Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Paul André Herry

est né le 20 mars 1920 à Montmartin Sur Mer (Manche (50))

C’est au bord de la mer, près de Coutances, à Montmartin sur mer, que naît Paul Herry, au foyer de Jean-François Herry, originaire de Guingamp dans les Côtes d’Armor, qui, après avoir été militaire, était garde champêtre dans le petit village de Heugueville-sur-Sienne, qui comptait à cette époque 600 habitants et de son épouse Marguerite Coupeaux, originaire de Orval dans la Manche. Il sera rejoint 8 ans plus tard par son frère Raymond dont il sera le parrain. Paul va fréquenter l’école publique du village puis continuer son parcours scolaire au cours complémentaire de Coutances.

C’est très jeune, il n’a que 17 ans, qu’il s’engage dans la marine pour 5 années, le 13 décembre 1937, au "5e dépôt" à Toulon. Il est recruté comme matelot de 2e classe sans spécialité. Dès le 31 décembre, après un examen, il est affecté sur le cuirassé "Océan "qui est alors l’école des torpilleurs et des électriciens. Le 1er juillet 1938, il réussit le BE de radio. Il séjourne au "1er dépôt" à Cherbourg où il travaille durant deux mois à la préfecture maritime. Le 17 septembre, il embarque sur le sous-marin "Sidi Ferruch" au "CSM "de Cherbourg. Déjà, dans les nombreuses lettres qu’il échange avec sa famille, il fait part de ses craintes devant les rumeurs de guerre. Il est promu quartier-maître radio le 1er août 1939. Après un court séjour à Fort de France, le bâtiment entre à Brest où il est rattaché au "4e ESM " le 1er janvier 1939. Le 15 janvier de la même année, il part pour un mois aux Açores puis à Casablanca. Après une visite de Marrakech, Paul quitte le Maroc , la misère des autochtones le frappe au cours de cette escale. Il regagne Brest, port d’attache du "Sidi Ferruch "où il va rester jusqu’en juillet . Après un bref séjour à Cherbourg grâce auquel il peut retrouver sa famille, Paul passe avec succès l’examen d’aptitude à la navigation sous-marine puis , après une brève escale à Brest, le sous-marin navigue vers la Martinique où il restera jusqu’en décembre.

En été 1940, le bâtiment gagne d’abord Casablanca alors que se déroule non loin de là l’attaque de Mers El Kébir par les Britanniques, puis Dakar où il rejoint d’autres sous-marins qui doivent empêcher la prise de l’AOF par les Français libres et les Britanniques. Grâce à l’intervention du "Sidi Ferruch" en Août 1940 le Gabon n’entre pas en dissidence. Au cours des combats, le sous-marin manque de peu d’être coulé. Depuis sa mise en service, le "Sidi Ferruch" a parcouru 30 000 milles, il met le cap sur Dakar pour un grand carénage de 9 mois. Paul est reçu à Correns, petite ville proche de Toulon, dans la famille de son ami Michel Victor, sous-marinier comme lui sur le "Sidi Ferruch", alors que son bâtiment se trouve à Toulon en gardiennage d’armistice de septembre 1941 à avril 1942. Pendant ce temps, Paul réussit à profiter d’une permission après laquelle il renouvelle son engagement le 23 Mars 1942. A cette même date il reçoit la Médaille coloniale , agrafe AOF.

Le 15 mai 1942, le bâtiment part pour le Maroc puis Dakar, Paul apprend alors qu’il est admissible au grade de second maître. Le 9 décembre l’on apprend que l’on est sans nouvelle de 5 sous-marins . Faute d’un ordre d’appareillage donné par le commandant Laroze, lors de l’attaque de la marine américaine, le "Sidi Ferruch " perd son commandant gravement blessé sur les quais, le second David prend le commandement du bâtiment et réussit à sortir du port, mais le sous-marin est coulé par des avions du porte-avions américain le 9 juin 1942.

La famille de Paul ainsi que sa jeune fiancée qu’il a laissée à Toulon et qui va entamer une correspondance avec ses parents, vont vivre des moments terribles. Son ami Michel Victor les soutient durant cette épreuve. Ils vont durant plusieurs mois être partagés entre espoir et désespoir, en effet dans un premier temps , le "Sidi Ferruch "n’est pas du nombre des bâtiments officiellement disparus et le nom de Paul ne figure pas sur la liste des victimes, la Croix rouge ne peut les renseigner pas plus que le RF de Toulon. Ils gardent tous espoir malgré tout mais la confirmation de la perte du "Sidi Ferruch" tombe suivie de celle de la disparition de Paul au mois de mai 1943.

Les lettres de condoléances du directeur du collège fréquenté par Paul, du curé de Coutances témoignent de l’estime où le tenaient les personnes de son entourage.

Son décès est déclaré constant par le tribunal civil de Casablanca le 26 juin 1943

Il est cité à l’ordre de l’armée de Mer par ordre du 9 juillet 1943. Il reçoit la médaille militaire le 21 juin 1951

 La Croix de guerre 39/45 avec palme lui est octroyée à titre posthume le 7 décembre 1954.

Il était Quartier-maître radio.
Son unité : Sidi-Ferruch
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec palme (s)
  • Médaille Coloniale Afrique Occidentale Française
Il est décédé le 09 novembre 1942.
Porté disparu
Document portant la mention MPLF : ESS

Sidi-Ferruch

16

Basé aux Antilles, il rejoint Halifax puis l'Afrique. Désarmé à Toulon de septembre 1941 à avril 1942, il regagne l'A.O.F. puis le Maroc. Ce sous-marin se trouvait à quai à Casablanca le 9 novembre quand le port a été attaqué par la task-force 34, anglo-américaine. Le capitaine Laroze, à terre, a été gravement blessé et 6 hommes à bord du navire tués ou grièvement atteints. L'officier en second, lieutenant de vaisseau David a alors fait appare...

Sidi-Ferruch
184707
Herry
Montmartin Sur Mer
Manche (50)
20 mars 1920
Aucune
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 39-45 avec palme (s),Médaille Coloniale Afrique Occidentale Française,Médaille Militaire
tribunal civil de Casablanca 28/06/1943; n°32543