Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France

Démocratie - Cuirassé

cuirass-DEMOCRATIEweb

Démocratie était un cuirassé de type République. Mis en chantier à l’arsenal de Brest le 1er mai 1903, il entra en service en juillet 1907. Il était armé par un équipage de 800 hommes.

Caractéristiques : dimensions : 133,80 x 24,30 x 8,40 m – tonnage : 14900 t - propulsion : 3 machines alimentées par 24 chaudières Niclausse – 18000 ch – 3 hélices 19 nds - armement : 4 canons de 305 mm – 10 canons de 194 mm – 12 canons de 65 mm – 8 canons de 47 mm – 4 tubes lance torpilles de 450 mm –

Le 1er août 1911 démocratie est affecté à la 2e escadre. Il participe essentiellement à des missions de représentation. Il est ainsi présent aux différentes revues protocolaires présidentielles à Bizerte et à Toulon (1911) ou à Malte pour faire honneur au roi George V en janvier 1912.

Le 25 septembre 1911 lors de l'explosion du cuirassé Liberté, suite à un incendie dans ses soutes avant, un obus de 305 mm vient frapper la coque de Démocratie à hauteur du carré des officiers. Les réparations vont durer un mois. Par deux fois, le 20 décembre 1913 lors d'exercices et le 17 août 1914 pendant un convoyage de navires marchands, il entre en collision avec le cuirassé Justice.

Le 28 mai 1914, lors d'un exercice d'escadre, le cuirassé Démocratie est abordé par le cuirassé Suffren alors en panne de machines. Contrairement à son assaillant (brèche de 1,50 m sur la coque extérieure et arrachement de son écubier), il ne souffre que d'avaries minimes qui ne nécessitent que trois semaines de réparations.

Au début de la Grande Guerre, Démocratie participe au déploiement des troupes du 19e corps d'armée français à partir de l'Algérie vers la France. Entre-temps, le 16 août 1914, il prend part à la bataille d'Antivari qui voit le croiseur austro-hongrois Zenta, couler. Le 16 mai 1916 Démocratie est affecté à la 3e escadre. Ensuite il passe la majorité de la guerre à sillonner la Méditerranée orientale. Basé à Corfou, Démocratie patrouille en mer Ionienne pour combattre la marine austro-hongroise et ottomane. Le 1er juillet 1918, le cuirassé rejoint la 2e escadre en mer Ionienne. En septembre 1918, basé en mer Ionienne, Démocratie est durement frappé par la grippe (32 décès sont comptabilisés). Un cas de force majeure qui le contraint à regagner la France. À partir de là, la situation du personnel à bord est la suivante : 188 sont présents à leurs postes, 205 sont à l’hôpital, 294 sont en permission ou en convalescence.

À la fin 1918, Démocratie est envoyé, avec ses sister-ships, à Moudros pour participer au blocus du détroit des Dardanelles. Peu après l'armistice, le cuirassé Démocratie part, avec le cuirassé Justice, rejoindre en Mer Noire la flotte alliée. Il est basé à Constantinople et Sébastopol, pour aider à faire respecter les termes de l'armistice avec l’Allemagne. En juin 1919, il revient en France en accompagnant une délégation ottomane venue assister à la conférence de Paris.

Entre juin 1919 et mars 1920,  Démocratie est affecté à l'école de canonnage de la division des écoles de la Méditerranée, puis placé, le 1er avril 1920 en réserve spéciale. Le 31 décembre 1920, il est désarmé pour être ensuite condamné et rayé le 18 mai 1921. En septembre 1922, il est remorqué jusqu'à Savone pour y être démoli.

Sources :

Source :

Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française
T2 1870-2006

wikipedia.org/wiki/

photo : web

Cuirassé