Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

La Charente - Pétrolier

La-Charente001

A la veille de la seconde guerre mondiale, dans le cadre d'un programme s'étalant de 1936 à 1938, la marine nationale fit construire six pétroliers de type L'"Adour" dont le déplacement standard atteignait 4 500 t et le déplacement à pleine charge 12 100 t. Seuls trois d'entre eux purent être lancés avant la seconde guerre mondiale.

Mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine Maritime au Trait le 4 mai 1939, "La Charente" fut saisie sur cale par les allemands. Lancé le 19 juin 1943 et mis en service le 15 septembre de la même année par la Kriegsmarine le pétrolier "La Charente" devient "Ost Friesland" et fut transformé en ravitailleur de sous-marins. Récupéré par les anglais en Allemagne en 1945, il fut restitué à la marine nationale le 13 avril 1946 et retrouva son nom originel.

Propulsé par des turbines à engrenages Parsons développant une puissance totale de 5 200 ch, actionnant une hélice et alimentées par deux chaudières Penhoët, ce bâtiment embarquait 5 000 t de mazout. Il pouvait franchir une distance de 10 000 milles marins à la vitesse de 10 noeuds. Son équipage se composait de 70 hommes. Son armement était constitué de: 1 canon de 105 mm et 14 canons de 20 mm anti-aériens.

Après une période d'essais à Cherbourg, "La Charente" rallie la Méditerranée en mai 1946. Elle appareille de Toulon le 27 mai et entreprend un transit vers Saïgon où elle arrivera le 5 août 1946.

Entre 1946 et 1949 elle effectue de nombreuses missions de ravitaillement entre Singapour et Saïgon. En octobre et novembre 1949 elle était en carénage à Saïgon. En juillet 1950 "La Charente" escorte les LCT 1156 et 1157 entre Singapour et Saïgon. De juillet 1951 à novembre 1952, elle effectue un grand carénage à Uraga (Japon).

Après une affectation à Marine Indochine d'avril 1955 à début 1957, elle est de retour à Toulon le 6 avril de la même année. "La Charente" est mise en réserve spéciale A le 21 novembre 1957, puis en réserve spéciale B le 16 juin 1959, avant d'être condamnée (n° de coque Q168) le 18 septembre 1959 et démolie en 1960

Sources :

Sources : annuaire des bâtiments de la flotte, tome 2 Site "la Bataille de France"

Photo : site "Marine de guerre – Poste Navale"

Pétrolier