Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Lamoricière - Paquebot

Paquebot-Lamoricire
1920
Richardson Newcastle
Baléares
09 janvier 1942

Le 6 janvier 1942 à 17 heures le paquebot " Lamoricière" de la "Compagnie Générale Transatlantique"  quitte Alger pour Marseille. Le paquebot est commandé par Joseph Milliasseau et à son bord il y a 272 passagers et 120 hommes d'équipage. Les passagers sont des fonctionnaires et militaires affectés en Afrique du Nord, des résidents d'Algérie venus passer les vacances sur le continent et des enfants rentrant de colonie de vacances ou de séjours dans des familles d'accueil.

Le 7 janvier 1942 à 22h54, le paquebot capte un SOS du cargo "Jumiège" en perdition au large de Minorque. Le commandant Milliasseau décide de tenter de lui porter secours, mais le cargo demeure introuvable.

Près des iles Baléares, le paquebot fait alors  face à une mer de force 9 avec des vagues de 7 mètres.

Le 8 janvier le "Lamoricière" à son tour subit de graves avaries, l'eau s'engouffre dans les soutes à charbon par les "portelones" déformées par les chocs des paquets de mer, provoquant une forte gite sur bâbord. A 17h10 le paquebot émet un signal de détresse.

Le "Lamoricière" avait été modifié pour passer d'une propulsion au fuel à une propulsion au charbon, le fuel étant réquisitionné par les troupes allemandes d'occupation. Cette modification du navire avait conduit à construire des "portelones", portes de chargement du charbon ouvertes dans la coque et présentant une étanchéité médiocre, et a pour conséquence de limiter la vitesse (vitesse max passe de 18 à 10 nœuds) et la puissance du bateau par l'utilisation du charbon qui en outre est de qualité médiocre.

Le 9 janvier, dans des vagues de 12 mètres et des vents de force 9, la gite bâbord du paquebot s'accentue, le charbon humide brûle mal et diminue encore la puissance du navire qui peine à faire face aux vagues déferlantes.

Les paquebots "Gouverneur Général de Gueydon" et " Gouverneur Général Chanzy" ainsi que l'aviso "l'Impétueuse", alertés par les messages de détresse émis par le paquebot "Lamoricière", ont rallié la zone et tentent de passer une remorque au navire en perdition. Mais toutes les tentatives de remorquage échouent. 

A 11 heures le 9 janvier l'ordre d'évacuation est donné. Les embarcations bâbord, les seules accessibles, sont mises à l'eau et des matelots courageux parviennent à sauver quelques vies, mais de nombreux  passagers et membres d'équipages disparaissent dans une mer démontée.

Le 9 janvier 1942 vers 12h35 le paquebot coule à la latitude de 40°38N et la longitude de 04°38E près des côtes de Minorque.

La tragédie fait 299 victimes dont 80 membres d'équipage, y compris le commandant Milliasseau.

Les rescapés, sont recueillis par les 3 navires présents sur la zone de naufrage.

Sources :

 Sources : Livre  "les femmes et les enfants d'abord" de Gérard Piouffre

                    site internet : www.ladepeche.fr

                  Photo : Frenchlines DDM

Paquebot