Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Mimosa - Corvette

corvette-Mimosa
Atlantique Nord
09 juin 1942

Mimosa faisait partie d’une fameuse série de 9 corvettes, dite classe « Flower » car elles portaient toutes, à l’origine un nom de fleur, mises à la disposition des Forces Navales Françaises Libres par l’amirauté britannique. Mimosa fut la première corvette à être cédée, sans changer de nom, les autres corvettes étaient l’Alysse, l’Aconit, le Cdt Détroyat, le Cdt D’Estiennes d’Orves, le Cdt Drogou, le Lobélia, la Renoncule et la Roselys.

La corvette, jaugeant 925 T/W dérive directement d’un chasseur baleinier. Plus de 300 navires identiques sortiront des chantiers anglais et canadiens. L’origine des « Flower » remonte à 1938. La Smith Dock Company, sous la direction de Mr William Reed avait conçu un chasseur de baleines baptisé « Southern Pride » (Fierté Méridionale). Ce bâtiment, de très bonne tenue à la mer, robuste et relativement rapide (15 nds), pouvait fournir la base d’un excellent escorteur de convois. La Royal Navy pressentant le danger représenté par l’arme sous-marine s’intéressa aussitôt à ce type de navire. L’intérêt majeur de ce type bâtiment résidait dans sa facilité de construction par des chantiers privés et de moyenne importance disséminés dans tout le Royaume Uni. Les machines alternatives et les chaudières, peu poussées, étaient elles aussi fabriquées en dehors des arsenaux ou des usines spécialisées. En outre la mise en œuvre et la maintenance de ces bâtiments rustiques pouvaient être confiées à des réservistes ou des marins du commerce peu habitués à manoeuvrer les unités de combat modernes. Une 1ere commande de 60 corvettes est passée avant le début des hostilités, le 1er bâtiment est terminé en moins de 6 mois. Les autres suivront à la cadence d’une corvette tous les 23 jours ! Dès 1939, la marine française s’intéresse elle aussi à ce type d’escorteur et en commande 12 aux chantiers britanniques. Sur les 12 commandées, seules 9 seront livrées aux FNFL, 7 d’entre elles survivront au conflit après avoir assuré avec bravoure de très nombreuses et difficiles missions.

Construite en 1940 à Bristol au chantier C.Hill la corvette Mimosa (K11) fut mise à flot en 1941. Elle a été transférée en mai 1941 aux forces navales françaises libres (FNFL). Elle déplaçait 1000 t (1290 tpc), était propulsée par un moteur d’une puissance de 3000 cv, avec une hélice, pour une vitesse max de 16 nœuds. Ses dimensions : 62,50 x 10,10 x 5,05 m. Un canon de 102 mm, 2 canons de 57 mm, 2 canons de 20 mm et 4 mortiers composent l’armement. L’équipage de 78 hommes était placé sous les ordres du CC Birot.

En décembre 1941, le Mimosa participe, aux ordres du CC Birot (rescapé à Dunkerque du naufrage du patrouilleur Cancalaise), en compagnie des corvettes du même type Alysse, Aconit et du sous-marin Surcouf, au ralliement de Saint Pierre et Miquelon à la France libre.

Le 31 mai 1942, le Mimosa appareille, de Greenock (Ecosse) pour accompagner le convoi ONS100, des îles britanniques vers les USA. Le 9 juin à 4h10 du matin le Mimosa est torpillé par le sous-marin U 124 (cdt Mohr) en atlantique nord (par 52° 12nord et 32° 37 ouest).

Les chaudières explosent, le Mimosa coule en quelques minutes. Le commandant, 58 marins français et 7 anglais périssent dans le naufrage. Les 4 français survivants sont récupérés par le HMS Assiniboine. Beaucoup de jeunes marins étaient originaires de Saint Pierre et Miquelon. Leur disparition a fortement marqué la communauté des îles.

Sources :

Sources : wikipedia

Marines internationales n°1 avril 1980

 

http://museedelaresistanceenligne.org/media

 

http://www.france-libre.net/corvettes-ffl-atlantique-nord/

monument-Greenockpavillon-FNFLplaque-Mimosa-CCBirot
Corvette