Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Henri Mauffre

est né le 24 mai 1912 à Vouécourt (Haute-Marne (52))

Henri est le fils de Joseph Edmond Mauffré, et de Mazelin Adèle Juliette, son épouse. Il est l'aîné d'une fratrie de deux enfants : Henri (1910) et Marcel (1917). Henri et Marcel passent leur enfance dans les gares où leur père exerce sa profession de chef de gare des chemins de fer, successivement à Wassy (Haute-Marne), puis à Piney (Aube), puis à Vaux-sous-Aubigny (Haute-Marne). A la suite de sa scolarité à l'école primaire, il suit une scolarité au collège technique où il obtient son certificat d'aptitude professionnel dans la spécialité ajusteur mécanicien.

A 19 ans, Henri s'engage dans la Marine nationale pour une durée de 3 ans. Il est incorporé le 8 mai 1929 au "5e Dépôt des équipages de la flotte" au Port de Toulon, comme matelot de 3e classe, breveté provisoire mécanicien, sous le matricule n° 210 T 29. A l'issue de sa formation maritime et militaire, il embarque à la "1re Escadrille de sous-marins" basée à Cherbourg. Le 1er janvier 1930, il est nommé quartier-maître mécanicien. Le 1er octobre 1930, il va suivre le cours de spécialité mécanique à "l'Ecole des apprentis mécaniciens" à Toulon. A l'issue du cours de spécialité, Henri embarque sur le sous-marin "Vengeur" qui est en cours d'armement pour essais à l'arsenal de Cherbourg. En décembre 1931, le bâtiment est admis au service actif, et il est intégré à la "1re Escadrille de sous-marins". En septembre 1931, le sous-marin "Vengeur" passe à la "7e Escadrille de sous-marins" basée à Toulon.

Henri se marie le 9 juillet 1934 à la mairie de Piney (Aube) avec Pierrette Suzanne. De cette union naissent trois enfants : Michèle en 1936 à Ollioules (Var), Nicole en 1940 à Troyes (Aube), et Daniel né en 1944 à Casablanca (Maroc). La famille est domiciliée à Vaux-sous-Aubigny.

Après deux années passées sur le "Vengeur", Henri embarque en décembre 1933 sur le contre-torpilleur "Gerfaut" de "7e Division des contre-torpilleurs" basée à Toulon. Après 43 mois de navigation en mer Méditerranée, Henri séjourne six mois au "5e Dépôt des équipages de la flotte" à Toulon où, il prépare le concours d'admission au cours de brevet supérieur. Le 1er janvier 1938, Henry est admis au cours BS à "l'Ecole des mécaniciens et chauffeurs de la Marine" à Toulon. Breveté supérieur, il est nommé second maître le 1er juillet 1938, et il embarque sur le torpilleur "Tramontane" de la "7e Division des torpilleurs", basée à Toulon.

Le 1er juillet 1939, Henri est nommé maître mécanicien, et embarque sur bâtiment de transport "Golo" qui assure le service du transport du littoral sur les côtes de France et d'Afrique du nord. En juin 1940, le "Golo" est bombardé par l'aviation allemande, mais son artillerie réagit vigoureusement. Le bâtiment rejoint le port de Casablanca au Maroc, où il sert de station flottante de production d'électricité aux bâtiments en réparation à flot. En mars 1942, Henri embarque sur le torpilleur "Typhon" qui assure les escortes en mer Méditerranée orientale à partir du port de Bizerte (Tunisie). Lors de l'opération "Torch" de débarquement des Forces armées anglo-américaines en Afrique du nord (Maroc et Algérie), le "Typhon" appareille de Bizerte vers Oran, et engage le combat le 8 novembre 1942 avec la flotte Britannique. Il canonne la corvette HMS Hartland qui explose. Le lendemain le "Typhon" tente de regagner le port de Toulon, mais il est arrêté le 9 novembre par le croiseur HMS Aurora de la Flotte britannique, et doit rejoindre le port d'Oran, sous escorte. Le bâtiment se saborde dans le port d'Oran.

Comme tous marins de la Marine nationale présent en Algérie en novembre 1942, Henri rejoint "l'Unité Marine" à Oran pour se mettre aux ordres des "Forces armées anglo-américaines" pour préparer la libération de la Tunisie et le prochain débarquement en France. En avril 1943, Henri est affecté à "l'Unité Marine" d'Alger pour armer une batterie côtière (8e Batterie). En juin 1943, Henri est affecté à "l'Unité marine" de Bizerte en Tunisie libérée. En octobre 1943, Henri rejoint Casablanca au Maroc, où il est affecté à Marine Casablanca.

En novembre 1944, Henri est mis en subsistance sur l'escorteur "L'Enjoué". "L'Enjoué" faisait partie de la trentaine d'escorteurs côtiers cédés par l'US Navy à la France en 1944 pour poursuivre le combat contre l'Allemagne. Ces escorteurs furent affectés aux forces maritimes du Maroc et d'Afrique du Nord, et ils assuraient dans les zones côtières l'escorte de bâtiments détachés des convois de l'Atlantique ou des patrouilles devant les ports. "L'Enjoué" était basé à Casablanca. Le 9 janvier 1945, avec "L'Effronté", "L'Enjoué" escortait le cargo Agen de Casablanca à Gibraltar. A 16 h 40, à 16 milles dans le nord-est du cap Spartel (Maroc), l'escorteur est torpillé par le sous-marin allemand U 870. Une gerbe de 80 mètres de hauteur s'éleva au-dessus de "L'Enjoué" que l'on vit disparaître en quelques secondes. La rapidité de sa disparition fut certainement la conséquence de l'explosion de toutes ses grenades sous-marines provoquée par le torpillage. "L'Enjoué" disparut ainsi avec les 65 hommes de son équipage, dont le maître Mauffré Henri Justin.

Un jugement rendu en 1949, par le Tribunal civil de la ville de Langres (Haute-Marne) a déclaré constat le décès de Mauffré Henri Justin, maître mécanicien disparu en mer lors de la perte de l'escorteur côtier "L'Enjoué" de la Marine à Casablanca.

Le nom d'Henri Mauffré est inscrit sur le monument aux morts de la commune de Montsaugeonnais (Haute-Marne). La commune du Montsaugeonnais, créée par un arrêté préfectoral en 2015, est issue du regroupement des trois communes de Montsaugeonnais, Prauthoy et Vaux-sous-Aubigny, devenues des communes déléguées.

Il était Maître.
Son unité : L'Enjoué
Il est décédé le 09 janvier 1945.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Montsaugeonnais (52)
Document portant la mention MPLF : Mémoire des hommes

L'Enjoué

62

 

Ex USS PC-482, construit en 1942, (Defoe boat moto works). Cédé à  la France 15/07/1944 type corvette, 335 ts. (Transfert à  Casablanca sous immatriculation W44) Torpillé le 9 janvier 1945 à  16h40 par un U-Boot (U-870) à  10 milles N.E du Cap Spartel (psn 35 56N 05 49W). Aux ordres du LV Decugis, il assurait avec L'Effronté l'escorte du cargo Agen de Gibraltar à  Casablanca (convoi GC 107). "Un...

L'Enjoué
7220
Mauffre
Vouécourt
Haute-Marne (52)
24 mai 1912
Aucune
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille