Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Alexandre Eugène Auguste Clouard

est né le 10 juin 1879 à Brest (Finistère (29))

Alexandre est le fils aîné d’Auguste Yves Clouard, quartier-maître mécanicien de la Marine nationale, et d’Amélie Joséphine Gallibour, son épouse. Alexandre passe sa petite enfance à Brest, chez les parents de sa mère qui résident, place des halls. Son père termine son engagement dans la Marine et rejoint la Loire-Atlantique pour reprendre sa profession initiale de marin pêcheur. La famille s'établie alors au village de Trentemoult, village de pêcheurs et de marins, situé sur la rive sud de la Loire, faisant partie de la commune de Rezé (Loire-Atlantique). C'est dans ce village qu'Alexandre passe son enfance avec ces frères et sœurs. Il y fait aussi sa scolarité. Il est l'aîné d'une fratrie de sept enfants.

A 17 ans, Alexandre entre dans la Marine marchande. Il est inscrit maritime au quartier de Nantes sous le n° provisoire 638, inscrit au folio n° 2319. Il embarque le 23 juin 1897, sur le "Porteur à vapeur n° 1" qui navigue au bornage entre Nantes et Saint-Nazaire, puis en février 1898, sur le caboteur "Babib Chenage ". En février 1899, Alexandre est porté à sa demande inscrit maritime définitif, n° 638 - Nantes, inscrit au folio n° 4139.

A 20 ans, Alexandre est appelé pour effectuer son service militaire. Il avait déclaré renoncer au bénéficie de la dispense de service militaire, à laquelle il avait droit en qualité d’aîné des fils d’une famille de sept enfants vivants. Il est incorporé le 22 juin 1899 au "3e Dépôt des équipages de la frotte" à Lorient, comme matelot de 3e classe. Mais quelques jours plus tard, lors de la réunion de la commission de réforme qui s'est tenue le 5 juillet 1899 à Lorient. Il est déclaré inapte au service des Armées, pour acuité visuelle insuffisante. Il a alors reporté hors service le 10 juillet 1899. Alexandre regagne son domicile familial à Pellerin.

Dès le mois de juillet 1900, Alexandre rembarque comme matelot chauffeur à Nantes sur le caboteur à vapeur "Sauveteur" qui fait aussi du bornage entre Nantes et Saint-Nazaire. Puis il embarque dans les mêmes conditions sur les vapeurs "Chantenay", "Général Chanzy", "Le Pellerin" jusque mai 1901.

Alexandre se marie le 24 janvier 1902 à Nantes avec Marcelline Antoinette Augustine Plumejeau. La famille réside alors à Pélerin.

En mars 1907, Alexandre embarque de nouveau au bornage entre Nantes et Saint-Nazaire, sur divers caboteurs jusque juillet 1914. : "La Prairie au Duc", "Roche-Maurice", Basse-Indre", "Couëron", "Ruquio", "Île Gloriette", "Avenir", "Alice". En mars 1913 Alexandre obtient le brevet pratique de mécanicien des machines à vapeur délivré par la Marine marchande. Il embarque ensuite sur le caboteur "Saint-Félix" jusque juillet 1914.

Après la déclaration de guerre contre l'Allemagne, Alexandre est de nouveau convoqué à la commission de réforme qui se réunie le 9 septembre 1914 Lorient. Il est maintenu réformé, il peut donc continuer à naviguer au commerce. Alexandre embarque de nouveau de février 1915 à juillet 1916, comme matelot mécanicien au bornage, sur les caboteurs "René", "Emile", Goéland".

Le 30 mai 1917, Alexandre est rétabli "Inscrit maritime définitif" et affecté aux Services Auxiliaires à Nantes. Mais son sursis est de nouveau accordé ; il embarque sur le caboteur "René" jusqu'au mois d'août 1918.

Alexandre demande l'annulation de son sursis en accord avec le service d'exploitation du port de Nantes. Il rejoint alors le 2 septembre 1918 le "3e Dépôt des équipages de la flotte" à Lorient. Quelques jours plus tard, il contracte la maladie virale épidémique qui sévit à cette époque en France et dans le monde entier. Il est conduit à l'Hôpital maritime de Lorient, où il décède de sa maladie le 7 septembre 1918.

L'acte de décès est dressé le 10 septembre 1918 à la mairie de Lorient. Il porte la mention marginale "Mort pour la France". Le corps d'Alexandre Clouard est inhumé à la Nécropole nationale de Sainte-Anne d'Auray (Morbihan). Cette nécropole fut créée en 1959  pour regrouper les corps de soldats morts au cours de la Seconde Guerre mondiale exhumés des carrés militaires de cimetières communaux de Bretagne, du Poitou et des Pays de la Loire. En 1983 ce furent les dépouilles des militaires décédés des suites de leurs blessures ou maladies, contractées pendant les conflits de 1870 et 1914-1918, dans les hôpitaux de l'ouest de la France.

La famille Clouard a eu à supporter la double peine d'avoir perdu deux de ses fils à la guerre : Alexandre et André, tous les deux, morts pour la France, en 1918. (https://memorial-national-des-marins.fr/recherche-fiche-marin/184558-clouard-andre-henri-paul).

L'association recherche la famille ou toute personne susceptible de fournir des informations (lettres, photos...) concernant ce marin.

Il était Matelot de 3e classe.
Son unité : 3e dépôt des équipages, Lorient
Il est décédé le 07 septembre 1918.
Son corps repose au cimetière de Sainte-Anne d'Auray (56)
Son décès est inscrit à la commune de Lorient
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

3e dépôt des équipages, Lorient

Lorient-3e-depot001

Dans chaque région maritime existait une caserne, appelée dépôt des équipages, qui accueillait les marins débarqués de leur unité pour une raison ou une autre, ou en instance d’embarquement. Les dépôts des équipages étaient numérotés selon leur région maritime d’implantation : 1er dépôt à Cherbourg, 2e dépôt à Brest, 3e dépôt à Lorient, 4e dépôt à Rochefort et 5e dépôt à ToulonA Paris c’est la caserne de la Pépiniè...

3e dépôt des équipages, Lorient
184681
Clouard
Brest
Finistère (29)
10 juin 1879
Aucune
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille
1918/1082