Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Gaston Clément Faveau

est né le 20 septembre 1895 à Ile des pins ()

Fils de Gaston Pierre Thomas Faveau, surveillant militaire, et d’Elisabeth Briamant, couturière, Gaston naît sur l’île des Pins (Kunié en langue kanak), aussi surnommée l’île la plus proche du paradis, petit système insulaire situé au sud-est de la grande terre en Nouvelle-Calédonie. Cette île est également une commune et un district coutumier. Sa famille rejoint ensuite la France et s'installe à Saint Georges d'Oléron, ville natale de sa maman.

Après avoir été employé au commerce à Rochefort (17) où la famille s’est établie, Gaston est incorporé dans la Marine nationale au "4e Dépôt" à Rochefort le 14 octobre 1913 et aussitôt dirigé vers le "5e Dépôt" à Toulon où il reçoit la formation initiale, militaire et maritime, au métier de marin.

De janvier à juillet 1914, il suit l’enseignement de spécialité à l’"École des apprentis torpilleurs", embarquée sur le cuirassé "Marceau".

Breveté torpilleur, le matelot de 2e classe Gaston Faveau rejoint, en novembre suivant, le mouilleur de mines "Pluton" qui sert en Manche puis en Méditerranée. Il est promu au grade de quartier-maître durant cette affectation. En avril 1916, il est muté sur le torpilleur "Opiniâtre".

Le 29 septembre 1917, Gaston rallie le "Centre d’aviation maritime de Saint-Raphaël" qui est chargé des expériences, de l'entraînement, de l'instruction, et en avril 1918, le "Centre d’aviation maritime de Sousse".

Le 18 août 1918, en compagnie de l’enseigne de vaisseau de 1e classe observateur Jean Poisson (voir biographie sur ce site internet), il effectue, en service commandé, une mission de reconnaissance et de patrouille sur l’axe d’un convoi et est victime de l’accident de l’hydravion Donnet-Denhaut 200 hp dû à une panne de moteur, alors qu’il survole la côte près de Korba, sur le territoire de Grombalier (Tunisie).

Son corps est transporté à Sousse où, après identification, a lieu l’inhumation le 20 août suivant. Son corps sera ensuite transféré au cimetière de Rochefort S/Mer en 1923.

Il est cité à l’ordre du jour du 5e arrondissement maritime (Toulon 83) en date du 31 décembre 1919 pour le motif suivant : "Mort pour la France en accomplissant son devoir militaire."

Son nom est inscrit sur la plaque commémorative de l’église de Saint-Louis à Rochefort (17), sur l’aérostèle érigée sur la colline de Costebelle qui domine la base de Hyères-Le Palyvestre (83) ainsi que sur le Mémorial de l’aéronautique navale du Cap de la Chèvre (29).

Son unité : Centre d'aviation maritime de Sousse (Tunisie)
  • Médaille Militaire
  • Médaille commémorative de la Grande Guerre
  • Citation à l’ordre du jour du 5e arrondissement maritime (Toulon)
Il est décédé le 18 août 1918.
Son corps repose au cimetière de Sousse (Tunisie)
Son décès est inscrit à la commune de Sousse (Tunisie)
Document portant la mention MPLF : Jugement de décès

Centre d'aviation maritime de Sousse (Tunisie)

goliath

La décision de créer un centre d’aviation maritime à Sousse (Tunisie) est prise le 19 février 1917. Les travaux d’aménagement sont entrepris au mois d’avril et au mois de juillet, le centre est prêt à fonctionner. Le mois précédent, le professeur de 1ère classe d’hydrographie Bertin (grade équivalent à lieutenant de vaisseau) en a été nommé commandant. Les premiers appareils, des Donnet-Denhaut 150 ch, sont livrés...

Centre d'aviation maritime de Sousse (Tunisie)
7352
Faveau
Ile des pins
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l’ordre du jour du 5e arrondissement maritime (Toulon),Médaille commémorative de la Grande Guerre,Médaille Militaire
D 11x15