Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Louis André Marie de Montfort

est né le 13 septembre 1920 à Pouligny-Saint-Pierre (Indre (36))

Louis est le fils de Marie René Noël Albert de Montfort, officier de l'Armée de terre et de Marie Thérèse Aude, son épouse. Il est l'aîné d'une fratrie de cinq enfants. A l'issue de sa scolarité et après avoir obtenu son baccalauréat, il prépare les concours d'accès aux grandes écoles. Il entre à "l’École navale" en septembre 1939. Promu Enseigne de vaisseau de 2e classe le 15 juillet 1940, il sert à Toulon sur le torpilleur "Baliste", en avril 1941 sur le croiseur "Colbert", sur l'aviso "Batailleuse" et en novembre à l'état-major de la "Force de Haute Mer", basée à Toulon.

L'enseigne de vaisseau de Montfort Louis André Marie se marie le 19 décembre 1941 à la mairie de la ville de Toulon avec Jacqueline Marie Fontorbe. De cette union sont nés deux enfants : Patrick (1942) et Amaury (1944-2020).

En février 1942, il embarque sur le contre-torpilleur "Volta" ; il est promu enseigne de vaisseau de 1re classe en juillet suivant. A la suite du sabordage de la flotte en novembre 1942, Il est mis en congé d'armistice au début de 1943.

Rappelé au service en septembre 1944, il est affecté à Toulon au "Groupe des petits bâtiments en armement", puis participe d’avril à juin 1945, avec les troupes alliées débarquées en Provence, aux opérations qui se déroulent dans la région de Vintimille.

En septembre 1945, il rallie la "Brigade Marine d’Extrême-Orient",  (BMEO) qui se prépare à partir pour l'Indochine. La BMEO débarque à Saïgon le 20 octobre 1945 avec les premiers éléments du  "Corps expéditionnaire français ". Il y commande d’abord une section de reconnaissance en Cochinchine, puis la jonque armée "Paimpolaise".

Il est ensuite affecté à un commando qui avait été formé en France puis envoyé en Extrême-Orient pour être incorporé à la BMEO. Cette unité, nommée au départ "Compagnie Merlet" du nom de son commandant, stationnée dans l’ouest cochinchinois, prend part aux opérations de libération des villes de Mytho, Vinh-Long, Cantho et autres localités de moindre importance.

Pour son action au cours de ces combats, l'enseigne de vaisseau de Montfort a reçu la citation suivante à l'ordre de la Division (Décision du 9 février 1946) : "Jeune officier enthousiaste et d'un grand courage. A toujours mené sa section au feu avec ardeur et parfaite connaissance de son métier. Le 4 novembre 1945, au cours d'une patrouille de reconnaissance, a entraîné le premier sa section dans le franchissement d'un pont battu par un fusil mitrailleur rebelle. Au cours de diverses opérations a capturé à l'adversaire un nombre important d'armes à feu."

En mars 1946, une partie du "Corps expéditionnaire français" est transporté au Tonkin dans le cadre de l'opération "Bentré". La BMEO débarque à Haïphong le 6 mars à la coupure de Vu Yen. La "Compagnie Merlet", renommée "Compagnie Jaubert", est chargée d’assurer la sécurité de la flotte de débarquement et la mise à terre des hommes et du matériel. Elle était alors commandée par le lieutenant de vaisseau Merlet, secondé par les enseignes de vaisseau de Montfort et Aube.

