Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Roger Louis Marie Blaise

est né le 14 décembre 1912 à Brest (Finistère (29))

Roger est le fils de Sébastien Marie Blaise et de Marie Camille Henriette Joséphine Janin, domiciliés à Brest, 34 rue Jean Macé. Roger est l'aîné d'une fratrie de trois enfants : Roger Louis Marie (1912-1940), Charles Joseph Jean (1924-1985) et Jean Camille Marie (1927-2019). Avec ses frères, il passe son enfance dans cette ville où son père est marchand-tailleur civil et militaire au 34 rue Jean-Macé, à l'angle de la rue de Siam, puis au 75, rue de Siam.

Roger fait sa scolarité à Brest. Il apprend le métier de tailleur avec son père.

A 20 ans, Roger est appelé pour effectuer son service militaire avec la classe 1932. Il est incorporé le 15 avril 1934 au "2e Dépôt des équipages de la flotte" à Brest, comme matelot sans spécialité, avec le matricule n° 1231 B 34. A l'issue de sa formation maritime et militaire, il passe les épreuves pratiques de brevet élémentaire de la spécialité tailleur de la Marine nationale au "2e Dépôt." Il est ensuite nommé le 3 mai 1934 matelot de 3e classe, breveté tailleur. Il intègre alors la 1re compagnie comme permanent au "2e Dépôt." Le 1er février 1935, il embarque sur le croiseur "Emile Bertin" de la 1re Escadre. Après cinq mois de service à la mer, Roger est rendu à la vie civile le 6 juillet 1935, avec un certificat de bonne conduite portant la mention "Exemplaire".

Il regagne alors le domicile parental à Brest et reprend son métier de tailleur dans le commerce familial. Il devient ensuite salarié à St-Etienne en qualité de coupeur en vue de parfaire son autonomie professionnelle.

Le 29 décembre 1937, Roger Blaise, domicilié 2, rue Pierre Corneille à Saint-Etienne, se marie à la mairie annexe du Pilier-Rouge, commune de Lambézellec, avec Denise Baptistine Mazé, domiciliée chez ses parents dans le quartier du Douric, 5 rue Cuvier. Roger et Denise restent alors domiciliés à St-Etienne. De cette union naît un enfant qui n'avait que six mois lors du décès de son père. Il s'agit de Jean-Paul Charles Hervé Blaise, né le 28 décembre 1939. En 1940, la famille Blaise était domiciliée, au Relecq-Kerhuon (Finistère (29)), 38 rue Vincent-Jézéquel (devenu numéro 104 aujourd’hui).

A la déclaration de guerre contre l'Allemagne, Roger est rappelé sous les drapeaux. Le 3 septembre 1939, il rejoint son affectation dans la réserve au Port de Brest, à la "Défense du littoral". Le 1er juin 1940, il embarque sur l'aviso "Vauquois".

La "2e Escadrille d’avisos" de la Défense du littoral à Brest est composée de sept avisos de 800 tonnes, dont le "Vauquois".

Le 17 juin 1940, le maréchal Pétain annonce aux Français qu'il cherche les moyens de mettre fin aux hostilités. Les colonnes motorisées allemandes accélérèrent alors leur progression vers Brest pour pouvoir s'emparer du port et de la Flotte avant toute conclusion de la négociation d'armistice qui s'annonçait. Le 18 juin, le port ne pouvant être défendu faute de moyens, le commandement français décide son évacuation par voie maritime. Cette évacuation n'avait pas été préparée, elle s'est donc effectuée dans la plus grande confusion.

Les bâtiments des "Forces maritimes de l'Ouest" appareillèrent sous les ordres de l'Amiral de Laborde vers l'Afrique du Nord ou l'Angleterre. Ainsi dans la soirée du 18 juin, un convoi de trois bâtiments se forme en vue de rejoindre la Grande-Bretagne. Il s'agit des avisos "Somme", "Vauquois" et "Suippe". Le convoi franchit le goulet avec de multiples passagers en surnombre, et embouque le chenal du Four.

L'aviso "Vauquois", qui est en deuxième position, heurte une mine à proximité de la roche "Grande Vinotière", il se casse en deux parties, et il coule en quelques minutes. L'explosion a provoqué la perte du bâtiment et la mort, ou la disparition, de 132 personnes, dont le matelot Blaise Roger. Le corps de Roger Blaise sera repéché par le gardien du phare du Four, M. Hervé Arzel, et identifié le 15 juillet 1940 à Portsall, commune de Ploudalmézeau (Finistère).

L'acte de décès de Roger Louis Marie Blaise, matelot tailleur, est dressé le 16 juillet 1940 à la mairie de la commune de Ploudalmézeau. Roger est déclaré décédé le 18 juin 1940, à son poste de combat, "Mort pour la France", lors de la perte de l'aviso "Vauquois". L'acte est transcrit le 20 novembre 1945 à la mairie de la commune de Le Relecq-Kerhuon.

La dépouille de Roger Blaise est inhumée dans le caveau familial Blaise au cimetière de Recouvrance, commune de Brest, carré 03, rang 11, tombe 16.

Le matelot Blaise Roger Louis Marie est cité à l'ordre du Corps d'Armée le 15 mai 1951 en ces termes :

"Tombé glorieusement pour la France à son poste de combat".

Cette citation comporte la Croix de guerre avec étoile de vermeil. La Médaille militaire lui a été conférée, à titre posthume, par décret du 31 décembre 1950, publié au JO du 24 juin 1951.

Le nom de Roger Blaise est inscrit sur le monument aux morts de la commune de Le Relecq-Kerhuon, au Mémorial des Finistériens morts pour la France durant la guerre 1939-1940 au Fort de Montbarrey à Brest (Finistère), et sur le Mémorial aux Bretons morts pour la France à Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan).

Il était Matelot de 2e cl. tailleur.
Son unité : Vauquois
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
Il est décédé le 18 juin 1940.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Le Relecq Kerhuon
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Vauquois

Vauquois-01_0

Construit à Saint-Nazaire en 1919.

Commandé par le capitaine de corvette Villebrun, le "Vauquois" a quitté Brest le 18 juin 1940 vers 17h45. A son bord en plus de l'équipage, quelques officiers de divers corps et tous les fourriers de l...

Vauquois
7667
Blaise
Brest
Finistère (29)
14 décembre 1912
HG
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre du Corps d'Armée,Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Médaille Militaire
1945/84
C 12x17