Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Michel Jules Jean Colney

est né le 02 novembre 1910 à Ronchamp (Haute-Saône (70))

Il est le fils aîné de Louis André, employé des sociétés houillères de Ronchamp, et de Marie Louise Helck, institutrice.

Colette, sa sœur cadette, viendra agrandir la famille en 1917.

Sa maman, Marie Louise, décède en 1924. Son papa, Louis, se remarie trois ans plus tard.

Durant son enfance et son adolescence, Michel fréquente les écoles de sa commune de naissance.

À l’âge de vingt-deux ans, après un ajournement, Michel est incorporé dans la Marine nationale le 15 avril 1933 pour accomplir ses obligations militaires. Il rejoint le "5e Dépôt" à Toulon où, durant un mois, il reçoit une formation militaire et maritime.

À l’issue des classes, il est désigné en qualité de secrétaire militaire pour le "Centre d’aviation maritime Cuers" (Var). Il contracte en mars 1934 un engagement non initial d’une durée de trois ans, est promu au grade de quartier-maître de 2e classe en octobre 1935 et demeure dans la même affectation jusque fin janvier 1938.

Temporairement affecté au "2e Dépôt" à Brest, il rallie la "Défense littorale Brest" le 1er avril 1938 où il est promu au grade de quartier-maître de 1re classe le 1er juillet suivant.

Le 21 juillet 1939, à la mairie de Brest, Michel prend pour épouse Fernande Françoise Kerbrat.

Fuyant l’arrivée imminente de l’armée allemande dans le port du Ponant, une partie du personnel de la "Défense littorale Brest" embarque, en toute hâte, le 18 juin 1940 en fin d’après-midi sur l’aviso "Vauquois".

En route vers l'Angleterre, à la suite de l'aviso "Suippe", le "Vauquois" saute sur une mine magnétique en face du Conquet (Finistère) vers 21 heures.

Michel fait partie des nombreuses victimes. Son corps est retrouvé dans le chenal du Four le 30 juin puis inhumé au cimetière de Kerfautras à Brest.

A titre posthume, le quartier-maître de 1re classe secrétaire militaire Michel Colney est cité à l’ordre du corps d’armée avec le motif suivant : "Tombé glorieusement pour la France à son poste de combat". Avec cette citation, la croix de guerre 1939-1945, échelon vermeil, lui est décernée.

Son nom est gravé sur le monument aux Morts de Vauvillers (Haute-Saône) où résidait son papa au moment de la catastrophe.

Après ce drame, Fernande, son épouse, n’a pas souhaité garder contact avec sa belle-famille.

Colette, sa jeune sœur, a intégré une communauté religieuse dans le sud-ouest de la France, et en hommage à son frère, sous le prénom de Michelle. Elle est décédée en 2008.

Il était Quartier-maître de 1re cl. secrétaire militaire.
Son unité : Vauquois
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s)
  • Citation à l'Ordre du Corps d'Armée
Il est décédé le 18 juin 1940.
Son corps repose au cimetière de Brest (29)
Document portant la mention MPLF : Mémoire des hommes

Vauquois

Vauquois-01_0

Construit à Saint-Nazaire en 1919.

Commandé par le capitaine de corvette Villebrun, le "Vauquois" a quitté Brest le 18 juin 1940 vers 17h45. A son bord en plus de l'équipage, quelques officiers de divers corps et tous les fourriers de l...

Vauquois
7674
Colney
Ronchamp
Haute-Saône (70)
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre du Corps d'Armée,Croix de Guerre 39-45 avec étoile (s),Médaille Militaire
Tribunal civil de Brest (audience du 19/11/1942)
C 12x17