Les "Forces armées françaises" avaient pour mission de remplacer les "Forces armées chinoises" qui avaient été chargées, lors des accords de Potsdam du 26 juillet 1945, de désarmer les "Forces armées japonaises" d'occupation au nord du 16e parallèle, et de prendre possession du territoire ; mais elles étaient confrontées aussi aux Forces Viet Minh et aux milices de parti politique (Tu Ve). Dans la ville d'Haïphong la rébellion s'organise contre les Forces françaises. Les fusiliers marins installés sur l'île de Ha-Ly avaient pour mission de sécuriser un secteur de la ville d'Haïphong et de neutraliser les points de résistance qui s'y trouvaient en liaison avec la "9e Division d'infanterie coloniale". Des Annamites tiraient sur les militaires français par les fenêtres des maisons, d'abris montés sur les trottoirs, ou de meurtrières percées dans les murs des immeubles. Le 28 avril 1946, le lieutenant vaisseau Merlet est blessé lors du dégagement par son unité, d'un peloton de marins pris sous le feu adverse, sur le pont Joffre. Le commandant de la compagnie est rapatrié.

L’enseigne de vaisseau de Montfort prend alors le commandement de la "Compagnie Jaubert" et la conduit aux durs combats d’Haïphong qui ont duré jusque novembre 1946. L'enseigne de vaisseau de Montfort est grièvement blessé le 24 novembre 1946, au cours de ces combats en réduisant un pâté de maisons d'un quartier annamites, au carrefour de la rue d'Abadie et de la rue du Commerce, près du canal Song-Tam-Bac. Il est atteint par balle alors qu'il observait la situation de son unité depuis le toit d'une maison qui venait d'être prise, et que des marins fouillaient. Il est décédé le 26 novembre 1946 à l'hôpital de la ville.

Il venait d’être nommé pour prendre le commandement d’un dragueur.

Le 12 avril 1947, Louis de Montfort est fait Chevalier de la Légion d’Honneur avec la citation suivante :

"Officier d’élite, plein d’allant et de bravoure, bel entraîneur d'hommes. A montré les plus belles qualités militaires tant au cours des opérations de Cochinchine avec la compagnie de la Brigade Marine d’Extrême-Orient et au commandement d’une jonque qu’au cours des opérations du Tonkin. Commandant de la compagnie Commandant Jaubert, chargé du nettoyage d’un quartier de Haïphong lors des combats de novembre 1946, a été mortellement blessé à son poste au cours d’une reconnaissance le 24 novembre. Deux fois cité." Cette citation à l'ordre de l'Armée comporte l'attribution de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures, avec palme.

Un commando de la Marine nationale, formé en 1947, porte de nom de "Commando de Montfort".

Le nom de Louis de Montfort a été inscrit sur le monument aux morts de la commune de Crasville-la-Rocquefort (Seine-Maritime (76)), dont le père était le maire. La dépouille de Louis de Montfort a été rapatrié en métropole en 1954, et inhumé dans le caveau familial au cimetière de Crasville-la-Rocquefort

Il était Enseigne de vaisseau de 1re classe.
Son unité : Flottilles amphibies d'Indochine - 1945-1954
  • Légion d'Honneur (chev.)
  • Croix de Guerre TOE avec palme
  • Citation à l'Ordre de la Division
Il est décédé le 26 novembre 1946.
Document portant la mention MPLF : Acte de naissance

: Livre du CA Kilian, ancien Cdt de la BMEO 1945-1947 – "Les fusiliers marins en Indochine" (Editions Berger-Levrault – Année 1951), Page 143

 Mémorial des anciens officiers de Marine : http://memorial-aen.fr

Flottilles amphibies d'Indochine - 1945-1954

Ok-Flottille-Amphibie-Indochine-Nord

1 - Historique

La "Brigade Marine d'Extrême-Orient" (BMEO) est constituée en décembre 1944 à Arcachon sous le commandement du capitaine de vaisseau Killian. Elle est envoyée en Indochine, avec des compagnies de fusiliers marins, plusieurs flottilles fluviales et des commandos parachutistes de l'aéronautique navale. La France est de retour dans cette régi...

Flottilles amphibies d'Indochine - 1945-1954
7494
de Montfort
Pouligny-Saint-Pierre
Indre (36)
13 septembre 1920
DG
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre de la Division,Croix de Guerre TOE avec palme,Légion d'Honneur (chev.)
19/1920
D 11x15