Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Oréade - Sous-marin

Oreade001
Maroc
09 novembre 1942

Le sous-marin Oréade fait partie des seize sous-marins de deuxième classe, construits en quatre tranches, suivant les lois de1926, 1927 et 1928. C’étaient des sous-marins à double coque, dont l’Oréade, construits en application des plans Normand-Fenaux.

Ses caractéristiques principales étaient :

  • Déplacements : 651 t en surface – 807 t en plongée
  • Dimensions : 64,40 m x 5,18m x 3,91 m,
  • Appareil moteur : 2 diesels Normand-Vickers de 650 cv – 2 moteurs électriques de 500 cv,
  • Vitesses : 13,7 nœuds en surface – 9,2 nœuds en plongée,
  • Distances franchissables en nautiques : 2300 à 13,5 nœuds en surface – 4000 à 10,8 nœuds en surface – 82 à 5 nœuds en plongée,
  • Armement : 7 tubes lance torpilles au diamètre de 550 mm (3 à l’avant – 2 à l’extérieur avec une torpille de réserve), une tourelle double axiale – une tourelle triple à l’arrière (1 torpille de 550, 2 de 400). Des mitrailleuses de 13,2 et 8 mm.
  • Équipage : 3 officiers et 38 hommes d’équipage,
  • Immersion : 80 m

Construite par les chantiers Worms Le Trait, l’Oréade a été mise en chantier le 18 décembre 1928, et mise sur cale le 15 août 1929. Elle est lancée le 23 mai 1932, armée pour essais le 15 août 1932 ; à l’issue de ses essais, sa clôture d’armement est prononcée le 10 novembre 1933.

Elle est mise en service le 15 décembre 1933 et armée à Cherbourg. Elle est affectée, en septembre 1939, au sein de la 6ème escadre à Oran, en compagnie de sous-marins de la même classe : l’Amphitrite (Q-159), la Méduse (pas reçu de numéro Q), et La Psyché (Q-174). Elle effectue des patrouilles dans la zone des Canaries.

En 1940, elle est affectée successivement à Bizerte (Tunisie) en août - à Toulon en octobre - et à Casablanca (Maroc) en décembre ; puis en 1941 ce sera Dakar (Sénégal) en février, Agadir (Maroc) puis de nouveau à Casablanca en juillet.

Début janvier 1942, elle assure la surveillance des ports marocains, avec La Psyché à Safi et Port-Lyautey (Maroc).

Elle est mise en gardiennage à Oran, pour cause d’armistice, de mars à septembre 1942.

Opération Torch : « Le 8 novembre 1942, les forces américaines, soutenues par la flotte et l’aviation anglaises, attaquent les têtes françaises d’Afrique du Nord. Le maréchal Pétain donne l’ordre de rompre les relations politiques de la France avec les Etats-Unis. Les Américains, placés sous les ordres du général Eisenhower procèdent à des débarquements en Algérie, à Sidi-Ferruch, près d’Alger, et à Oran. Au Maroc, ce sont Casablanca, Fédala et Port Lyautey qui subissent l’assaut. Les forces françaises de terre, de mer et de l’air, en application des ordres de Vichy, résistent aux Alliés ».

L’Oréade est coulée par les bombardiers des porte-avions USS Ranger et Suwanne. Six autres sous-marins sont coulés : quatre sous-marins de la même classe, La Sibylle (Q-175), l’Amphitrite (Q-159), la Méduse, et deux sous-marins de 1500 tonnes, Le Conquérant (Q-171) et le Sidi Ferruch (Q-181),

Le commandant de l’Oréade, le lieutenant de vaisseau Jacques Loizeau, grièvement blessé, meurt dans la journée. On déplore quatre autres victimes : les quartiers-maîtres Alain Jaouen, Roberts Preuss, Marcel Pujos, et le matelot Georges Boban, et des blessés, les enseignes de vaisseau Guillou, Monnier, les quartiers-maîtres Garret et Lataste, et le matelot Daniel.

Renflouée en juin 1943, l’Oréade, est en mars 1946, condamnée et vendue pour démolition à Casablanca.

Sources :

Sources principales :

« Les sous-marins français des origines (1863) à nos jours »
d’Henri Le Masson (Editions de la Cité)

« Le dictionnaire de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours »
de J. M. Roche

  • amedenosmarins.fr

Lire sur le blog : « Novembre 1942 – Opération Torch
– Drame pour la Marine
 »

 

http://sous.marins.disparus.free.fr/-oreade

 

insigne-Oreade001Oreade-equipage001
Sous-marin