Frdric Le Mouillour Mmorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Philippe Dominique Flaud

est né le 04 août 1895 à Fouqueure (Charente (16))

Philippe est l'aîné de la fratrie. Son père Philippe, 25 ans à sa naissance, est cultivateur à Fouqueure (16), sa mère Marie Sophie Bosc 25 ans est sans profession.

Lorsqu’il a un an ses parents décident de quitter la Charente et d'aller vivre à Paris où ils espèrent que leur quotidien sera meilleur. Ils s'installent d'abord rue des Batignolles dans le 17e arrondissement où son père exerce le métier de mécanicien et sa mère celui de concierge. Ils déménagent ensuite rue Fonday dans le 15e en 1903, puis rue des entrepreneurs toujours dans le 15e en 1905.

D'autres naissances viennent agrandir la famille : une sœur Marie Angélique, née en 1900 qui décède à l’âge de 3 ans chez son oncle en Charente, et un frère Marius, né en 1907qui décèdera accidentellement à 32 ans en 1939.

A l'âge de 17 ans, Philippe préfère retourner vivre en Charente chez sa tante. Il apprend le métier de boulanger à Villefagnan, ville située au nord de la Charente à 40 kilomètres d'Angoulême, puis à Chasseneuil sur Bonnière plus au sud. Il termine sa formation à Cognac, ville située à 75 kilomètres de cette dernière. Toutes ces villes sont reliées par le chemin de fer.

Il s'engage à 19 ans dans la Marine nationale à Rochefort (Charente-Maritime) le 28 janvier 1914 pour cinq ans. Il commence sa formation au " 4eDépôt des Equipages de la flotte ", inscrit sous le matricule 38428-1.

Il est affecté sur le cuirassé " Bouvet ". D'après sa correspondance, nous savons qu'il est, le 3 octobre 1914, à Port-Saïd, ville portuaire au nord-est de l'Egypte, au débouché du Canal de Suez, pour y faire de la surveillance.

Le 12 décembre il fait escale à Malte au centre de la Méditerranée, entre la Sicile et la Côte d'Afrique du Nord.

Le 14 janvier 1915 il écrit qu'il est matelot breveté canonnier. Il est à Skyros, l'une des 5 îles grecques de la mer Egée, appartenant à l'archipel des Sporades, île paradisiaque, à l'entrée des Dardanelles.

Le 25 février le cuirassé " Bouvet " bombarde le cap Helles. Puis le bâtiment navigue début mars dans le golfe de Saros dans la région de Marmara en Turquie. Le 18 mars 1915 le navire est éventré par une mine dérivante, il chavire dans le détroit des Dardanelles devant Tchanak et coule en une minute. Le bilan de ce naufrage fait état de 670 disparus et 64 rescapés

Philippe qui n'a que 19 ans, fait partie des disparus. Il est célibataire, sa mère Marie Sophie ne s'en est jamais remise. Elle a toujours espéré qu'il reviendrait ou qu'on le retrouverait. La mémoire de Philippe s’est transmise de génération en génération. Une plaque à sa mémoire a été posée sur la tombe de ses parents.

Son nom est inscrit :

 -sur le livre d'or de la mairie de Fouqueure " enfant de la Charente Mort pour la France 1914-1918 ".

-sur le monument aux morts de Fouqueure (16)

-sur des plaques commémoratives faisant office de Monuments aux Morts, Boulevard Ménilmontant sur le mur d'enceinte du cimetière du Père Lachaise, inauguré le 11-11-2018 lors des cérémonies du centenaire de la 1e Guerre mondiale et rappelant les morts des 20 arrondissements de Paris.

Il était matelot canonnier de 2e classe.

Il était Matelot de 2e classe.
Son unité : Bouvet
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 14-18 avec étoile (s)
Il est décédé le 18 mars 1915.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Paris 15ème
Document portant la mention MPLF : Acte/décès

Bouvet

Cuirassé_Bouvet_Carte Postale_0

Le "Bouvet", cuirassé construit à Lorient en 1892, est intégré pendant la guerre 1914-1918 dans l'escadre de l'amiral Guépratte.

En 1914, le cuirassé d'escadre "Bouvet"faisait partie de la division de l'amiral Guépratte, qui comprenait également les cuirassés "Charlemagne", "Gaulois" et "Suffren

Bouvet
184622
Flaud
Fouqueure
Charente (16)
04 août 1895
Aucune
NULL
Il a été décoré : Croix de Guerre 14-18 avec étoile (s),Médaille Militaire
Paris 15ème 1916/530