Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Jean-Baptiste Autric

est né le 29 décembre 1871 à Toulon (Var)

Fils de Marius, officier de santé dans la Marine Nationale, et d'Agathe Apollonie Michel, Jean-Baptiste domicilié à Toulon, 52 rue Picot, entre dans la Marine en 1887.Nommé aspirant le 5 octobre 1890, il est promu enseigne de vaisseau le 10 février 1893 ; il est alors officier breveté torpilleur.Le 8 octobre 1896, il prend le commandement d'un torpilleur de la défense mobile du 3e arrondissement maritime à Lorient. Le 1er janvier 1899, il embarque sur le croiseur "Surcouf" de l'escadre du nord et le 1er mars 1900, il commande un groupe de torpilleurs de la défense mobile du 5e arrondissement maritime à Toulon.  Le 1er janvier 1902, alors qu'il est en poste à Toulon, il devient officier breveté de l'école supérieure de la Marine et le 1er janvier 1911, aide de camp du vice-amiral Joseph Philibert, inspecteur général des défenses sous-marines.Promu capitaine de frégate, Jean Baptiste Autric embarque sur le cuirassé "Bouvet" comme commandant en second et disparaît le 18 mars 1915 avec son bâtiment éventré par une mine dérivante. Texte de la citation : "Lorsque le bâtiment a été touché par une mine, est descendu dans l'entrepont pour tenter de lutter contre la voie d'eau, et y a trouvé la mort." Nota : les informations concernant sa carrière militaire et sa photographie proviennent du journal "l'illustration" du 9 décembre 1916. L'association recherche la famille ou toute personne susceptible de fournir des informations (lettres, photos...) concernant ce marin.

Il était Capitaine de frégate, Commandant en second du.
Son unité : Bouvet
  • Légion d'Honneur (chev.)
Il est décédé le 18 mars 1915.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Toulon (Var)
Document portant la mention MPLF : SGA Mémoire des Hommes

Bouvet

Cuirassé_Bouvet_Carte Postale_0

Le "Bouvet", cuirassé construit à Lorient en 1892, est intégré pendant la guerre 14-18 dans l'escadre de l'amiral Guépratte.

En se repliant tardivement de la tentative de forcement des détroits turcs, le "Bouvet" (commandant Rageot de la Touche) a sauté sur une mine et a coulé.

Le commandant, 23 officiers et 619 gradés et marins ont péri avec le navire. On a dénombré seulement 47 survivants don...

Bouvet
7128
Autric
Toulon
Var
GD
NULL
Il a été décoré : Légion d'Honneur (chev.)
Acte de décès du 3 avril 1916
E 10x13