Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

François Léon Hamel

est né le 19 janvier 1879 à Brest (Finistère (29))

François est le fils de Gustave Marie Hamel, et d'Ernestine Marie Le Gall, son épouse. Sa mère décède prématurément le 30 décembre 1882 à Paris 8e. Son père décède l'année suivante le 27 décembre 1883 à Paris 16e. François se marie le 14 novembre 1901, à Brest, côté Recouvrance, avec Jeanne Berthe Le Floch, dont les parents sont domiciliés à Brest, 10 rue Pierre Ozanne. De cette union naissent cinq enfants : Ernestine, Andréa, André, Berthe et Roberte.

 

A 14 ans, François entre dans la Marine nationale le 6 avril 1893 comme mousse sous le matricule n° 70 208. Il embarque sur le navire école "Austerlitz" où il poursuit sa formation générale. A 16 ans il signe son premier engagement comme apprenti marin. Puis il fait son premier embarquement sur le cuirassé "Amiral Duperré" de l'escadre de la Méditerranée de juillet à octobre 1896, époque à laquelle il rejoint le bâtiment école "Couronne" où il suit le cours de formation de timonier. A la sortie du cours le1er mars 1897, il est nommé matelot de 2e classe breveté timonier, et embarque sur le navire école "Borda" à Brest, puis sur la frégate "l'Iphigénie", qui accueille les officiers de Marine pour la campagne d'application de septembre 1897 à octobre 1898. De retour d'un tour du monde, il est affecté à Brest sur le torpilleur de haute mer "Défi". En Mai 1900, il embarque à Cherbourg sur le torpilleur "Alarme". Nommé matelot de 1re classe, il embarque en décembre 1901 sur le l'ancien navire trois ponts "Bretagne", bâtiment école des mousses. En septembre 1902, il est affecté à la "Défense mobile" de Brest qui exploite les torpilleurs.

 

En mai 1905, il est admis à "l'Ecole de Pilotage" de Brest. A la sortie du cours en septembre 1905, il promu quartier-maître de 2e classe breveté pilote, et rejoint la "1re Flottille des torpilleurs océaniques" basée à Brest où il promu quartier-maître de 1re classe en février 1907. Puis il est admis à l'école de patron pilote en septembre 1907. A la sortie du cours en mars 1908, il est de nouveau affecté à la "1re Flottille des torpilleurs océaniques".

Après trois ans de navigation sur les torpilleurs François est affecté à la "Flottille de sous-marins" de Brest. Au cours de cette affectation de 4 ans sur les sous-marins, François est promu second maître pilote. En février 1915, François est de nouveau affecté à la "Défense mobile" de Brest. En octobre 1917, François est promu maître patron pilote, et est affecté à "l'Escadrille des sous-marins de Bretagne".

 

Début 1918, François embarque pour une mission sur le sous-marin garde côtes et de blocus "Diane". Le sous-marin fait partie de la 3e escadrille sous-marine de Brest. Il appareille, le 1er février 1918, du port de La Pallice, près de La Rochelle, à destination de l’archipel des Açores pour escorter le trois-mâts barque à vapeur "Quevilly". A partir du 11 février, le sous-marin n’a plus donné aucun signe de vie. Le sous-marin est alors déclaré disparu corps et biens par dépêche ministérielle du 9 mars 1918.

 

Un jugement déclaratif, rendu le 14 mai 1919, par le tribunal civil de Brest, déclare constant le décès des 36 membres de l’équipage de sous-marin "Diane", "Mort pour la France", dans la perte du bâtiment le 11 février 1918, dont le maître patron pilote Hamel François Léon, domicilié à Saint Pierre Quilbignon. Le jugement est transcrit le 3 juin 1919, sur les registres de décès de la mairie de Brest (Acte n° 972). Il n’est pas transcrit à la mairie de Saint Pierre Quilbignon.

 

Les enfants sont adoptés par la nation, par jugement, rendu le 4 juin 1919, par le tribunal civil de Brest. Leur mère décède le 24 avril 1974 chez André demeurant à Saint Pierre Quilbignon 7 rue Lieutenant-de-vaisseau-Paris.

 

 

Il était Maître, patron pilote.
Son unité : Diane
  • Croix de Guerre 14-18 avec étoile (s)
  • Médaille commémorative de la Grande Guerre
  • Citation à l'Ordre du Régiment
Il est décédé le 11 février 1918.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Brest
Document portant la mention MPLF : Jugement du tribunal civil de Brest du 14 mai 1919

Diane

DIANE - Sous-marin - V 3.

Le sous-marin "Diane" a sombré le 11 février 1918 lors du convoyage du quatre-mâts barque "Quévilly", suite à une explosion interne, par 50° latitude Nord 18° longitude ouest, entrainant la mort du commandant, le lieutenant de vaisseau Le Masne et de 43 hommes d'équipage.

Selon une autre version, le navire convoyé aurait été le cinq-mâts "France" en Atlantique.

Le jugement de décès d'une partie de l'équipage se trouve ici (

Diane
7460
Hamel
Brest
Finistère (29)
HE
NULL
Il a été décoré : Citation à l'Ordre du Régiment,Croix de Guerre 14-18 avec étoile (s),Médaille commémorative de la Grande Guerre
1919 / 972
E 10x13