la Cornouaille. La commune d’Edern résulte de l’ermitage de saint Edern, moine irlandais, arrivé en Bretagne à la fin du 9ème siècle. Non loin de là, le 9 juin 1975, à Briec, commune voisine d’Edern, a eu lieu un épisode violent de la révolte du papier. Il s’agit d’un mouvement populaire visant le refus de la fiscalité de l’Ancien Régime. Le soulèvement tout d’abord citadin, se propage rapidement dans les campagnes et prend alors le nom de révolte des ‟Bonnets Rouges‟ en référence au bonnet que portaient les paysans.

La commune rurale d’Edern est riche en monuments historiques comme la chapelle Saint Botlan, ancienne possession des Hospitaliers, et inscrite aux Monuments historiques depuis 1976.

François est le fils d’Hervé, Marie Cuzon, cultivateur et Jeanne, Anne Guillou qui travaille également sur l’exploitation située au lieu-dit Saint Maudet en Edern. La famille s’agrandit en 1915 avec la naissance de sa petite sœur, Marie-Anne.

François intègre la Marine nationale comme engagé volontaire le 10 juillet 1931 pour une durée de 5 ans. Il se réengagera par la suite pour une durée de 2 ans le 24 mars 1937, puis le 1er avril 1940 pour 3 ans.

Il entre à ‟l’école des mousses‟ de Lorient le 10 avril 1931. Il y passe deux années où il va suivre une formation d’apprenti mécanicien. Il quitte cette école le 1er avril 1933 comme matelot de 2e classe B.E. avec la spécialité de mécanicien et est affecté à la ‟Flottille de S/M 2e région‟ du 1er avril 1933 au 1er avril 1935. Il est alors promu au grade de quartier-maître. Il intègre ensuite pour quelques mois le ‟L. M. C. Toulon‟ du 1er avril 1935 au 1er octobre 1935 et rejoint la ‟2e Escadrille de S/M‟ à Cherbourg du 1er octobre 1935 au 15 août 1936 avec le grade de quartier-maître de 1e classe. Affecté ensuite au ‟Centre des S/M de Cherbourg‟ du 1er août 1936 au 17 février 1937, il y recevra une formation de scaphandrier.

Après un mois passé au 1erDépôt‟, il est affecté à la Marine de Dakar du 30 juillet 1937 au 14 avril 1939. Il passe ensuite 4 mois au ‟2e Dépôt R‟ et embarque sur le ‟Commandant Duboc‟ le 3 août 1939 jusqu’au 3 juillet 1940. Ce bâtiment est un aviso de la classe ‟Elan‟ de la Marine nationale. En mai 1940, il participe à l’évacuation de Dunkerque et est capturé en juillet par les Britanniques avant d’être transféré aux ‟Forces navales françaises libres‟ avec lesquelles il est engagé dans la ‟Bataille de Dakar‟ en septembre 1940. François intègre le ‟5e Dépôt‟ le 3 juillet 1940 jusqu’au 13 janvier 1941, puis le ‟Dépôt de Casablanca‟ du 13 janvier 1941 au 1er février 1941. Il sera promu Second -Maître le 1er octobre 1941. Il embarque ensuite sur le croiseur ‟Primauguet‟ du 1er février 1941 au 1er février 1942. Il est nommé à nouveau au ‟Dépôt de Casablanca‟ du 1er février 1942 au 1er août 1942 puis est affecté sur le ‟Boulonnais‟ du 1er août 1942 au 9 novembre 1942.

Le ‟Boulonnais‟ est la tête de série de quatre torpilleurs : ‟Boulonnais‟, ‟Basque‟, ‟Brestois‟, ‟Bordelais‟ pendant la 2e guerre mondiale et fait partie de la ‟2e flottille des torpilleurs de l’Escadre de l’Atlantique‟. Un torpilleur est un petit navire de guerre relativement rapide et manœuvrant chargé de combattre les grosses unités de surface en utilisant comme arme principale la torpille.

En 1940, le ‟Boulonnais‟ opère en mer du Nord et participe à la campagne de Norvège qui est la première confrontation terrestre directe entre les forces alliées-Royaume-Uni, France et Pologne- et les troupes de l’Allemagne nazie. Cette campagne se solde par la victoire de l’Allemagne et entraîne l’occupation de la Norvège. Le torpilleur rejoint ensuite la mer méditerranée, les ports d’Oran puis d’Alger ; il échappe au bombardement de la flotte française à Mers-el-Kébir et intègre alors la ‟Patrouille de l’océan‟ à Casablanca et se trouve confronté à ‟L’Opération Torch‟, mise en œuvre par les Britanniques et les Américains. Elle se déroule du 8 au 16 novembre 1942 et est commandée par le général américain Dwight D. Eisenhower. Le 8 novembre 1942, au petit matin, à 9 heures précisément, la ‟2e Escadre légère‟ sort du port de Casablanca et se met en formation de combat. Très rapidement elle essuie un mitraillage d’une rare violence, des avions de chasse (wildcats) qui remontent la ligne des torpilleurs les criblent de rafales de mitrailleuses. Le torpilleur le ‟Boulonnais‟ est touché et doit changer ses commandes, stopper et remettre en route. Il rallie l’escadre au moment où celle-ci se replie pour la première fois pour se porter au-devant du croiseur le ‟Primauguet‟ enfin prêt à sortir du port. Le ‟Boulonnais‟ reçoit alors cinq obus du croiseur ‟Brooklyn‟ causant des avaries très importantes qui ont occasionné la perte du bâtiment.

François décède lors de cette attaque.

Il est cité à L’Ordre de l’Armée de Mer :

  • "Au cours de l’attaque de l’Afrique du Nord, le 8 novembre 1942 par les forces Anglo-américaines supérieures, a combattu jusqu’au sacrifice total, donnant à tous un magnifique exemple de courage et d’abnégation-"

Il reçoit la Médaille Militaire à titre posthume (décret du 24 juillet 1944) n° 15183

Il était Second maître de 1re classe.
Son unité : Boulonnais
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer
Il est décédé le 08 novembre 1942.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Crozon
Document portant la mention MPLF : Fiche Mémoire des Hommes

Boulonnais

Boulonnais001

Le Boulonnais faisait partie d’une série de 14 torpilleurs de la classe Basque qui comprenait L’Adroit, L’Alcyon, le Basque, le Bordelais, le Brestois, le Forbin, le Fortuné, le Foudroyant, la Fougueuse, le Frondeur, le Mars, la Palme et la Railleuse.

Mis sur cale aux Chantiers Navals Français à Caen en septembre 1926, le Boulonnais est mis à flot le 1er juin 1927 et...

Boulonnais
184678
Cuzon
Edern
Finistère (29)
30 septembre 1914
Aucune
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de l'Armée de Mer,Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Médaille Militaire