Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Turquoise - Sous-marin

Turquoise001
1909
Dardanelles
30 octobre 1915

Le sous-marin Turquoise (Q-46) fait partie des 6 sous-marins à coque unique (plans Maugas) commandés au titre du budget de 1903, ordonnés le 24 novembre 1903. Les 5 autres sous-marins de cette classe étant l’Émeraude (Q-41), le Rubis (Q-43), le Topaze (Q-45), l’Opale (Q-42) et le Saphir (Q-44). L’Émeraude, le Rubis et l’Opale étant construits à Cherbourg, les 3 autres à Toulon.Ses caractéristiques principales étaient : Déplacement : 392 tonnes (surface), 425 tonnes (plongée),- Dimensions : Longueur (44,90 m) x Largeur au fort (3,90 m) x Tirant d’eau (3,68 m),- Machines : 2 diesels Sauter Harlé – puissance : 300 cv,2 moteurs électriques – 2 hélices,- Vitesses : 11,5 nœuds en surface – 9,20 nœuds en plongée,- Distance franchissable en nautiques : 2000 à 7,3 nœuds (surface), 100 à 5 nœuds (plongée),- Effectif : 21, puis 23 hommes- Armement : 6 tubes lance torpilles de 550 (diamètre de la torpille) intérieurs axiaux – 2 tubes lance torpilles à l’arrière pouvant lancer en gyro dévié. Nota : Turquoise et  Topaze, bénéficiaient d’une passerelle à 2,50 m au-dessus de l’eau, d’un petit carré et d’un poste pour les maîtres. Ils ont été les premiers sous-marins français à recevoir, en 1915, un petit canon de calibre 37mm. Construit par l’arsenal de Toulon, le sous-marin Turquoise, mis sur cale le 24 novembre 1903, est mis en service le 10 décembre 1910, et va participer à la revue navale du 4 septembre 1911 à Toulon.Le 02 avril 1913, une lame emporte 5 hommes se trouvant en passerelle du Turquoise alors commandé par le lieutenant de vaisseau Lavabre. La « Grande Guerre » est enclenchée en août 1914 ; dans un premier temps elle oppose les « Empires Centraux » (alliance de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie) aux pays de l’Entente regroupant la France et la Grande-Bretagne, auxquels se joint la Russie. En octobre de cette année 1914, l’Empire ottoman se range aux côtés des Empires Centraux.L’opération des Dardanelles est décidée en janvier 1915 par le premier Lord de l’Empire britannique, Winston Churchill, avec pour objectif l’occupation des détroits et l’accès à Constantinople, en forçant le passage des Dardanelles. Elle sera mise en œuvre par les Marines anglaises et françaises à partir de la mi-février.Le sous-marin Turquoise, commandé par le lieutenant de vaisseau Ravenel, réussit à pénétrer en mer de Marmara, le 21 octobre 1915, et à patrouiller pendant une semaine, en coopération avec des sous-marins anglais. Il est criblé d’obus par les canons des batteries côtières mises en œuvre par les Turcs et les Allemands. Le 30 octobre, en plongée, il est piégé dans le barrage des filets de Nagara et doit remonter en surface, près de la côte pour essayer de se dégager. Il est alors pris sous le feu des batteries côtières ; les Turcs envahissent le bord, font prisonnier l’équipage, et s’emparent du bâtiment qui sera remorqué jusqu’à Constantinople. Le Turquoise prendra le nom de Mustadieh Ombashi du nom de l’officier turc qui a commandé l’attaque et la prise du bâtiment. Le bâtiment sera restitué en 1919, après la victoire des Alliés sur l’Empire ottoman. Peu après, il sera condamné et vendu à Toulon à la Société du matériel naval du midi, avec d’autres bâtiments condamnés.   Pour info : le lieutenant de vaisseau Ravenel sera chargé en 1926 de la Direction du Port de Constantinople (Istanbul aujourd’hui). Puis en Juin 1928, il est nommé au commandement de la 3ème escadrille de sous-marins.Cinq membres de l’équipage sont décédés durant leur captivité en Turquie :- Carain Yves Marie Emile, second-maître électricien : « décédé en captivité » le 19 octobre 1916 à Bilemedick (province d’Adana en Turquie),- Darbera Antonin Paul Octave, quartier-maître mécanicien : « décédé en captivité » le 8 mai 1917 à Bilemedick,- Gandemer Eugène Alphonse Pierre, quartier-maître électricien : « décédé en captivité » le 27 novembre à Bilemedick,- Goavec François Gabriel, second-maître électricien : « décédé de maladie en captivité » le 7 février 1918 à Bilemedick. Inhumé au cimetière de Maltepe de Constantinople bordant la mer de Marmara,- Kerlo François Marie, quartier-maître mécanicien : « décédé de la grippe espagnole » durant sa captivité à Bilemedick. 

Sources :

  • Les sous-marins français des origines (1863) à nos jours
    de Henri Le Masson (Editions de la Cité)
  • Le dictionnaire de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours »
    de J. M. Roche

 

http://sous.marins.disparus.free.fr/

Turquoise002tombes
Sous-marin