Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Jean-François Marie COAT

est né le 26 janvier 1939 à Plounéour-Trez (Finistère (29))

Jean-François naît 26 janvier 1939 au lieu-dit Pontanézen, en la commune de Plounéour-Trez (Finistère). Il est le fils de Jean Louis Coat et d'Aline Ellegoet, tous deux cultivateurs à la ferme de Pontanézen. Jean-François est le cadet d'une fratrie de quatre enfants : Louise, Yvonne, Jeannine (devenue l'épouse d'Hervé Joly) et Jean-François. Jean-François passe son enfance et fait sa scolarité à Plounéour. A seize ans, il quitte l'école et reste travailler à la ferme avec ses parents et ses sœurs, mais le travail de la terre ne lui plait guère.

A 19 ans, il s'engage dans la Marine nationale pour une durée de 5 ans. Il est incorporé le 10 août 1958 au "Centre de formation maritime" d'Hourtin (Gironde) comme matelot avec le matricule n° 4764 T 58. A l'issue de sa formation maritime, Jean-François va suivre le cours de spécialité à l'École des fusiliers, implantée en Algérie au "Centre Siroco" sur la commune de Matifou, près d'Alger. La session du cours de formation s'étend d'octobre 1958 à mars 1959. Breveté fusilier, il est nommé matelot de 2e classe le 1er avril 1959. Dans la foulée, il est admis au stage de commando qui se fait aussi au "Centre Siroco". Certifié commando le 1er juin 1959, avec le badge n° 602, il rejoint temporairement le commando "de Penfentenyo". Le 11 juin 1959, il rejoint son affectation définitive au commando "de Montfort", qui opère en Algérie à cette époque-là.

Jean-François prend part à toutes les opérations menées par son commando :  en août 1959 au Djébel Bou Lerhfad, en décembre 1960 au Djebel Goursifanes, et Beni Smir dans la région saharienne d'Aïn Séfra à la frontière algéro-marocaine. Entre temps, le commando opère dans le secteur de Nemours sous l'autorité de la "Demi-Brigade de Fusiliers Marins" (DBFM).

Le 25 avril 1961, le commando "de Montfort" est engagé dans une opération consécutive à un franchissement du barrage frontière d'un groupe d'une centaine de rebelles dans le secteur de Si-Larbi, situé dans les Monts Tlemcen (Algérie). L'opération menée par le général commandant le secteur de Tlemcen a engagé le "1er Bataillon de la DBFM" à 5 compagnies et le "7e Régiment de chasseur d'Afrique". Dès l'aube les quatre sections du commando "de Montfort", sont déposées par hélicoptères au djébel Tennissane qui surplombe l'oued Tesserhouane, sur le trajet probable des rebelles. A peine déposé, le combat est engagé. Les marins du commando sont cloués au sol sans pouvoir lever la tête pour observer la situation.

Jean-François, qui est chef d'équipe de voltigeurs, participe avec son équipe à plusieurs assauts contre des nids de résistance rebelles. Il est tué au moment où il entraînait les voltigeurs de son équipe à l'assaut d'une arme automatique.

L'opération a permis l'encerclement de la position par les marins de la "DBFM" et les chasseurs du "7e RCA", et la mise hors de combat de quarante rebelles et la récupération de leurs armes. Mais l'opération a fait 14 victimes du côté de l'Armée française, dont Jean-François.

L'acte de décès de Jean-François est dressé à la Mairie de la ville de Tlemcen, où les corps des victimes avaient été transportés à "l'Hôpital militaire ".  L'acte de décès est transcrit à la mairie de Plounéour-Trez, le 13 mai 1961. Son corps a été rapatrié en Bretagne et inhumé au cimetière de Plounéour-Brignoran-Plage (29).

Jean-François a été cité à l'ordre de l'Armée en ces termes : " Magnifique quartier-maître fusilier, chef d'équipe de voltigeurs dont la conduite est un exemple de courage et d'audace.

A toutes les actions du Commando "de Montfort" depuis le mois de juin 1959, notamment aux combats du Bou Lerfhad, du Goursifane et du Beni-Smir. Déjà deux fois cité." Cette citation a justifié la concession de la Médaille militaire au Quartier-Maître Coat Jean-François, avec attribution de la Croix de Valeur Militaire, avec palme. Jean-François est titulaire de la Médaille commémorative des opérations de sécurité en Afrique du nord, avec agrafe "Algérie".

Le cours Brevet élémentaire fusilier, session de décembre 1963 à avril 1964, porte le nom de "Cours Coat". Le nom de Coat Jean-François est inscrit sur le monument aux morts de la commune de Plounéour-Brignogan-Plage (Finistère). Il est aussi inscrit sur le Mémorial érigé à "l'École des fusiliers marins" à Lorient, et au Mémorial des Finistériens, morts pour la France en Afrique du Nord entre 1954 et 1962, érigé à Pleyben.

Il était Quartier_Maître.
Son unité : Commando de Montfort
  • Médaille Militaire
  • Croix de la Valeur militaire avec palme
  • Médaille commémorative Afrique du Nord (AFN)
Il est décédé le 25 avril 1961.
Son corps repose au cimetière de Plounéour-Trez (29)
Son décès est inscrit à la commune de Plounéour-Trez (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Commando de Montfort

130

Le commando porte le nom de l’enseigne de vaisseau de Montfort tué au combat le 27 novembre 1946 devant Haïphong, alors qu’il commandait la compagnie Jaubert de la B.M.E.O (Brigade Maritime d’Extrême Orient). L’écusson du commando est inspiré des armoiries de la famille de Montfort.

Constitué au centre Sirocco (Algérie) au printemps 1947, le com...

Commando de Montfort
184725
COAT
Plounéour-Trez
Finistère (29)
26 janvier 1939
Aucune
NULL
Il a été décoré : Croix de la Valeur militaire avec palme,Médaille commémorative Afrique du Nord (AFN),Médaille Militaire
Acte de décès