Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

François Marie Richard

est né le 09 avril 1881 à Paimpol (Côtes d'Armor (22))

Fils de Jacques Marie, charpentier, et de Françoise Bidamant, ménagère, François naît le 9 avril 1881 à Kérity en Paimpol (22).

La maison familiale se trouve au bout du quai dans le port de Kérity, pas très loin des écluses, puis la famille déménage et s’établit dans le centre-ville de Paimpol, rue de la vieille poissonnerie.

La fratrie est composée de quatre garçons et d’une fille qui décède à l’âge de cinq ans.

 

A l’issue de sa scolarité, François travaille à la construction de goélettes pour la pêche en Islande, puis il s’engage dans la Marine nationale le 17 janvier 1902 pour une durée initiale de cinq ans (matricule : 20809).

Inscrit au 1er Dépôt de Cherbourg entre la date de son incorporation et le 5 octobre 1906, il réunit alors 3 ans 3 mois et 29 jours de services à la mer et 1 an 4 mois et 19 jours de services à terre.

 

Le 24 octobre 1906, François épouse Alice Marie Le Dû à Kérity, Paimpol. De leur union, naîtront Marie Françoise née en 1908 à Toulon, André Joseph né en 1910 à Toulon et Renée née en 1912 à Brest.

 

Il est, par la suite, affecté sur le cuirassé "Brennus" en octobre 1906, à "l’Atelier Central de la Flotte"de Toulon en décembre 1907,  au 2e Dépôt  de Brest en octobre 1911, sur le croiseur "Chateaurenault" en octobre 1913, sur le croiseur cuirassé "Gloire" en novembre 1913 et, enfin, sur le croiseur cuirassé "Dupetit-Thouars" en juin 1914.

 

Le maître charpentier François Marie Richard disparaît en mer le 7 août 1918, avec son bâtiment victime du sous-marin "U 62", en accomplissant courageusement son devoir militaire.

 

Après le décès de son mari, Alice Richard est restée habiter au 53 rue Vauban, quartier de Recouvrance, à Brest. Elle a perçu le salaire de son époux durant un an … et puis plus rien ! Sans ressource pour vivre, elle a pris le chemin du lavoir de Pontaniou pour faire la blanchisseuse. De passage à Brest avec son bateau, son beau-frère Jean-Louis, averti de la situation, s’est rendu à la préfecture maritime pour faire le nécessaire afin qu’elle puisse enfin percevoir une pension de veuve de guerre.

Il était Maître charpentier.
Son unité : Dupetit-Thouars
  • Médaille Militaire
Il est décédé le 07 août 1918.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Brest
Document portant la mention MPLF : Mémoire des hommes

Dupetit-Thouars

Dupetit_Thouars_MN_1b

Croiseur-cuirassé de 9500t de la classe « Gueydon » - Mis sur cale en avril 1899, armé pour essais en 1905. D’une longueur de 140 m, une largeur de 19,5 m et un tirant d’eau de 7 m, doté d’une puissance de 20 000 cv  il pouvait atteindre une vitesse de 21 noeuds avec ses 3 machines « Creusot », 28 chaudières « Belleville ...

Dupetit-Thouars
7488
Richard
Paimpol
Côtes d'Armor (22)
DG
181234,181235
Il a été décoré : Médaille Militaire
acte de naissance 1881/13
B 15x21