Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Antoine Jean Emile Laurent

est né le 16 février 1910 à Chambéry (Savoie (73))

Antoine Jean Emile LAURENT est né le 16 février 1910 à Chambéry, en Savoie, d'Aimé Marius LAURENT, et de Marie Thérèse Vullion, son épouse. La famille est implantée à Yenne, dans le même département.
Le jeune Antoine connaît une enfance heureuse dans ce cadre grandiose, où il mène une scolarité régulière et sérieuse.

Sans doute la montagne ne suffit-elle pas à ce jeune homme épris de grands horizons : il entre à l'Ecole navale dans la promotion 1930, et embarque le 1er octobre 1932 sur le navire-école "Jeanne d'Arc", au grade d'enseigne de vaisseau de seconde classe.
Il naviguera ensuite en Extrême-Orient à bord de l'aviso "Amiral Charner", puis du croiseur "Primauguet", avant d'entrer à l'école aérospatiale d'Orly-Versailles, puis au CIM d'Hourtin, où il obtient le brevet d'officier aéronautique, le 1er octobre 1937.
Il sera détaché successivement auprès des BAN de Berre et Lanvéoc-Poulmic avant de suivre, en 1939, un stage de chasse à Etampes. Le 15 avril 1940, il sera breveté pilote de chasse.
Affecté à l'escadrille 4AC à Hyères puis à Bône et Karouba en août 1940, il est promu lieutenant de vaisseau le 31 décembre 1940 et placé à sa demande en position de congé d'armistice, le 26 janvier 1941.

Entré comme pilote de transports publics dans une firme privée au Maroc, il s'évade de Rabat sur un avion Caudron Simoun et se pose à Gibraltar le 16 juin 1941. Il rallie la France Libre le même jour. Ce ralliement lui vaudra d'être condamné à mort par Vichy pour trahison.


Arrivé en Grande-Bretagne sur le Cameronia le 12 juillet, il est confirmé pilote après un stage dans les écoles de la RAF et affecté à la 1ère escadrille de chasse de la RAF à Hullavington, d'où il accomplit en moins de six mois 42 missions de guerre au-dessus de l'Angleterre, de la Manche, et des territoires ennemis.


Le 1er novembre 1941, il est détaché au squadron 615, et affecté à l'Etat-major particulier du général de Gaulle pour des missions spéciales sur Lysander.

Le 28 novembre 1941, au retour d'une mission de dépose d'agents en France, et alors qu'il tente de regagner sa base de Farnborough noyée dans un épais brouillard, son appareil percute une colline à Farnham, dans le Surrey.

Antoine Laurent laisse dans la douleur Geneviève Ousset-Bouquet, qu'il a épousée le 20 juin 1936. Il avait 31 ans.

Le centre PMM de Annecy a pour parrain le lieutenant de vaisseau Laurent, savoyard, pilote de l’aéronautique navale engagé dans les Forces Françaises Libres, mort pour la France lors de la seconde guerre mondiale.


L'association recherche la famille ou toute personne susceptible de fournir des informations (lettres, photos...) concernant ce marin.

Il était Lieutenant de vaisseau.
Son unité : Forces françaises libres
  • Légion d'Honneur (chev.)
Il est décédé le 28 novembre 1941.
Son corps repose au cimetière de Yenne (73)
Son décès est inscrit à la commune de Farnborough (Angleterre)
Document portant la mention MPLF : Mémoire des hommes

Forces françaises libres

FNFL-Mimosa-France-Libre

Les Français libres

En juin 1940, la France est défaite, les forces allemandes entrent dans Paris, déclaré ville ouverte. Des millions de réfugiés errent sur les routes bombardées par les stukas allemands. Le maréchal Pétain, nouveau chef de gouvernement, réfugié à Bordeaux, demande, le 17 juin, aux Français de cesser le combat. En quelques heures, les...

Forces françaises libres
9299
Laurent
Chambéry
Savoie (73)
GF
NULL
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.)
D 11x15