Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Base Navale Haiphong - Unité marine terrestre

Base-Haiphong-70

Haiphong est une ville portuaire importante du golfe du Tonkin en mer de Chine. Après la conquête française, elle était devenue une importante base navale française en Indochine.

L’histoire de cette base navale est liée à la guerre d’Indochine.

 

Quelques éléments de la guerre d’Indochine :

A la fin de la seconde guerre mondiale, l’envahisseur japonais est défait en Indochine. La France est de retour dans cette colonie avec le débarquement d’unités de fusiliers-marins et de troupes coloniales, et crée une fédération indochinoise autonome dans une union fédérale française. Mais une grande partie du territoire vietnamien connaît une agitation de nationalistes d’idéologie communiste ; son chef, Hô Chi Minh, proclame, en septembre 1945, l’indépendance de la République démocratique du Viêt Nam. Une solution diplomatique échoue lors de la conférence de Fontainebleau tenue de juin à novembre 1946. Le bombardement du port d’Haïphong, le 22 novembre 1946, par trois navires de guerre provoque 6000 morts, essentiellement des civils (d’après, notamment, une enquête de l’amiral Battet). C'est le début de la guerre d'Indochine qui, pour ce qui est de la France, durera 7 ans. Plusieurs années de guérilla vont ainsi opposer alors le Corps expéditionnaire français à l’Armée populaire vietnamienne, force armée du Viêt Minh.

 

La France reconnaît, en juin 1948, l’indépendance du Vietnam dans le cadre de l’Union française, avec Bao Dai désigné comme empereur en avril 1949, en tant que solution alternative à la politique d’Hô Chi Minh. Cependant, la France, instable politiquement, est affaiblie par une insurrection en Algérie (novembre 1954) et par sa participation à la guerre de Corée (1950-1953). De plus elle doit gérer une guerre rendue impopulaire par la propagande communiste.

 

La perte, en mai 1954, à Diên Biên Phu, du camp retranché des troupes françaises face aux troupes du Viêt Minh, conduit aux accords de Genève de Juillet 1954. Selon ces accords, le gouvernement français, présidé par M. Mendès France, s’engage au retrait des forces françaises, à la création d’un Viêt Nam coupé en deux, avec le Nord revenant au gouvernement viêt-minh et le Sud à l’Etat national vietnamien et à une réunification de ces deux zones en 1956, après référendum.

 

La fin de la présence française en Indochine était ainsi programmée. Une deuxième guerre de Vietnam, de 1964 à 1975, se soldera par la défaite militaire des Etats-Unis.

Le total des pertes pour la France, hors Indochinois, est de 47 674 hommes. La nécropole des guerres d’Indochine se trouve à Fréjus ; environ 34 000 noms y sont inscrits

Sources :

Sources : Divers sites internet

Unité marine terrestre