Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Alfred Henri Fischer

est né le 15 février 1915 à Hautevelle (Haute-Saône (70))

Né au début de la Grande guerre , Alfred voit le jour en Franche-Comté épargnée par les combats.

A cette époque son père Jacques Alfred, mécanicien, est mobilisé au 50e Régiment d’Infanterie territoriale de Belfort. Sa mère, Zoé Lallez, élève ses enfants à Hautevelle (Haute Saône) proche de la ligne de front.

Alfred côtoie très jeune les nombreuses usines de sa région et acquiert de solides connaissances en mécanique.

Alfred Henri signe son premier engagement dans la Marine nationale le 9 juillet 1934. Il a 19 ans quand il est incorporé à Toulon (83) comme matelot de 2e classe mécanicien. Il embarque sur le cuirassé "Bretagne" un mois plus tard et arrive à Brest en 1935 sur ce bâtiment affecté à "l’Escadre de l’Atlantique" après sa modernisation à la Seyne sur mer(83).

Promu quartier-maître de 2e classe le 1er avril 1937, il embarque sur le contre-torpilleur "Chacal" basé à Brest en novembre de la même année.

Le 16 février 1938 il épouse Marie Léontine Tréguer de Plouarzel (29). Le couple, résidant à Brest, accueille leur fils Daniel le 20 novembre 1939.

La Seconde guerre mondiale, déclarée le 1er septembre 1939, va bouleverser la vie de cette famille.

Le contre-torpilleur "Chacal", qui a échappé à l’attaque d’un U-Boot en octobre 1939, participe à l’opération Dynamo  (Évacuation de la poche de Dunkerque) en mai 1940. Le 24 mai 1940, le "Chacal" et le "Léopard" sont attaqués par des bombardiers devant le cap d'Alprech (au sud de Boulogne S/Mer). Le "Chacal" est touché et l'équipage évacue le navire. Le chalutier armé "Messidor" de Dieppe, récupère 167 hommes, l'aviso "Arras" 26 et 27 hommes évacuent sur des radeaux de fortune, 22 d'entre eux toucheront terre près du cap Gris-Nez.

Alfred Fischer est cité en ces termes pour son comportement lors de la perte de son bâtiment : "Le 24 mai 1940, à bord du contre-torpilleur CHACAL s'est fait remarquer par son sang-froid et son dévouement au cours de l'engagement et de l'évacuation."

Il a sans doute accosté avec un radeau près du Cap Gris Nez. Fait prisonnier, il est interné à Coëtquidan le 24 juin 1940 d’où il s’évade en janvier 1941. Beaucoup de ses camarades rejoindront les camps de prisonniers en Allemagne. Il rejoint alors Toulon encore en zone libre.

Après quelques mois d’affectation à la "1re Flottille de Patrouilleurs" à Toulon, il va vivre une nouvelle aventure, celle de sous-marinier.

En Août 1941, il fait ses premiers pas dans cet univers au sein du "Centre des Sous-Marins" de Toulon et fait partie de l’équipage du sous-marin "Perle".

En Août 1940 le sous-marin "Perle" est en gardiennage d’armistice jusqu’en Août 1942, époque à laquelle il rejoint Dakar (septembre 1942) pour remplacer le sous-marin "Diamant".

Le sabordage de la flotte de Toulon a lieu  le 27 novembre 1942. L’assassinat de l’amiral Darlan et le ralliement de l’Afrique noire aux alliés en décembre 1942 font entrer le sous-marin "Perle" dans la guerre auprès des forces françaises libres début 1943.

Basé à Oran en mars 1943, le sous-marin "Perle" va participer aux opérations en Méditerranée occidentale et en particulier à la libération de la Corse.

Ce sous-marin mouilleur de mines rejoint début 1944 les États-Unis (Philadelphie) pour une modernisation de son système de mouillage de mines.

Avant le départ de Philadelphie (USA), le 1er juillet 1944,  Alfred Fisher est promu second-maitre de 2e classe.

Le voyage du retour sera sa dernière traversée.

Le sous-marin "Perle" est perdu le 8 juillet 1944 au large de Terre-Neuve. Alfred Henri Fischer disparaît dans ce naufrage avec tous les membres d’équipage excepté un survivant.

Il est cité à l’ordre du corps d’armée en ces termes : "Tombé pour la France à son poste de combat".

Son épouse Léontine et son fils Daniel se retireront à Lannilis dans le Finistère.

Son nom est porté sur les monuments :

  • Monument aux morts de Lampaul-Plouarzel (29),
  • Monument aux morts de Hauteville (70),
  • Monument commémoratif des sous-mariniers de Toulon (83).
Il était second maître mécanicien.
Son unité : Perle
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
  • Citation à l'Ordre du Régiment
Il est décédé le 08 juillet 1944.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Lampaul-Plouarzel (Finistère)
Document portant la mention MPLF : SHM mention MplF

Perle

Perle0

Le sous-marin Perle (Q – 184) est un sous-marin à double coque, mouilleur de mines du type Saphir, d'après des plans Normand-Fenaux, construit par l'arsenal maritime de Toulon. Mis en chantier en juillet 1931, à flot le 30 juillet 1935, il est mis en service le 1er mars 1937.

Ses principales caractéristiques :

761 t/1300 cv-Dimensions : 65...

Perle
6501
Fischer
Hautevelle
Haute-Saône (70)
CD
173463
Il a été décoré : Citation à l'Ordre du Corps d'Armée,Citation à l'Ordre du Régiment,Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Médaille Militaire
Livret de famille
C 12x17