Frédéric Le Mouillour Mémorial national des marins morts pour la France
 
 
 
 

Le nom du marin commence par :

Camille Alphonse Bosquet

est né le 25 septembre 1897 à Grimesnil (Manche (50))

C’est au foyer d’Alphonse Victor Bosquet, cultivateur, et de Célestine Delafosse qu’il voit le jour après trois filles, Alphonsine, Marie-Louise et Amelina. Il passe son enfance dans le petit village de Grimesnil, commune de 159 habitants dans la Manche, à 20 km de la mer.

Lorsqu’il s’engage pour cinq ans, le 11 mai 1916, la Première Guerre mondiale dure déjà depuis deux ans. Il exerce la profession d’ajusteur dans le civil aussi est-il recruté comme matelot de 2e classe, titulaire du Brevet provisoire de mécanicien. Après un court séjour de deux mois au  ̏2e dépôt  ̋à Brest, il embarque sur le croiseur cuirassé  ̏Condé  ̋ jusqu’au 5 décembre 1916.

Très vite il va être recruté chez les sous-mariniers, il est affecté sur la   ̏1ere escadrille de sous-marins ̋ à Cherbourg et cela jusqu’au 1er octobre 1917, il rejoint alors la  ̏3e escadrille  ̋ basée à Brest et plus particulièrement le sous-marin garde côtes  ̏ Diane  ̋qui est utilisé pour convoyer les grands voiliers vers les Açores. Le 31 janvier 1918, le  ̏Quevilly  ̋4 mâts barque pétrolier équipé de 2 moteurs diesel auxiliaires, quitte le port de la Palice, à pleine charge de pétrole, pour ravitailler les navires à moteur aux Açores. Il est escorté par le sous-marin   ̏Diane ̋ commandée par le L.V. Le Masne. Dans la nuit du 11février, le ̏Quevilly  ̋ croit être attaqué, il force la toile. La  ̏Diane ̋ n’est plus en vue et ne reparaîtra jamais. Une enquête est menée, qui attribue la disparition du sous-marin à une explosion interne perçue à bord du 4 mâts, explosion due aux batteries. Le fait qu’aucun sous-marin allemand n’ait revendiqué son torpillage confirme cette hypothèse. 43 hommes disparaissent au cours de ce naufrage et parmi eux Camille Bosquet âgé de 20 ans, jeune quartier-maître mécanicien. Sa disparition est déclarée constante par le Tribunal civil de Brest le 14 mai 1919.

Son nom figure sur une plaque commémorative de la guerre 14-18, sur le monument aux morts de la commune de Saint Nicolas de Granville, sa dernière résidence et sur le monument de commémoratif des sous-mariniers à Toulon.

Il était Quartier-maître.
Son unité : Diane
Il est décédé le 11 février 1918.
Porté disparu
Son décès est inscrit à la commune de Brest (Finistère)
Document portant la mention MPLF : Jugement du tribunal civil de Brest du 14 m

Diane

DIANE - Sous-marin - V 3.

Le sous-marin "Diane" a sombré le 11 février 1918 lors du convoyage du quatre-mâts barque "Quévilly", suite à une explosion interne, par 50° latitude Nord 18° longitude ouest, entrainant la mort du commandant, le lieutenant de vaisseau Le Masne et de 43 hommes d'équipage.

Selon une autre version, le navire convoyé aurait été le cinq-mâts "France" en Atlantique.

Le jugement de décès d'une partie de l'équipage se trouve ici (

Diane
184650
Bosquet
Grimesnil
Manche (50)
25 septembre 1897
Aucune
NULL
Il a été décoré : Aucune médaille
1919 / 972