Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Daniel Marie Bourdon

est né le 03 mars 1907 à Plozevet (Finistère)

Daniel Marie BOURDON voit le jour le 3 mars 1907 à Plozévet (Finistère) où, son père, Daniel âgé de 38 ans, est marin pêcheur et sa mère, Marie NICOLAS,  est une femme au foyer de 33 ans.

A l’âge de 15 ans, en 1922,il est inscrit maritime provisoire à Audierne. D’abord, pendant neuf mois,  comme marin pêcheur  puis marin de commerce durant 3 ans. Son inscription maritime devient définitive en juin 1926.

En mars 1927, il est incorporé dans la Marine Nationale à Brest sous le matricule 771-27-II et rejoint l’école des canonniers à bord de l’ancien croiseur cuirassé « La Marseillaise ». En octobre de la même année il effectue son premier embarquement en tant que matelot breveté sur le croiseur cuirassé « La Jeanne d’Arc » qui sera désarmé un an plus tard.

En ce début 1928, c’est avec le grade de quartier-maître que l’on retrouve Daniel à Saïgon sur un autre croiseur cuirassé, le « Jules Michelet ». Il rentre en France au début de l’année 1929 et après une permission, bien méritée, pose son sac sur le croiseur léger «  Grâcieuse ».

Après on réengagement il est promu second maître en janvier 1931 et étrenne ses galons sur le croiseur « Lamotte-Piquet » en profite pour épouser, le 16 mai, Marcelle GOYAT elle aussi native de Plozévet. En août 1933 pour suivre, à Brest, le cours de brevet supérieur sur le cuirassé « Courbet »jusqu’en mars 1934.

Admis au cadre de maistrance il poursuit sa carrière sur différentes unités telle que le croiseur « Algérie » où en 1935 il acquière le grade de maître ou bien comme en ce mois d’octobre 1939, quand il devient premier maître à bord du croiseur cuirassé  « Mars ».

Au mois de mai 1940, en pleine tourmente, le premier maître BOURDON est affecté sur le cuirassé « Provence » et le 3 juillet c’est « Mers-el-Kébir » et son désastre. Rescapé, Daniel reste à bord, y devient maître-principal pour en avril 1942, rejoindre la « DCA Toulon »  là, le 1ér janvier 1943, suite au sabordage de la Flotte, il est démobilisé.

Après avoir repris une activité civile, l’ancien marin rejoint le « Maquis et les FFI » en juin 1944. Le 4 août 1944 en la commune de Plozevet, les Caucasiens de l'armée allemande stationnés dans la commune se regroupent en convoi à destination de Crozon.

Vers 20h00 la colonne atteint le bourg où l'on fête prématurément l'arrivée des Américains à Quimper. Furieux, les Caucasiens emmenés par le Lieutenant Koutschakanoff se déchainent contre les habitants, le maître principal Daniel BOURDON chef du groupe de la section FFI de Plozévet est exécuté. Il laisse une veuve de 38 ans  et trois orphelins (Andrée 12 ans, Marcelle 6 ans  et Henri 2 ans).

Il était Maître Principal canonnier.
Son unité : Résistance
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 39-45
Il est décédé le 04 août 1944.
Son corps repose au cimetière de Plozevet
Son décès est inscrit à la commune de Plozévet
Document portant la mention MPLF : attestation du Sec d'Etat aux Anciens Combattants du 27 janvier 1999

Résistance

En 1940, La France ne peut faire face à l’envahissement de son territoire par l’armée allemande : le gouvernement français capitule et signe l’armistice du 22 juin 1940. Mais, quelques jours avant, le 18 juin, à la

Résistance
6767
Bourdon
Plozevet
Finistère
DG
173860,173861,173862,173863,173864,173865,173866
Il a été décoré : Médaille Militaire,Croix de Guerre 39-45
AN 33
B 15x21