Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France

Georges Albert Jean Louis Le Faou

est né le 28 janvier 1919 à Saint Jean Trolimon (Finistère (29))

C’est au domicile familial situé sur la commune de Saint-Jean Trolimon, village au cœur du pays bigouden doté d’un patrimoine naturel magnifique, que Georges naît le 28 janvier 1919. Il est le fils de René et de Françoise Bilien, cultivateurs.

La fratrie est composée de sept enfants dont Georges est le cinquième élément. Les autres se prénomment Corentin, Marie, Marie Louise, Jean Marie, Michel et Louis.

Il passe son enfance à Kergariou près de la chapelle Notre-Dame-de-Tronoën, célèbre pour son calvaire considéré comme le plus ancien de Bretagne.

Sa scolarité se déroule à l’école de Tronoën en Saint-Jean Trolimon.

 

Après avoir exercé la même profession que ses parents, Georges est appelé dans la Marine nationale le 1er septembre 1939 (matricule : 3046 B 39) et incorporé au 2e dépôt de Brest. Il y reçoit la formation de base, maritime et militaire, au métier de marin puis acquiert celle de spécialité à bord du cuirassé "Paris".

Après un court séjour au 1er dépôt de Cherbourg, le jeune matelot de 2e classe breveté élémentaire canonnier rallie le sous-marin "Surcouf" en mai 1940. Le mois suivant, ce fleuron de la Marine nationale quitte le port de Brest avant l’arrivée de l’armée allemande, rallie le port de Plymouth puis est saisi par les forces britanniques lors de l’opération "Catapult".

Georges souscrit un engagement dans les forces navales françaises libres (FNFL) le 17 décembre 1940 et demeure affecté à bord du sous-marin.

Le matelot de 2e classe canonnier Georges Le Faou disparaît en mer le 18 février 1942 lors de la perte du sous-marin "Surcouf".

 

En 1944, deux ans après la disparition de leur fils, René et Françoise Le Faou, ainsi qu’un de leur beau-fils, meurent victimes de mines allemandes en travaillant sur les dunes de Tronoën.

Il était Matelot canonnier.
Son unité : Surcouf
  • Médaille Militaire
  • Médaille de la Résistance
  • Citation à l'Ordre de la Division
Il est décédé le 18 février 1942.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Saint Jean Trolimon (29)
Document portant la mention MPLF : Acte de décès

Surcouf

63

Le croiseur sous-marin Surcouf, 4218 tonnes en plongée, fleuron de la flotte sous-marine française du moment, construit par l'arsenal maritime de Cherbourg, est mis en service le 16 avril 1934.

En 1940, pour éviter d'être capturé par les Allemands, il quitte Brest et rallie Plymouth en Angleterre, où il va être saisi par les Britanniques, à l'instar d'autres bâtiments français stationnés dans les ports anglais. Cette prise occ...

Surcouf
7533
Le Faou
Saint Jean Trolimon
Finistère (29)
HF
175788,175789
Il a été décoré : Médaille Militaire,Médaille de la Résistance,Citation à l'Ordre de la Division
AD-4/1947
A 21x27